Chemin de navigation

Femme âgée atteinte de la maladie d'Alzheimer © Reporters

La Commission propose d'améliorer la coordination de la lutte contre la maladie d'Alzheimer et les autres formes de démence.

Vingt pays unissent leurs efforts pour étudier la maladie d'Alzheimer et d'autres formes de démence, dans le cadre du premier essai d'une nouvelle approche de la recherche en Europe.

Les recommandations présentées l'an dernier par la Commission invitent les pays de l'UE à mettre leurs travaux de recherche en commun afin d'éviter tout double emploi et tout gaspillage financier. Actuellement, près de 85 % des fonds publics alloués à la recherche en Europe sont consacrés à des projets exclusivement nationaux.

Les dirigeants européens ont approuvé l'idée de la «programmation conjointe» en décembre, à condition que la participation aux projets soit facultative et que leurs objectifs aient une portée européenne ou mondiale. La démence, déclin permanent ou progressif des capacités mentales, paraissait le sujet idéal pour un projet pilote, car elle constitue un problème croissant dans tous les pays de l'UE. Son coût pour les systèmes de santé est considérable: environ 130 milliards d'euros en 2005.

Si cet essai est concluant, il devrait susciter des projets communs de recherche dans d'autres domaines, notamment celui du changement climatique. Si les pays coordonnent leurs travaux, les avancées seront spectaculaires, estime Janez Potočnik, commissaire chargé de la recherche.

Quelque 7,3 millions d'Européens souffrent d'une forme de démence. Ce chiffre devrait doubler d'ici vingt ans, à mesure que croît l'espérance de vie. La pathologie la plus courante — 70 % des cas — est la maladie d'Alzheimer, qui cause des pertes de mémoire et altère les capacités mentales. Il n'existe pas encore de remède.

Ce projet pilote s'inscrit dans le cadre d'un plan d'action plus vaste, que la Commission a préparé en prévision de l'augmentation attendue des cas de démence. Outre l'accent mis sur la coopération en matière de recherche, ce plan exhorte les États membres à mettre en commun leurs compétences et à établir ensemble des stratégies de diagnostic précoce des démences.

La maladie d'Alzheimer se déclare généralement après 60 ans et le risque augmente avec l'âge. Les personnes chez qui la maladie est diagnostiquée tôt peuvent adopter au quotidien des habitudes susceptibles d'améliorer leur qualité de vie. Elles peuvent également prendre pleinement part aux décisions concernant leur traitement, mettre de l'ordre dans leurs finances ou bénéficier d'un appui psychologique.

En savoir plus sur l'action de l'UE contre la maladie d'Alzheimer et les démences

Exemples de projets sur les maladies neurodégénératives financés par l'UE English

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles