Chemin de navigation

Vue d'Athènes et de la côte © istock/Yuliya Kryzhevska

L'Union européenne met son expertise à la disposition de la Grèce pour l'aider à renouer avec la croissance économique et la création d'emplois.

Au début 2010, l'augmentation des dettes publiques et des déficits budgétaires a provoqué une crise de confiance en l'euro. Les turbulences sur les marchés financiers ont tout particulièrement touché la Grèce, dont les investisseurs craignaient le risque de défaut de paiement de la dette, devenue intenable.

Pour aider la Grèce, les pays de la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) lui ont consenti un prêt global English d'urgence de 110 milliards d'euros en mai 2010. Ce prêt a été octroyé à la condition que le gouvernement grec poursuive la réforme de ses finances publiques et de sa politique économique.

Face à ce défi, la Grèce a demandé l'aide de la Commission, qui a rassemblé une équipe d'experts chargés d'aider le gouvernement grec à mettre en œuvre ces réformes. Son objectif est de permettre au pays de renouer avec la croissance et la création d'emplois.

Cette aide indispensable pour maintenir le cap des réformes a permis à la Grèce d'obtenir une deuxième enveloppe d'aide financière English la semaine passée.

Un travail d'équipe

L'une des principales missions des experts est de veiller à ce que les fonds d'aide octroyés par l'Union européenne — qui sont à distinguer des moyens destinés au renflouement du pays et sont actuellement l'une de ses seules sources de financement de la croissance — soient mieux ciblés.

Les experts ont aidé la Grèce à recentrer une grande partie de ces fonds sur 181 projets ayant un réel impact, selon le dernier rapport ελληνικάEnglish du groupe. Il s'agit notamment de cinq projets de construction d'autoroutes susceptibles de permettre la création de jusqu'à 30 000 emplois, ainsi que d'une aide aux PME ayant besoin de crédits.

Les experts ont également contribué à améliorer l'efficacité de l'administration fiscale. Le gouvernement a ainsi pu récupérer 946 millions d'euros d'impôts impayés, soit plus du double du montant escompté initialement.

Le groupe d'experts partage aussi son expertise en matière de rationalisation de l'administration publique, tant centrale que locale. Il s'agit notamment de supprimer les formalités administratives inutiles dans les principaux secteurs économiques.

Il reste encore beaucoup à faire. À titre d'exemple, le groupe travaille actuellement à l'accélération des contrôles douaniers, la procédure de dédouanement des marchandises étant deux fois plus longue en Grèce que dans le reste de l'Union. Cette accélération doit permettre de réduire les coûts pour les entreprises.

La Grèce bénéficiera encore d'autres mesures de soutien, qui feront l'objet de propositions du président de la Commission, José Manuel Barroso, relatives à la stimulation de la croissance.

En savoir plus sur le groupe d'experts de la Commission pour la Grèce

En savoir plus sur l'économie grecque English

La réponse de l'UE à la crise économique English

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles