Chemin de navigation

Énergie pour l'avenir - 04/02/2009

Panneaux solaires le long d'une route © Reporters

Nouveau front dans la lutte contre le changement climatique: dans toute l'Europe, des villes s'engagent à réduire davantage leurs émissions.

Lors d'une cérémonie qui se déroulera le 10 février à Bruxelles, près de 300 villes, dont de grandes agglomérations comme Bielsko-Biała, Budapest, Hambourg, Lisbonne, Madrid, Riga et Zagreb, s'engageront à dépasser les objectifs fixés par l'UE en réduisant d’au moins 20 % leurs émissions de CO2 d'ici à 2020.

La convention des maires English aura lieu durant la conférence annuelle sur l'énergie durable, qui est la vitrine des nouvelles tendances en matière de technologies sobres en carbone et d'énergies renouvelables. Cette conférence, qui est le plus grand des événements organisés dans 52 villes européennes durant la semaine de l'énergie durable English (9-13 février), servira également de cadre à une cérémonie de remise des prix qui récompensera les projets les plus novateurs.

Certaines villes sont déjà en bonne voie pour atteindre l'objectif d'une réduction des émissions de 20 %. La ville allemande de Heidelberg, l'une des plus actives, a créé une agence chargée de conseiller les habitants sur les gestes à accomplir pour économiser l'énergie. «Ces dix dernières années, nous avons réduit nos émissions de CO2 de près de 40 % dans les établissements municipaux», a déclaré Eckart Würzner, le maire de la ville.

La conférence de Bruxelles intervient juste deux mois après l'adoption par les dirigeants européens d'un train complet de mesures destiné à réduire la contribution de l'Europe au réchauffement de la planète. Ces mesures, qui constituent la plus grande réforme de la politique énergétique européenne jamais entreprise, visent à faire de l'Europe le numéro un mondial des énergies renouvelables et des technologies sobres en carbone. Elles contribueront à protéger l'économie des effets de la hausse des prix de l'énergie et des incertitudes d'approvisionnement.

Dans l'UE, les prix de l'énergie ont augmenté en moyenne de quelque 15 % en 2008, en partie sous l'effet de la hausse de la demande provenant de pays en développement comme la Chine et l'Inde. Actuellement, plus de 50 % de l’énergie consommée dans l’UE provient de pays extérieurs à l’Union et cette proportion s’accroît. Cette énergie vient principalement de Russie, dont les conflits avec les pays de transit ont perturbé les approvisionnements ces dernières années. La dernière interruption en janvier s'est prolongée pendant près de deux semaines.

Énergie durable pour l'Europe

Climate action – De l'énergie pour un monde en mutation

ManagEnergy English.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles