Chemin de navigation

Prévenir le décrochage scolaire - 02/02/2011

Silhouettes d'étudiants portant des sacs de cours © iStock

L'UE espère faire passer le taux de décrochage scolaire à moins de 10 % d'ici 2020 en facilitant l'accès à l'enseignement dès le plus jeune âge, en organisant des mesures d'aide aux élèves absentéistes ou en difficulté et en proposant des écoles de la «deuxième chance».

Actuellement, environ six millions de jeunes arrêtent prématurément l'école chaque année, soit environ 14 % de l'ensemble des élèves. À terme, tous ces jeunes courent plus de risques de ne pas trouver d'emploi, de connaître la pauvreté ou de vivre en marge de la société.

Les jeunes en décrochage scolaire sont les jeunes de 18 à 24 ans qui ont quitté l'école en ayant seulement un diplôme du secondaire inférieur, voire moins.

Au-delà des problèmes individuels qu'il suscite, le décrochage scolaire entrave également la croissance économique et la compétitivité. En effet, l'économie d'aujourd'hui, caractérisée par sa haute technologie, a besoin de travailleurs hautement qualifiés, et les jeunes ayant abandonné leurs études sont plus susceptibles de dépendre des systèmes de sécurité sociale, ce qui représente une charge financière pour l'État.

Les mesures envisagées par l'UE pour lutter contre le décrochage scolaire visent à en faire passer le taux à moins de 10 % d'ici 2020. La Commission européenne encourage les États membres à élaborer des politiques couvrant l'entièreté du parcours scolaire et destinées à éliminer les causes du décrochage, à résoudre les problèmes dès leur apparition et à donner une deuxième chance aux jeunes qui regrettent leur décision. Son projet s'articule autour de trois axes.

  • Prévention
    L'égalité d'accès à l'éducation de la petite enfance devrait être renforcée. Des mesures devraient être introduites pour permettre à tous les enfants de trouver leur place dans la salle de classe, comme par exemple un soutien linguistique pour les enfants d'immigrés.
  • Intervention
    En cas d'absentéisme ou de baisse des résultats, signes avant-coureurs du décrochage, les jeunes devraient pouvoir bénéficier de cours de soutien ou d'un suivi personnalisé, et les parents devraient être davantage impliqués.
  • Compensation
    Les élèves en décrochage scolaire devraient avoir la possibilité d'acquérir à un stade ultérieur les qualifications qui leur manquent. Les écoles dites «de la deuxième chance» proposeraient des classes plus petites et des méthodes pédagogiques plus personnalisées et plus flexibles que dans les écoles classiques.

La réduction du taux de décrochage scolaire est l'un des cinq objectifs principaux de la stratégie Europe 2020 pour la croissance et l'emploi.

La Commission a par ailleurs mis sur pied un groupe de haut niveau sur la lutte contre l'illettrisme English . Composé de onze spécialistes, il se penchera sur les causes de l'illettrisme et présentera en 2012 des propositions visant à combattre ce problème.

En savoir plus sur l'enseignement dans l'UE

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles