Chemin de navigation

Traité de Lisbonne: l'UE prend un nouveau départ - 01/12/2009

Une copie du traité de Lisbonne posée sur un drapeau européen © CE

L'entrée en vigueur du nouveau traité européen est célébrée sous les feux d'artifice à Lisbonne, la ville où il a vu le jour.

Après une longue gestation, le traité de Lisbonne est finalement entré en vigueur le 1er décembre 2009. Il instaure des changements institutionnels très importants, qui visent à simplifier le processus décisionnel et à donner plus de poids à l'Union européenne sur la scène internationale.

Salué comme le socle d'une Union plus transparente, efficace et démocratique, ce nouveau traité est l'aboutissement d'un long processus de révision des règles internes à l'UE — un processus devenu encore plus indispensable après l'adhésion de dix nouveaux États membres en 2004.

«Le traité de Lisbonne place les citoyens au cœur du projet européen», a déclaré le président Barroso. «Je me réjouis que nous ayons trouvé le cadre institutionnel approprié pour agir et disposions ainsi d'une stabilité qui nous permettra de concentrer toutes nos énergies sur les questions essentielles pour nos citoyens.»

Pour fêter l'événement, une cérémonie a été organisée à Lisbonne, la ville où le traité a été signé il y a deux ans.

Pour entrer en vigueur, le texte a dû être ratifié par tous les États membres — un processus qui n'est parvenu à son terme que récemment. Après un premier refus, les Irlandais sont retournés aux urnes en octobre et ont cette fois approuvé le traité. Le président tchèque a ensuite levé ses dernières objections, écartant ainsi le dernier obstacle.

Les chefs d'État et de gouvernement de l'UE se sont rencontrés le mois dernier pour désigner les deux personnalités chargées d'occuper les deux nouvelles fonctions créées par le traité. Ils ont nommé le Premier ministre belge, M. Herman Van Rompuy, au poste de premier président permanent du Conseil de l'UE. La commissaire Catherine Ashton a quant à elle été choisie pour conduire la politique étrangère de l'UE.

Pour M. Barroso, l'entrée en vigueur du traité signifie qu'il peut commencer à mettre sur pied la nouvelle Commission, dont il a annoncé la composition la semaine dernière. Par ailleurs, dix-huit membres du Parlement européen élus en juin dernier en vertu du traité vont pouvoir prendre place dans l'hémicycle.

Et ce n'est qu'un début.

Entre autres changements, le traité modifie la répartition des voix entre les États membres et supprime le droit de veto national dans un certain nombre de domaines. Il étend les pouvoirs de la Commission et renforce considérablement la participation du Parlement européen au processus législatif.

Un nouveau droit de pétition donnera aux citoyens la possibilité d'exercer directement une influence sur les politiques européennes. Enfin, la charte des droits fondamentaux devient juridiquement contraignante.

Le traité de Lisbonne modifie les traités de Rome et de Maastricht et dote l'Union européenne d'un cadre institutionnel et d'instruments nouveaux pour faire face aux enjeux d'un monde toujours plus interdépendant.

Le traité en bref

Le Parlement européen et le traité de Lisbonne

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles