Chemin de navigation

Sommet de l’UE: la crise financière au cœur des discussions - 16/10/2008

Séance du Conseil © CE

Les dirigeants européens appellent à réformer le système financier international.

Cette réforme doit être «complète» et comprendre un renforcement de la supervision au niveau mondial, un système «d’alerte précoce» activé en cas de crise et des normes réglementaires internationales garantissant la transparence et la responsabilité.

L’UE demande la tenue d’un sommet international consacré à la crise. Le président de la Commission, José Manuel Barroso, et le président français, Nicolas Sarkozy, s’entretiendront de cette question ce week-end avec le président américain, George W. Bush.

Le Conseil européen organisé à Bruxelles intervient après une réunion des 15 pays de la zone euro qui a abouti à l’élaboration d’un plan d’action concerté pour rétablir la confiance dans le secteur bancaire. Les dirigeants européens ont enjoint tous les États membres à suivre ce plan, rappelant que l’action concertée est plus efficace pour calmer les marchés que les initiatives individuelles. Pour cela, les dirigeants entendent mettre en place une cellule de crise financière chargée d’améliorer la coordination entre les pays de l'UE.

Le plan de sauvetage permet aux gouvernements de garantir les prêts bancaires, de fournir des liquidités à court terme et de nationaliser en partie certaines banques. Les gouvernements des pays membres ont affecté plus de 2 000 milliards d'euros à ce plan de sauvetage.

Les dirigeants européens ont également plaidé pour un renforcement de la surveillance au niveau de l’Union. Le Conseil a demandé une réponse rapide aux propositions de la Commission visant à renforcer les règles relatives aux agences de notation, aux exigences de fonds propres des banques et à la protection des dépôts bancaires.

Concernant la pratique des «parachutes dorés», qui consiste à accorder d'importantes indemnités de départ, le Conseil a affirmé que les dirigeants d’entreprise devaient être payés en fonction de leurs performances et ne pas prendre de risques excessifs pour augmenter la valeur de leurs stock options.

Face au spectre de la récession, le Conseil a déclaré que les règles de l’UE en matière de déficits budgétaires devaient être appliquées en tenant compte des «circonstances exceptionnelles» actuelles. Ces règles stipulent que le déficit public doit être inférieur à 3 % du PIB.

Sur l'énergie et le changement climatique, les chefs d'État et de gouvernement ont réaffirmé leur engagement de convenir de propositions législatives d’ici à la fin de l'année 2008. M. Barroso a conjuré les dirigeants européens de ne pas laisser la crise financière saper les efforts entrepris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

En matière d’immigration, les participants au sommet ont adopté le Pacte européen sur l'immigration et l'asile. Ils ont également été informés par le Premier ministre irlandais des projets de l'Irlande après le rejet du traité de Lisbonne. Enfin, ils ont abordé la question des relations avec la Russie, qui sont tendues depuis l’éclatement du conflit en Géorgie.

Présidence du Conseil - en savoir plus sur le sommet de l'UE

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles