Chemin de navigation

Vieillir dans la dignité: un droit pour tous - 17/03/2008

Vieil homme en chaise roulante dans une institution, accompagné d’un chien

Les personnes âgées doivent être protégées contre les risques de maltraitance, perçue aujourd’hui comme un phénomène répandu. La conférence de l'UE organisée sur ce sujet dévoile des réalités dérangeantes et conclut à la nécessité d'une meilleure prise en charge de nos aînés.

Nous risquons tous de devenir, avec l’âge, des personnes dépendantes:  sommes-nous certains de ne jamais être en butte à la négligence ou à la maltraitance le jour où la vieillesse nous rendra vulnérables?

En réalité, nombre d’entre nous en doutent: un récent sondage de l’UE a révélé que 47 % des personnes interrogées pensent que la maltraitance des personnes âgées est un phénomène répandu dans leur pays. Face à cette situation, l’Union européenne a décidé de passer à l'action.

La conférence européenne sur la protection de la dignité des personnes âgées organisée cette semaine réunit experts et responsables politiques afin de susciter un large débat sur cette triste réalité.

Dans certains cas, la maltraitance est délibérée. Il peut s’agir d’adultes extorquant de l'argent à leurs parents âgés ou de foyers d’accueil administrant trop de tranquillisants. Mais le plus souvent, elle se manifeste par de la négligence, tenant au fait que l'entourage manque de ressources pour apporter les soins appropriés.

Selon les prévisions, 12 % de la population aura 80 ans ou plus en 2050. Le nombre de personnes âgées dépendant de l’aide de leurs proches ou de professionnels ne va donc cesser de croître. Le programme de santé publique de l'UE s’attaque à certains des problèmes engendrés par le vieillissement de la population.

«Les États membres commencent à apporter un soutien plus approprié aux prestataires de soins et aux familles, sous la forme de conseils et de formations», a déclaré Vladimír Špidla, commissaire européen chargé des affaires sociales, avant la conférence. Il soutient que la question des soins dispensés aux personnes âgées devrait relever de la législation sur les droits de l’homme et se félicite de la mise en place de groupes de soutien et de permanences téléphoniques pour lutter contre la maltraitance.

Les experts font un parallèle entre le débat public actuel sur la maltraitance envers les personnages âgées et celui sur la maltraitance des enfants, il y a vingt ou trente ans: autrement dit, c’est un sujet dont on commence à peine à parler et qu’il faut réussir à inscrire parmi les priorités politiques.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles