Chemin de navigation

Traité de Lisbonne: second référendum en vue en Irlande - 19/06/2009

Les dirigeants européens réunis autour de la table du sommet européen ©CE

Le traité de Lisbonne et la supervision financière dominent les débats lors du sommet de l'UE

Les dirigeants européens ont accordé à l'Irlande des garanties juridiques en matière de souveraineté nationale, rendant ainsi possible l'organisation dans ce pays d'un second référendum sur le traité de Lisbonne.

Réunis pour la première fois depuis les élections européennes, début juin, les chefs d'État ont également apporté leur soutien à la reconduction du président Barroso à la tête de la Commission et avalisé la mise en place d'un dispositif de supervision du secteur financier au niveau européen.

Les efforts de relance économique, les préparatifs en vue de la prochaine conférence internationale sur le changement climatique, à Copenhague, ainsi que l'immigration clandestine ont également été évoqués lors du sommet.

L'UE a par ailleurs renouvelé ses appels en faveur de la libération de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, qui a passé son 64e anniversaire en détention.

L'Irlande a reçu des garanties juridiquement contraignantes l'assurant que le traité ne portera pas atteinte à sa neutralité militaire ni à sa souveraineté en matière fiscale ou à son droit de formuler sa propre politique sur des questions éthiques comme l'avortement. Ces craintes sont tenues responsables de l'échec du référendum l'été dernier. L'Irlande avait fait de ces garanties la condition préalable à la tenue d'un second référendum à l'automne.

Le traité de Lisbonne vise à simplifier le processus décisionnel de l'UE, qui est devenu plus complexe depuis l'élargissement. Pour pouvoir entrer en vigueur, il doit être approuvé à l'unanimité par les vingt-sept États membres de l'UE.

Avançant d'un bon pas sur le dossier de la supervision financière, les dirigeants européens ont entériné la mise en place d'un dispositif visant à éviter la survenue d'une autre crise économique mondiale. Celui-ci se composera d'une autorité chargée de surveiller les risques systémiques menaçant la stabilité financière et d'un organe de surveillance des établissements financiers.

Les participants au sommet ont également approuvé la proposition de la Commission de débloquer d'urgence 19 millions d'euros afin d'endiguer la montée du chômage. Les responsables politiques européens ont déclaré que les mesures de relance économique étaient efficaces, mais qu'il faudrait peut-être entreprendre d'autres actions pour aider le secteur financier en difficulté.

Ils estiment en outre que tous les pays, à l'exception des plus pauvres, devraient participer financièrement à la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement. Ils ont enfin appelé à intensifier les actions contre l'immigration clandestine et à renforcer les contrôles aux frontières.

Le président Barroso a informé les dirigeants européens de son action pour éviter une nouvelle interruption de la fourniture de gaz par la Russie, indiquant qu'une crise était à craindre dans les semaines à venir.

 

Conclusions du sommet

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles