Chemin de navigation

Votre retraite est-elle en sécurité? - 09/03/2009

Couple de seniors assis sur une plage © CE

La crise financière pourrait obliger certains États membres de l'Union européenne à modifier leurs régimes de pension. Mais pour la plupart des Européens qui prennent leur retraite aujourd'hui, il n'y a guère raison de s'inquiéter.

Bien qu'aucun régime de retraite ne soit imperméable aux aléas de l'économie, le système européen est relativement solide, affirme un rapport récent de l'Union européenne. La crise financière a toutefois attiré l'attention sur certains aspects des régimes de pension, en particulier des retraites privées, qui sont concernées plus directement par la situation actuelle.

Le rapport English relève que, de par leur nature, les régimes de retraite s'inscrivent dans le long terme. Ils sont donc moins exposés aux fluctuations du marché. Plusieurs types de régimes sont étudiés, notamment les retraites par capitalisation et les régimes de répartition.

Au cours de l'année écoulée, les avoirs des fonds de pension privés ont perdu une grande partie de leur valeur. Mais ces fonds ne semblent pas avoir investi massivement dans les actifs dits «toxiques» qui ont mis à mal le système bancaire mondial.

En fonction du système adopté, les personnes contribuant à un régime de retraite privé seront plus ou moins touchées par la baisse du rendement des investissements. En général, les personnes souscrivant à un régime de retraite professionnel à prestations définies recevront la pension escomptée, parce que ce type de régime tient compte des risques liés aux investissements et que les paiements sont garantis en principe. Toutefois, cette situation pourrait changer si les fonds concernés devaient procéder à des ajustements afin de couvrir leurs pertes.

Selon le rapport, des conséquences plus importantes ne sont pas à exclure. La législation de l'Union européenne et des États membres protège les travailleurs en cas de faillite des entreprises qui financent les régimes à prestations définies.

Les régimes à cotisations définies, par contre, reportent tout le risque sur les particuliers, car le montant de la pension dépend directement des résultats des investissements réalisés par les fonds. Pour ceux qui travailleront encore de nombreuses années, les investissements auront probablement eu le temps de se rétablir. Même les personnes proches de la retraite pourraient traverser la crise sans dommages, pour peu que leur plan de pension réduise les risques à mesure qu'elles s'approchent de la retraite.

Mais les travailleurs plus âgés n'ayant pas souscrit à un tel système et qui comptaient sur un régime à cotisations définies devront peut-être se contenter d'une pension réduite ou travailler plus longtemps pour compenser le manque à gagner.

De tels cas constituent cependant l'exception: la plupart des Européens arrivant à l'âge de la retraite dépendent encore largement de systèmes publics de répartition. Jusqu'ici, la crise financière n'a pas eu de conséquences importantes sur ces régimes. Mais si la récession se prolonge et que le chômage continue de progresser, les gouvernements pourraient être amenés à revoir leur stratégie afin d'assurer la pérennité des systèmes de retraite.

Rapport conjoint 2009 sur la protection sociale et l'inclusion sociale

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles