Chemin de navigation

La France succède à la Slovénie à la tête de l'Union - 03/07/2008

François Fillon, Premier ministre français, en compagnie de plusieurs commissaires européens

Après le rejet du traité de Lisbonne par les Irlandais, la France prend les rênes de l'UE dans un contexte difficile

C'est dans un Paris pavoisé aux couleurs de l'Europe et illuminé par une tour Eiffel scintillant de jaune et de bleu que s'est ouvert le premier jour de la présidence française de l'Union.

Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a rencontré à Paris le président Nicolas Sarkozy avant une cérémonie organisée à l'Arc de triomphe.

Saluant l'arrivée de la France à la tête de l'Union, il a déclaré: «[…] ce dont nous avons le plus besoin aujourd'hui, c'est de courage politique et d'un langage de vérité, et le président Sarkozy ne manque ni de l'un, ni de l'autre».

La France, qui a pris le relais de la Slovénie le 1er juillet, s'était fixé quatre priorités: l'énergie et le changement climatique, l'adoption du pacte sur l'immigration, la sécurité et la lutte contre le terrorisme, ainsi que l'agriculture.

Toutefois, le «non» au traité de Lisbonne prononcé en juin par les Irlandais place la nouvelle présidence devant une difficulté imprévue. Le président Sarkozy devrait se rendre en Irlande au mois de juillet afin de se mettre directement à l'écoute des électeurs. Lors de leur dernier sommet de juin, les responsables européens se sont entendus pour accorder à l'Irlande un temps de réflexion et explorer les solutions possibles lors de leur prochaine réunion en octobre.

La France souhaite que l'UE prenne les rênes de la lutte contre le changement climatique et ambitionne de faire adopter le paquet climat-énergie avant les négociations internationales sur l'après-Kyoto qui se tiendront en 2009.

Elle insiste également pour que des mesures soient prises afin d'atténuer les effets de l'envolée des prix du pétrole et du gaz, qui a soulevé une vague de protestations dans toute l'Europe. 

Elle espère en outre faire progresser le dossier sur une politique d'immigration et d'asile commune. Nicolas Sarkozy a appelé à lutter contre l'immigration illégale, à faciliter l'entrée et le séjour des travailleurs qualifiés et à améliorer l'efficacité des contrôles aux frontières extérieures de l'Union.

Le président français souhaite également renforcer la capacité de réaction de l'Union en cas de menace contre sa sécurité et celle de pays tiers, notamment en s'appuyant sur le déploiement de forces de réaction rapide, l'envoi d'avions de transport militaire et la mise en place de structures de gestion de crises.

Enfin, la France, qui est un des plus grands pays agricoles de l'UE, veut ouvrir le débat sur les propositions de modification de la politique agricole commune, qui visent à diminuer les aides aux agriculteurs.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles