Chemin de navigation

Passer en mode «croissance» - 02/03/2012

José Manuel Barroso, président de la Commission, lors d'une conférence de presse © UE

Les chefs d'État et de gouvernement européens doivent respecter leurs engagements en vue de stimuler la croissance et l'emploi, a déclaré José Manuel Barroso, président de la Commission.

«Il est temps de sortir de la crise et de passer en mode "croissance"», a-t-il déclaré lors du sommet européen des 1er et 2 mars.

«La zone euro prend des mesures pour résoudre la crise de la dette publique à laquelle elle est confrontée. Tous les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne doivent maintenant donner suite aux orientations décidées au niveau européen», a-t-il ajouté.

L'examen de la croissance effectué par la Commission pour 2012 recommande un ensemble de politiques et de priorités économiques et trace une feuille de route pour la mise en œuvre des plans de réforme nationaux. Ces programmes doivent mettre l'accent sur des mesures prioritaires, notamment pour réduire le chômage des jeunes et renforcer le soutien aux PME.

Des emprunts obligataires garantis par l'UE permettraient également de stimuler des investissements stratégiques dans les réseaux de transports, d'énergie et d'internet à haute vitesse, a indiqué M. Barroso.

Accord sur les règles budgétaires

Le 2 mars, tous les États membres, à l'exception du Royaume-Uni et de la République tchèque, ont signé un traité intergouvernemental qui établit des règles budgétaires plus strictes dans la zone euro.

Ce traité entrera en vigueur s'il est ratifié par au moins douze pays de la zone euro. Une fois qu'ils auront adopté l'euro, les autres pays seront également tenus de respecter ce traité, sauf s'ils décident d'en respecter les règles plus tôt.

Le traité obligerait les pays de la zone euro à présenter un budget global en équilibre ou en excédent. Les États dont le budget présente un déficit supérieur à 0,5 % de leur PIB devraient ramener celui-ci à l'équilibre, sous la surveillance des autres États membres.

Ce traité constitue un élément important de la réponse de l'Union européenne à la crise financièr et à la crise de la dette dans la zone euro. En renforçant la gouvernance économique et la stabilité, les dirigeants européens souhaitent rétablir la confiance des citoyens et des marchés.

Autres points

Les chefs d'État et de gouvernement ont également approuvé une feuille de route concernant l'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'espace Schengen. «C'est une question d'équité et d'objectivité», estime le président Barroso.

La Serbie a obtenu le statut de pays candidat à l'adhésion à l'Union européenne. «[...] c'est une bonne décision car cela montre que l'Union européenne garde un fort pouvoir d'attraction», s'est félicité M. Barroso.

En savoir plus sur le sommet européen des 1er et 2 mars 2012

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles