Chemin de navigation

Europe 2020: la Commission propose une nouvelle stratégie économique - 03/03/2010

Le président Barroso © UE

La Commission présente une stratégie sur dix ans destinée à relancer l'économie européenne. Elle vise à développer une croissance «intelligente, durable et inclusive» s'appuyant sur une plus grande coordination entre les politiques nationales et européennes.

Présentée au sortir de la plus longue période de récession qu'ait jamais connue l'Union européenne, la stratégie Europe 2020 , très attendue, ne fait pas mystère des défis considérables qui nous attendent. La crise économique a révélé de profondes failles dans une économie déjà soumise aux contraintes de la mondialisation, de la raréfaction des ressources et du vieillissement de la population. La Commission estime que ces problèmes peuvent être surmontés, à condition que l'Europe s'engage sur la voie d'une transformation qui fera d'elle un marché plus innovant et respectueux de l'environnement, favorisant le bien-être social.

Les grands axes de la stratégie sont la promotion des industries sobres en carbone, l'investissement dans le développement de nouveaux produits, l'exploitation des possibilités de l'économie numérique et la modernisation de l'éducation et de la formation. Cinq objectifs quantitatifs sont proposés, notamment remonter le taux d'emploi à au moins 75 % (aujourd'hui, seulement 69 % de la population en âge de travailler occupe un emploi) et consacrer 3 % du produit intérieur brut à la recherche et au développement, au lieu des 2 % actuels, qui laissent l'Union loin derrière les États-Unis et le Japon.

Le projet réaffirme également les objectifs de l'Union européenne en matière de lutte contre le changement climatique (dits «20/20/20»), qui sont déjà parmi les plus ambitieux au monde, et propose de réduire le taux de pauvreté de 25 %, ce qui reviendrait à faire sortir 20 millions de personnes de la pauvreté.

En matière d'éducation, la Commission recommande de prendre des mesures ramenant le taux d'abandon scolaire à moins de 10 % — il est actuellement de 15 % — et permettant à 40 % des jeunes d'aborder la trentaine en étant titulaires d'un diplôme de l'enseignement supérieur (contre 31 % aujourd'hui).

La stratégie présentée propose aux États membres d'adopter des objectifs nationaux qui tiennent compte de leur situation propre, tout en aidant l'Union européenne à atteindre ses objectifs globaux. La Commission suivra les progrès accomplis et avertira les pays qui ne prendraient pas les mesures appropriées.

L'Union européenne surveille déjà l'état des finances publiques afin de prévenir tout déséquilibre susceptible d’ébranler la zone euro. La nouvelle approche irait plus loin et inclurait d'autres questions pouvant nuire à la compétitivité de toute l'Union.

La stratégie envisage sept initiatives phares à mettre en œuvre par l'Union pour stimuler la croissance et l'emploi. Il s'agit notamment de programmes visant à améliorer les politiques de recherche et développement et à faciliter le financement de la R&D, à accélérer le déploiement de l'internet à haut débit, et à promouvoir l'utilisation d'énergies renouvelables.

Les chefs d'État et de gouvernement se réuniront fin mars pour débattre des grandes lignes de la stratégie. Les dispositions précises, notamment les objectifs nationaux, devraient faire l'objet d'un sommet organisé plus tard dans l'année, probablement en juin.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles