Chemin de navigation

Le traité de Lisbonne, priorité de la présidence espagnole - 04/01/2010

Logo de la présidence espagnole © eu2010.es

La relance de l'économie, la position de l'Union européenne sur l'échiquier mondial et les droits des citoyens figurent également à l'ordre du jour de l'Espagne.

En ce début d'année, c'est au tour de l'Espagne d'assumer pour six mois la présidence de l'Union européenne. La mise en œuvre du traité de Lisbonne constituera sa plus grande priorité.

Entré en vigueur en décembre, ce traité entraîne de nombreux changements qui doivent aider l'Union à fonctionner plus efficacement et à jouer un rôle de premier plan à l'échelon international. Le système de présidence tournante est concerné: il devra être adapté pour assurer une coopération étroite avec les deux grands postes créés par le traité — le président du Conseil européen et le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères. Comme l'Espagne est le premier pays à assumer la présidence tournante sous le nouveau traité, elle aura l'occasion d'orienter les aménagements nécessaires.

Durant le semestre à venir, l'Espagne s'efforcera de renforcer le rôle international de l'Union européenne, en travaillant main dans la main avec Herman Van Rompuy, le nouveau président du Conseil européen, afin d'aider l'Europe unie à parler d'une seule voix.

La présidence espagnole participera également à la mise en place du «service d'action extérieure», à la fois service des affaires étrangères et corps diplomatique de l'Union européenne, qui sera dirigé par la haute représentante Catherine Ashton.

Selon le traité, le pays qui assume la présidence tournante doit collaborer étroitement avec les deux pays qui lui succéderont. Dans le cas de l'Espagne, il s'agit de la Belgique et de la Hongrie. En conséquence, ce «trio de présidences» a adopté un programme commun pour 18 mois.

Le taux de chômage ayant atteint en 2009 9,3 % dans l'Union, et même 19,3 % en Espagne, la relance économique fera l'objet de toutes les attentions. L'adoption d'une nouvelle stratégie européenne en faveur de l'emploi et de la croissance et l'amélioration de la surveillance du système financier international constitueront des priorités. L'Espagne tient également à se pencher sur la question de l'égalité des sexes.

Le programme de la présidence espagnole fait aussi la part belle à l'Europe des citoyens, l'objectif étant de rapprocher l'Union européenne des gens ordinaires. Le traité de Lisbonne introduit d'ailleurs un droit de pétition européen.

L'Espagne espère en outre obtenir des avancées dans les domaines de la sécurité énergétique, du changement climatique et de l'immigration.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles