Chemin de navigation

Plus de sécurité pour les jeunes internautes - 10/02/2009

À l'initiative de la Commission, dix-sept sites de socialisation signent un accord visant à renforcer la sécurité sur l'internet.

Dix-sept grands sites web ont accepté de prendre des mesures de protection, afin que les jeunes ne puissent pas à leur insu mettre leur sécurité et leur vie privée en danger. Il s'agit notamment des sites Facebook, MySpace et YouTube, du site français Dailymotion et d'Habbo Hotel, dont le monde virtuel est populaire parmi les enfants.

L'utilisation des réseaux sociaux en ligne a augmenté de plus de 35 % en Europe en 2008. On compte aujourd'hui environ 42 millions d'utilisateurs réguliers, et ce chiffre devrait plus que doubler d'ici 2012.

Les sites de socialisation incitent les utilisateurs à penser qu'ils communiquent avec un groupe d'amis proches, alors qu'en réalité des millions de personnes peuvent lire les informations les concernant. Cet immense réservoir d'informations privées augmente les risques de harcèlement, notamment sexuel, des utilisateurs.

C'est aussi une mine d'or pour les publicités en ligne, qui peuvent utiliser ces informations personnelles pour cibler les utilisateurs susceptibles d'apprécier leurs produits et leurs services.

Dans l'accord qu'elles ont signé au cours d'une cérémonie organisée pour la Journée de l'internet plus sûr, les dix-sept sociétés prennent les engagements suivants:

  • les utilisateurs pourront signaler un abus en un seul clic;
  • les profils et les listes de contacts des utilisateurs mineurs seront paramétrés comme «privés» par défaut;
  • les profils privés des utilisateurs mineurs ne seront plus accessibles;
  • les options de vie privée seront plus visibles, afin que les utilisateurs sachent qui peut lire ce qu'ils mettent en ligne – leurs amis ou le monde entier.

 

Les signataires ont promis de réaliser des progrès significatifs dans la mise en œuvre de l'accord d'ici au mois d'avril 2009. Dans certains cas, les garde-fous existent déjà, les réseaux sociaux cherchant à se prémunir contre d'éventuelles accusations d'atteinte à la vie privée ou d'infractions. MySpace a ainsi exclu 90 000 délinquants sexuels ces deux dernières années.

Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la société de l'information et des médias, a qualifié l'accord «d'étape importante» pour garantir que les réseaux sociaux soient plus sûrs pour les enfants.

La Commission a également lancé une campagne contre le harcèlement en ligne, qui s'exerce par l'intermédiaire du web ou des téléphones portables. Ce phénomène, qui ne cesse de croître, peut prendre la forme d'agressions verbales par SMS ou de diffusion de photos ou de vidéos sur le web dans le but d'embarrasser la personne visée.

Dans le cadre de la campagne, une vidéo montrant une jeune fille victime de «cyber-harcèlement» est diffusée sur des chaînes de télévision publiques et privées dans toute l'Europe.

En savoir plus sur le programme de l'UE pour un internet plus sûr English.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles