Chemin de navigation

Un engagement accru en faveur de la diversité biologique - 19/01/2010

Papillon posé sur une fleur © Reporters

L'Union européenne n'a pas atteint le but qu'elle s'était fixé: arrêter la perte de biodiversité à l'horizon 2010. Elle souhaite aujourd'hui préserver durablement la diversité biologique jusqu'en 2020.

Le temps presse. Selon des données de l'ONU, le rythme de disparition des espèces est de 100 à 1 000 fois supérieur au rythme naturel d'extinction et un tiers des 1,75 million d'espèces de plantes et d'animaux connues sont menacées. Selon l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), 717 espèces d'animaux se sont définitivement éteintes en 2008. C'est ainsi que le bélouga, le koala et le corail corne de cerf disparaissent de la surface de la Terre à un rythme effrayant.

Afin de protéger des animaux comme le lynx ibérique, dont il ne subsiste plus qu'une centaine d'individus, l'Union européenne propose d'adopter une nouvelle stratégie s'étendant jusqu'en 2050. Quels en seront les objectifs?

Diminuer le rythme, voire arrêter la disparition des espèces, faire revivre des écosystèmes disparus ou encourager la préservation de la biodiversité au niveau mondial? Les semaines à venir dévoileront le degré d'ambition de cette initiative. Une chose est sûre pour l'instant: elle devra être réaliste.

C'est la raison pour laquelle l'Union européenne souhaite présenter avant la fin de l'année une stratégie précise sur la préservation de la biodiversité jusqu'en 2020. Cette initiative tombe à point nommé, les Nations unies ayant déclaré 2010 Année internationale de la biodiversité English .

Il convient d'urgence de renforcer la recherche, de mieux faire appliquer la réglementation européenne et d'augmenter les moyens financiers. Un certain nombre de mesures prometteuses existent déjà, comme Natura 2000 English , un réseau de zones naturelles protégées qui couvre 17 % de la superficie de l'Union européenne. Une extension du réseau, associée au développement d'autres projets, pourrait aider à rétablir les écosystèmes mondiaux, dont 60 % ont été endommagés au cours des cinquante dernières années par l'exploitation et la pollution d'origine humaine.

Ces mesures permettraient de prévenir les catastrophes naturelles, la raréfaction de l'eau, les pénuries alimentaires et l'effet de serre.

Dès le lancement de la nouvelle campagne de l'Union, le 26 janvier, les citoyens européens pourront s'informer sur un site internet interactif. Des espèces menacées comme le moineau figureront dans la rubrique «Amis» de sites de réseaux sociaux comme Facebook.

En savoir plus sur la diversité biologique dans l'UE English

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles