Chemin de navigation

Le programme ambitieux de l'équipe Barroso II - 15/02/2010

Photo de groupe de la nouvelle Commission © UE

Lorsque le premier collège de commissaires présidé par José Manuel Barroso est entré en fonction, l'économie était florissante et le chômage en baisse. Cinq ans plus tard, à la suite de la pire récession que l'Europe ait connu depuis des décennies, la Commission 2010-2014 est confrontée à toute une série de nouveaux défis.

À l'automne dernier, le président Barroso avait annoncé que sa plus grande priorité serait de soutenir la reprise économique et le retour à l'emploi des millions de personnes ayant perdu leur travail durant la crise. Il s'était également engagé à poursuivre son action en faveur de réformes financières destinées à éviter une nouvelle crise.

À plus long terme, la stratégie de Lisbonne – le plan décennal de l'UE en faveur de la croissance – arrive à échéance cette année et le plan appelé à lui succéder est en cours d'élaboration. Le président a déjà publié un document de travail énonçant ses objectifs avant la présentation d'une proposition formelle en mars.

La semaine dernière, il a donné aux dirigeants européens un aperçu de ce plan, baptisé «Europe 2020». Ses grands axes sont la promotion des industries à faible intensité de carbone, l'investissement dans la recherche et le développement, la mise en place d'une économie numérique et la modernisation de l'éducation et de la formation.

Appelant à une plus grande coordination des politiques économiques, le président Barroso a indiqué que la nouvelle stratégie viserait également à renforcer le marché unique et à contribuer à la maîtrise des déficits budgétaires nationaux. Vingt pays accusent actuellement un déficit budgétaire supérieur à la limite de 3 % fixée par l'UE.

La nouvelle Commission est la première à exercer ses fonctions sous le régime du traité de Lisbonne, qui a été adopté en vue de simplifier le processus décisionnel de l'UE et d'améliorer la visibilité de l'Union sur la scène internationale. En tant que gardienne des traités, elle doit s'assurer de la mise en œuvre des réformes, une tâche d'autant plus difficile que les changements concernent la quasi-totalité des institutions de l'UE.

La Commission n'échappe pas à la règle. Le traité a créé un nouveau poste, celui de haut représentant pour les affaires étrangères, qui a été confié à Catherine Ashton, également vice-présidente de la Commission.

Question centrale lors du premier mandat de M. Barroso, la lutte contre le réchauffement de la planète fait toujours figure de grande priorité, avec la création d'un nouveau portefeuille «Action pour le climat». L'UE insiste pour que des négociations internationales reprennent là où s'est arrêtée la conférence sur le climat de Copenhague.

L'action pour le climat n'est pas la seule nouveauté: des portefeuilles sont, pour la première fois, entièrement dédiés aux affaires intérieures et aux affaires humanitaires. Plusieurs autres postes ont également été remaniés.

L'équipe Barroso II s'est réunie pour la première fois cette semaine. Elle comprend 27 membres, issus de chacun des États membres de l'UE. Quatorze d'entre eux, dont le président, faisaient déjà partie du précédent collège. Ils sont nommés pour cinq ans.

UE 2020 – Stratégie pour une croissance durable

Orientations politiques de la nouvelle Commission

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles