Chemin de navigation

Plaidoyer pour l'Europe - 11/09/2013

Président Barroso

Dans son discours sur l'état de l'Union en 2013, le président Barroso exhorte «tous ceux qui se soucient de l’Europe, d’où qu’ils viennent, peu importent leurs convictions politiques ou idéologiques, à parler haut et fort en faveur de l’Europe».

Cinq ans exactement après la chute de Lehman Brothers, le président Barroso rappelle dans son discours le chemin parcouru depuis lors. «Regardons en arrière et voyons ce que nous avons accompli pour que l’Europe reste unie tout au long de la crise: nous n’aurions jamais pensé tout cela possible il y a cinq ans», affirme-t-il. «L’important, à présent, est de décider ce que nous allons faire de ces avancées. Allons-nous nous en réclamer fièrement ou, au contraire, les décrier? Allons-nous y puiser la confiance nécessaire pour poursuivre ce que nous avons engagé ou, au contraire, minimiser le fruit de nos efforts?»

M. Barroso assure qu'au vu des chiffres et des évolutions observées aujourd'hui, l'Europe a de bonnes raisons d'être confiante. «Pour l’Europe», dit-il, «la reprise est en vue. Naturellement, nous devons rester vigilants. Mais les résultats prouvent que nous sommes sur la bonne voie. Cela doit nous inciter à ne pas relâcher nos efforts. Nous le devons à tous ceux pour lesquels l’embellie n’est pas encore en vue, à tous ceux auxquels les améliorations constatées ne profitent pas encore. Nous le devons à nos 26 millions de chômeurs.»

Le président a lancé un appel à davantage d'intégration européenne face aux évolutions mondiales: «Alors que notre planète connaît de profondes mutations géo-économiques et géopolitiques, j’ai la conviction que ce n’est qu’ensemble, en tant qu’Union européenne, que nous pourrons offrir à nos concitoyens ce à quoi ils aspirent: la protection et la promotion de nos valeurs, de nos intérêts et de notre prospérité à l’heure de la mondialisation.»

Le président affirme que le débat en cours dans toute l’Europe se résume, en définitive, à la question suivante: «Voulons-nous améliorer l’Europe, ou y renoncer?»

«Ma réponse est claire», poursuit-il: «Engageons-nous! Si l’Europe ne vous plaît pas comme elle est, améliorez-la! Comme toute entreprise humaine, l’Union européenne n’est pas parfaite. Les controverses sur la répartition des tâches entre les niveaux national et européen ne seront jamais définitivement closes. Tous les problèmes ne doivent pas être réglés au niveau européen. L’Europe doit se concentrer sur les domaines où elle peut apporter une valeur ajoutée maximale. Lorsque cela n’est pas le cas, elle ne devrait pas intervenir. L’Union européenne doit être très visible sur les grands enjeux, plus discrète sur les questions de moindre importance.»

Enfin, le président Barroso a clairement rappelé que la nécessité d'approfondir l'Union économique et monétaire reste une priorité: «Il y a des domaines d’importance majeure où l’Europe doit être plus intégrée et plus unie. Où seule une Europe forte peut donner des résultats. L’union politique doit être notre cap. Ce n’est pas seulement la demande d’un Européen passionné. C’est la voie à suivre indispensable pour consolider les progrès accomplis et assurer l’avenir.»

Discours sur l'état de l'Union 2013 – Président Barroso

Regarder le discours sur l'état de l'Union

Lettre du président Barroso à M. Schultz, président du Parlement européen pdf - 302 KB [302 KB] English (en)

Vidéo – 2012 English (en)

Regarder en direct: interview du président Barroso sur Euronews English (en) et conversation avec des citoyens sur Google+ Hangouts, le 12 septembre, à partir de 20h30 HEC:

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles