Chemin de navigation

Qualité de vie en Europe: les écarts persistent - 02/01/2009

Une rue commerçante à Bonn, Allemagne © Reporters

Une enquête sur la qualité de vie en Europe fait apparaître des différences significatives entre les pays.

L’enquête, réalisée par la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail (Eurofound), révèle d'importantes disparités entre les anciens et les nouveaux États membres de l’Union européenne (UE), ainsi qu’entre le Nord et le Sud.

Le pouvoir d’achat dans les nouveaux États membres et les pays candidats est très en deçà (à peine 55 %) de la moyenne européenne. La proportion de personnes devant parfois se priver de biens considérés comme essentiels (chauffage adéquat, vêtements neufs et congé annuel, notamment) y est beaucoup plus importante que dans le reste de l'Union.

Ces disparités se reflètent également dans les conditions de logement. Les habitants des nouveaux pays de l’UE sont généralement propriétaires de leur logement (contre 40 % dans les anciens pays de l’UE), mais celui-ci tend à être en moins bon état. Ainsi, 42 % des Roumains font face à des problèmes de vétusté, quand seulement 9 % des Finlandais s’en plaignent.

En matière d’accès aux soins de santé, l’enquête révèle un déficit d’équipements médicaux, principalement dans le sud de l’Europe (à l’exception de l’Espagne) et dans les zones rurales. Dans les nouveaux pays de l’UE, près de la moitié des personnes les plus pauvres ont du mal à payer une visite chez le médecin, alors que cette proportion est de 31 % en Europe de l’Ouest. Ces problèmes sont aggravés par le vieillissement de la population européenne.

C’est dans les nouveaux pays de l’UE, ainsi qu’en Italie, au Portugal et en Grèce, que le degré de satisfaction à l’égard de la vie est le plus faible, alors que les citoyens des pays nordiques sont les plus satisfaits. En revanche, les citoyens des nouveaux États membres sont nombreux à se dire optimistes, contrairement aux Français, aux Italiens, aux Portugais, mais aussi aux Hongrois et aux Bulgares. Globalement, le nombre d’optimistes est passé de 64 %, dans l’enquête 2003, à 55 % aujourd’hui.

En savoir plus sur la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail English .

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles