Chemin de navigation

Vers une union économique plus solide et plus soudée - 17/11/2011

Réunion des députés européens au Parlement européen de Strasbourg © UE

Les pays de la zone euro doivent agir rapidement pour soutenir la monnaie unique, mettre fin à la crise de la dette et approfondir l'union économique, a déclaré le président de la Commission, José Manuel Barroso, en annonçant les nouvelles propositions.

«C'est la raison pour laquelle le renforcement de la gouvernance de la zone euro est vitale pour la survie et la consolidation de notre monnaie commune», a déclaré M. Barroso au Parlement européen le 16 novembre. «Les marchés et les investisseurs réclament une gouvernance renforcée de la zone euro. Il ne s'agit pas uniquement d'une question politique pour ceux qui, comme moi et beaucoup d'entre vous, aspirent à une Europe plus forte. Le renforcement de la gouvernance économique au sein de la zone euro, et bien sûr de l'Union européenne, est désormais une question de bon sens.»

Une collaboration économique renforcée aidera les États membres à mieux coordonner leurs réponses aux grands défis que doit relever l'UE, tout en appuyant les efforts en faveur de la croissance et de l'emploi.

L'UE a déjà pris un certain nombre d'initiatives depuis le début de la crise. Elle a notamment adopté un ensemble de six mesures English visant à améliorer la surveillance budgétaire et à maîtriser la dette publique.

L'année dernière, l'Union a également lancé le semestre européen. Il s'agit d'un cycle annuel de six mois durant lequel les États membres bénéficient d'orientations de leurs partenaires européens pour élaborer leurs politiques budgétaires et économiques.

Le 23 novembre, la Commission donnera le coup d'envoi du prochain semestre avec la publication de son examen annuel de la croissance, qui définit les grandes priorités de politique économique sur lesquelles les États membres devront se concentrer au cours de l'année à venir.

Elle propose également de nouvelles mesures pour renforcer la surveillance économique et budgétaire des pays de la zone euro présentant un déficit budgétaire excessif. Les pays ayant des problèmes de dette systémiques seraient tenus d'appliquer les mesures prescrites par leurs partenaires européens pour pouvoir bénéficier de l'aide du fonds de renflouement mis en place pour la zone euro.

La Commission va également ouvrir une consultation publique pour déterminer si la zone euro devrait pouvoir émettre collectivement des obligations afin d'accroître les ressources du fonds de renflouement.

«Nous avons besoin de davantage de leadership et de volonté politique pour rétablir la confiance, chez les citoyens comme sur les marchés financiers », a déclaré le président Barroso.

«Nous sommes confrontés aujourd'hui à une véritable crise systémique qui requiert un engagement encore plus fort de la part de tous», a-t-il ajouté. «Il nous faudra à l'avenir renforcer davantage l'intégration, ce qui nécessitera de modifier les traités. Je tiens à être clair: je suis en faveur de l'amendement des traités si cela peut permettre de renforcer l'Union européenne, la méthode communautaire, les institutions européennes et le sentiment de poursuivre un but commun.»

Discours du président Barroso – Gouvernance économique 2011

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles