Chemin de navigation

Rester unis contre la crise - 04/03/2009

Drapeau européen et drapeaux des États membres © CE

Tout en exhortant les dirigeants européens à agir rapidement pour rétablir la confiance dans les marchés, la Commission présente un projet de réforme complète du système financier.

Dans sa communication, la Commission appelle à la mise en place d'un système prudentiel EnglishPDF associant une surveillance accrue à l'échelon européen et un renforcement du rôle des autorités nationales de contrôle. Elle se fonde sur le rapport rédigé à la demande de l'UE par un groupe d'experts bancaires dirigé par Jacques de Larosière, ancien gouverneur de la Banque de France.

La Commission partage l'avis du groupe quant à la nécessité de créer une autorité paneuropéenne chargée de surveiller les risques économiques. Elle est également favorable à sa recommandation d'instaurer des normes réglementaires communes aux 27 États membres, tout en laissant aux autorités nationales de contrôle le soin de surveiller les différentes banques.

La communication sera présentée au Conseil européen, qui se réunira dans le courant du mois de mars. Les dirigeants de l'UE entendent préparer le terrain pour le sommet du G20, réunissant pays industrialisés et pays en développement, qui aura lieu à Londres en avril prochain. La réforme réglementaire sera à l'ordre du jour, et l'UE souhaite faire pression, d'une manière unie, en vue d'améliorer le système financier mondial.

Le Conseil européen «doit envoyer un signal fort aux citoyens, aux entreprises et au monde. Oui, on peut sortir de la crise. Oui, l'Europe dispose de l'unité, de la confiance et de la détermination nécessaires pour gagner cette bataille», a déclaré le président Barroso.

La communication proposée aux dirigeants européens contient d'autres mesures destinées à réduire les risques et à rétablir la confiance dans les marchés, notamment en renforçant le contrôle des politiques de rémunération des banques.

Les 27 États membres consacreront cette année quelque 3,3 % du produit intérieur brut de l'UE à des programmes de relance de la croissance. La Commission invite les dirigeants européens à adopter, pour toute action future, des principes clairs qui favorisent l'ouverture des échanges, la mise en place d'une économie sobre en carbone et le respect de la discipline budgétaire.

La crise a fait craindre que certains pays de l'UE recourent au protectionnisme pour soutenir leur économie. Lors d'un sommet extraordinaire le 1er mars, les dirigeants européens se sont engagés à éviter toute action susceptible de fragmenter le marché unique de l'UE.

Les États membres doivent en outre intensifier leurs efforts de lutte contre le chômage, qui, pour la première fois depuis les années 90, pourrait avoisiner les 10 % en 2010.

 

La crise financière - faits et politiques

 

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles