Chemin de navigation

La croissance à l'arrêt après la crise financière? - 03/11/2008

Homme lisant le journal © EC

Touchée par la tourmente économique et le fort ralentissement de la croissance mondiale, la croissance de l'UE est presque au point mort.

Les dernières prévisions économiques English de la Commission envisagent une forte baisse de la croissance de l'Union européenne, qui tomberait à 1,4 % en 2008 (soit la moitié du taux de 2007), 0,2 % en 2009 et 1,1 % en 2010. Les chiffres sont légèrement moindres pour les pays de la zone euro, soit respectivement 1,2 %, 0,1 % et 0,9 %. Ces prévisions sont inférieures à celles du printemps.

Le ralentissement réduira quelque peu la pression inflationniste, car il atténue le risque d'un effet d'entraînement provoquant l'augmentation du taux d'inflation général. La baisse des prix pétroliers joue également en ce sens. L'emploi ne devrait croître que de façon marginale en 2009-2010, alors que 6 millions d'emplois ont été créés en 2007-2008. Le taux de chômage devrait augmenter d'environ un point de pourcentage entre 2008 et 2010.

Ces mauvaises perspectives économiques se ressentiront probablement sur les finances publiques. À politique constante, les déficits budgétaires devraient augmenter, passant de moins de 1 % du PIB en 2007 à 2,6 % en 2010. Pour les pays de la zone euro, le déficit devrait atteindre 1,3 % cette année et 2 % en 2010. Toutefois, il est difficile d'établir des projections fiables pour les finances publiques, notamment en ce qui concerne la dette, en raison de l'incertitude qui plane sur les conséquences budgétaires des mesures de sauvetage prises par les gouvernements.

La situation économique est exceptionnellement précaire à l'heure actuelle, à cause de la crise financière qui s'est aggravée et étendue rapidement cet automne. Le risque est grand que ces prévisions doivent être revues à la baisse.

La Commission publie des prévisions économiques quatre fois par an. Les prévisions complètes du printemps et de l'automne couvrent la croissance, l'inflation, l'emploi, le déficit budgétaire et la dette publique pour tous les États membres de l'UE. Moins détaillées, les prévisions intermédiaires, publiées en février et en septembre, suivent l'évolution de la situation depuis les dernières prévisions.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles