Chemin de navigation

Le nombre de morts par overdose est en hausse - 06/11/2008

Un jeune garçon afghan récolte le pavot dans un champ © Reporters

L'héroïne demeure le plus gros problème de drogue dans l'UE.

Le nombre d'Européens victimes d'overdoses a augmenté ces dernières années dans la plupart des pays de l'Union européenne (UE). Ce phénomène pourrait s'expliquer par une présence accrue de l'héroïne sur le marché européen. En Europe, l'héroïne provient essentiellement des champs de pavot cultivés en Afghanistan, où les récoltes ont atteint des niveaux records en 2006 et en 2007.

Si l'augmentation du nombre de victimes est généralement faible, elle traduit néanmoins une évolution importante par rapport au début de la décennie, qui avait enregistré une diminution globale des morts par overdose.

Les pays de l'UE ont dénombré 6 873 morts par overdose en 2005, contre 6 780 en 2004 et 6 350 en 2003. La plupart sont dues à l'héroïne, qui est restée pendant longtemps la première cause de décès parmi les jeunes européens, en particulier les jeunes hommes vivant en milieu urbain.

Ces chiffres ne sont qu'un des constats préoccupants du rapport annuel sur la consommation de drogues en Europe English élaboré par l'observatoire européen des drogues (OEDT) English. Le rapport souligne également une augmentation des saisies de drogue et du nombre de toxicomanes en recherche de traitement. Ces résultats sont en rupture avec les évaluations précédentes, qui faisaient état d'une diminution du problème de l'héroïne en Europe.

Même si elle a toujours été élevée, la consommation de drogues en Europe semble être entrée dans une phase plus stable. Quelque 2 millions de jeunes européens ont consommé des amphétamines au cours de l'année passée et environ 2,5 millions ont essayé l'ecstasy. Ces chiffres traduisent une stabilisation, voire un recul général, du phénomène.

La consommation de cocaïne continue d'augmenter. On estime que 3,5 millions de jeunes européens (parmi les 15–34 ans) en ont consommé l'année passée. Le cannabis (marijuana et haschisch) reste la drogue la plus commune, même si sa popularité semble décroître. On estime qu'environ 17 millions d'Européens (soit 7 % de la population de l'UE) ont consommé du cannabis l'année dernière, dont un quart de façon régulière.

Il est difficile de déterminer combien de personnes consomment de l'héroïne aujourd'hui en Europe. L'OEDT estime que, dans l'UE et en Norvège, entre 1,3 et 1,7 millions de personnes se droguent au moyen de dérivés de l'opium (morphine et héroïne) et de substances synthétiques produisant les mêmes effets.

Même si le cannabis est beaucoup plus répandu, l'héroïne demeure le plus gros problème de drogue dans l'UE. Son coût, à la fois social et sanitaire, est bien plus élevé. Outre qu'elle provoque une forte dépendance et augmente les risques d'overdose, l'héroïne contribue à la propagation du VIH/sida et de l'hépatite C, qui peuvent se transmettre par des aiguilles contaminées.

Les capacités de surveillance des drogues mises en place en Europe sont parmi les plus développées au monde. À l'heure où l'UE s'apprête à lancer un nouveau plan d'action pour lutter contre les drogues (2009–12), il est plus que jamais nécessaire de posséder une compréhension fine du phénomène, afin de pouvoir le combattre.

La drogue en Europe

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles