Chemin de navigation

Sommet européen: endettement, taxation des banques et plan de croissance à l'ordre du jour - 18/06/2010

Façade en verre du bâtiment du Conseil à Bruxelles © UE

Les dirigeants européens souhaitent rétablir la confiance dans la stabilité des marchés financiers européens et renforcer la gouvernance économique.

Les dirigeants de l'UE ont décidé de rendre publics les résultats des tests de résistance actuellement réalisés sur des banques européennes afin de rassurer les marchés sur la stabilité financière de l'UE, en dépit de l'endettement de certains pays.

Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a exhorté les dirigeants européens à publier les résultats de ces tests, chargés d'éprouver la capacité de résistance d'un établissement bancaire à des conditions économiques extrêmes.

«La publication de ces résultats devrait rassurer les investisseurs, soit en dissipant des craintes infondées, soit en s'attaquant aux éventuels problèmes en suspens», a-t-il déclaré. Vingt-cinq des plus grandes banques européennes font actuellement l'objet de tests, dont les résultats devraient être publiés dans la seconde moitié du mois de juillet.

Les dirigeants ont également convenu de sanctionner les gouvernements dont les dépenses sont excessives, en envisageant de nouvelles mesures contre ceux qui enfreignent les règles, une surveillance plus étroite des niveaux d'endettement et une plus grande coordination des politiques économiques.

Dans la perspective du sommet du G20, prévu la semaine prochaine à Toronto, ils ont apporté leur soutien au projet de taxation des établissements financiers afin de limiter les risques et d'épargner aux contribuables le coût d'autres faillites bancaires. En outre, ils appelleront les leaders mondiaux à examiner la possibilité d'une taxe sur les transactions financières.

Ces décisions ont été prises à l'occasion du sommet européen du 17 juin à Bruxelles, qui a également abouti à l'adoption d'un plan pour stimuler la croissance au cours des dix prochaines années et à un accord sur de nouvelles sanctions à l'encontre de l'Iran concernant son programme nucléaire. L'Islande a par ailleurs reçu le feu vert des dirigeants pour poursuivre son processus d'adhésion à l'UE, tandis que l'Estonie adoptera l'euro l'année prochaine.

La crise a fortement déstabilisé les finances publiques, en contraignant les gouvernements à emprunter massivement pour sauver les banques et stimuler la croissance. Alors que l'économie se redresse progressivement, la stratégie Europe 2020 tente de mettre l'accent non plus sur les mesures de relance, mais sur la discipline budgétaire et les réformes structurelles.

Fait sans précédent dans l'UE, cette stratégie exige des gouvernements qu'ils fixent des objectifs nationaux, soutenus par des plans détaillés, pour aider l'UE à atteindre des objectifs quantitatifs en matière d'emploi, d'éducation, de pauvreté, de changement climatique et de recherche et de développement. Les résultats feront l'objet d'un suivi.

 

Stratégie Europe 2020 en faveur de la croissance

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles