Chemin de navigation

Prévisions économiques de l'UE: la reprise gagne du terrain - 25/02/2014

Graphique avec des pièces en euro © iStock

La relance de l'économie européenne se poursuit dans la plupart des pays de l'UE, même si la vitesse et l'intensité de cette reprise varient. Elle reste toutefois fragile en raison des mesures d'assainissement budgétaire prises pour faire face à la crise financière.

Tous les grands indicateurs montrent la poursuite de la reprise

Depuis les dernières prévisions d'automne, les perspectives se sont améliorées pour l'UE et pour la zone euro. Le PIB pour l'ensemble de l'UE devrait croître de 1,5 % cette année et de 2 % en 2015, soit une révision à la hausse de 0,1 point de pourcentage par rapport aux prévisions de 2013. Les prévisions de croissance pour la zone euro sont un peu moins optimistes, à 1,2 % en 2014 et 1,8 % en 2015.

La reprise devrait se généraliser à l'ensemble de l'Union cette année et commencer à se consolider dans les pays vulnérables à la périphérie de la zone euro. L'écart entre les pays les plus performants et ceux encore en difficulté va se réduire, même si des différences persistent. En 2014, seuls Chypre et la Slovénie devraient enregistrer des taux négatifs de croissance annuelle du PIB; d'ici 2015, tous les pays de l'UE devraient avoir renoué avec la croissance.

À propos de ces prévisions, Olli Rehn, vice-président de la Commission chargé des affaires économiques et monétaires et de l’euro, a déclaré: «La reprise gagne du terrain en Europe, après le retour à la croissance au milieu de l'année dernière. Le renforcement de la demande intérieure cette année devrait nous aider à obtenir une croissance plus équilibrée et durable. Le rééquilibrage de l'économie européenne progresse et la compétitivité extérieure s'améliore, notamment dans les pays les plus vulnérables. Si le pire semble être derrière nous, nous ne devons pas relâcher nos efforts, car la reprise reste modeste. Pour la renforcer et créer plus d'emplois, nous devons maintenir le cap des réformes économiques».

Chômage

Sur le marché du travail, la situation ne s'améliorera que légèrement en 2014 et 2015, en raison du décalage systématique entre l'évolution de ce marché et la reprise de l'activité économique, qui reste timide.

Le taux de chômage dans la zone euro devrait se stabiliser cette année. Il devrait diminuer légèrement en 2015, à environ 10,4 % dans l'UE et 11,7 % dans la zone euro. Des écarts considérables subsisteront entre les pays de l'UE en 2014, de 4,8 % en Autriche à 26 % en Grèce.

Inflation

Le taux d'inflation a considérablement reculé en 2013, grâce à une diminution des prix de l'énergie et des matières premières, à la faiblesse de la demande et à l'appréciation continue de l'euro. L'inflation des prix à la consommation devrait rester orientée à la baisse cette année, s'établissant à 1,2 % dans l'UE et à 1,0 % dans la zone euro.

Finances publiques

Depuis 2011, les dépenses publiques ont fait l'objet de coupes sombres dans l'UE. Le plus dur est sans doute passé dans la plupart des pays: aucune nouvelle réduction notable des budgets publics n'est prévue cette année.

En 2014, les déficits budgétaires devraient s'établir à 2,70 % du PIB dans l'UE et 2,6 % dans la zone euro. Le ratio de la dette au PIB devrait atteindre un taux record de 90 % dans l'UE et 96 % dans la zone euro.

Communiqué de presse: prévisions d'hiver 2014

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles