Chemin de navigation

Crise du lait: l'UE soutient les producteurs - 22/07/2009

Un agriculteur trayant une vache © CE

Les mesures proposées par la Commission visent à aider les agriculteurs à faire face à la récession et à la chute des prix des produits laitiers.

Quelques jours seulement après les manifestations organisées par les producteurs de lait européens pour protester contre la chute des prix, la Commission assure le secteur que tout est mis en œuvre pour soutenir les agriculteurs et stabiliser le marché.

Face à la forte baisse des prix, les agriculteurs ont manifesté à Bruxelles au mois de juin, puis à Strasbourg le 14 juillet. Ils reçoivent actuellement environ 0,24 euro pour un litre de lait, contre 0,30 à 0,40 euro en 2007. Pour beaucoup, le litre de lait rapporte même moins de 0,21 euro.

Deux facteurs sont à l'origine de ce repli: un recul de la demande dû au ralentissement économique mondial et une hausse de la production dans des pays comme la Nouvelle-Zélande, l'Australie et le Brésil.

Constatant que l'offre excédait de loin la demande, l'UE a rapidement adopté des mesures de soutien. Le système d'aide au stockage privé des excédents de beurre a démarré dès janvier, soit deux mois plus tôt que les autres années. À la fin du mois de juin, 105 800 tonnes avaient déjà été stockées. Les restitutions à l'exportation, permettant à l'UE de vendre ses produits agricoles à des prix compétitifs sur le marché mondial, ont été réactivées pour tous les produits laitiers.

Les autres initiatives, présentées dans un rapport English sur la situation du marché laitier, comprennent l'achat d'excédents de beurre et l'amélioration du programme de distribution de produits laitiers dans les écoles, qui sera étendu à un plus grand nombre d'établissements.

Depuis la création de la politique agricole commune il y a 40 ans, les quotas ont contribué à éviter la surproduction de certains produits, comme le lait et les céréales. Les réformes menées actuellement, avec le soutien des dirigeants européens, visent toutefois à supprimer progressivement ces quotas. Pour le lait, la première année «sans quota» est fixée à 2015. Ce mouvement va se poursuivre, même si certains agriculteurs souhaiteraient faire marche arrière.

«Nous continuerons de recourir à toutes les mesures dont nous disposons pour stabiliser le marché. Toutefois, comme l'a clairement fait savoir le Conseil européen, nous ne reviendrons pas sur la suppression des quotas, qui se fera de façon progressive et en douceur», a rappelé Mariann Fischer Boel, commissaire responsable de l'agriculture. «Une remise en cause de cette décision ne ferait qu'engendrer de l'incertitude et n'aurait de toute façon aucun effet correcteur sur la situation actuelle.»

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles