Chemin de navigation

La Commission intervient à nouveau en faveur des utilisateurs de téléphone portable - 17/07/2008

Téléphone portable affichant un texto, posé sur deux passeports et une carte de l'Europe

La Commission annonce des mesures énergiques contre les escroqueries liées aux sonneries et contre les prix élevés des SMS ou de l'utilisation de l'internet sur un téléphone portable dans un autre pays de l'UE.

Vous êtes en vacances en Italie et vous voulez partager votre enthousiasme de voir le Colisée pour la première fois. Que faites-vous? Vous sortez votre téléphone portable et vous envoyez un message à un ami ou à un proche resté dans votre pays.

Vous ne le savez peut-être pas, mais l'envoi de messages depuis l'étranger coûte très cher English en Europe. Un seul message peut coûter 30 centimes d'euros à un touriste français en Italie et 42 centimes d'euros à un Tchèque, tandis qu'un vacancier britannique en Espagne peut payer jusqu'à 63 centimes d'euros.

Selon Viviane Reding, commissaire responsable de la société de l'information et des médias, ces tarifs ne sont pas justifiés et devraient être limités à 11 centimes d'euros, alors que le prix moyen est actuellement de 29 centimes dans les 27 États membres de l'UE.

«Les citoyens européens devraient pouvoir envoyer des SMS d'un pays à l'autre sans se faire dépouiller», a-t-elle déclaré. «Les tarifs de l'itinérance n'ont déjà que trop vidé le portefeuille des clients de services mobiles».

La Commission devrait présenter à l'automne des propositions législatives visant à contraindre les opérateurs à revoir leurs tarifs à la baisse. Ce serait la deuxième fois en un peu plus d'un an que la Commission prend des mesures en faveur des utilisateurs de téléphone portable. Elle était déjà intervenue en juin 2007 en plafonnant le prix des communications vocales English effectuées depuis un autre État membre de l'UE.

Cette décision s'imposait car les opérateurs sont restés sourds aux appels les invitant à réduire d'eux-mêmes le prix de l'itinérance pour les SMS. Un seul opérateur a réagi à l'appel lancé en février par la Commission.

Chaque année, les Européens envoient au total 2,5 milliards de SMS depuis un autre pays de l'Union. Cela leur coûte plus de dix fois plus cher que les SMS qu'ils envoient dans leur pays.

La Commission tient également à mettre fin aux mauvaises surprises qui attendent parfois les clients ayant utilisé leur téléphone à l'étranger pour surfer sur le web, lorsqu'ils reçoivent leur facture.

La Commission enquête en outre sur le manque de clarté des prix du téléchargement de sonneries. Une enquête menée pendant un an sur plus de 500 sites web dans les États membres de l'UE, en Norvège et en Islande révèle que 80 % des sites contrôlés doivent faire l'objet d'un examen plus approfondi, car ils pourraient enfreindre les règles relatives à la protection des consommateurs. Une opération «coup de balai» English similaire a été organisée en 2007 sur les sites des compagnies aériennes.

Entre autres problèmes, les internautes qui téléchargent des sonneries censées être gratuites sont souvent amenés à souscrire des abonnements payants. Bon nombre de ces sites ciblent les enfants et les jeunes.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles