Chemin de navigation

Tomates et courgettes sur un étal © CE

Le système d'alerte européen pour les produits alimentaires intercepte les aliments dangereux avant qu'ils n'arrivent dans votre assiette.

Il n'y a rien de plus désagréable que de trouver un ver dans la pomme qu'on vient de croquer. Mais si cette présence est naturelle et tend même à prouver que cette pomme est issue de l'agriculture biologique, d'autres types de contamination alimentaire peuvent être dangereux. On pense notamment à la dioxine, ou aux petits pots pour bébés contaminés par de la mélamine en Chine.

Afin d'éviter la commercialisation de produits dangereux alimentaire dangereux pour la santé humaine ou animale, un système d'alerte rapide English (RASFF) a été mis en place il y a 30 ans. Il permet aux États membres de l'Union européenne d'échanger rapidement des informations sur les produits potentiellement dangereux et de prendre des mesures immédiates.

Si le problème est constaté suffisamment tôt et que l'information circule bien, les produits peuvent être retirés rapidement du marché sur l'ensemble du territoire de l'Union ou, dans le meilleur des cas, interceptés avant leur commercialisation. Les autorités nationales reçoivent également des notifications les informant de tout produit dont l'importation est interdite dans l'Union pour raisons de sécurité.

Si, en 2008, le nombre d'alertes est resté constant par rapport à 2007, avec 7 000 cas recensés, seuls 528 produits ont effectivement été retirés du marché. Cette diminution de 50 %, laisse supposer que les produits dangereux ont été repérés plus tôt, avant leur commercialisation. Quelque 62 % des alertes ont porté sur des produits provenant des pays de l'Union européenne. Elles ont été déclenchées le plus souvent par la présence de micro-organismes pathogènes et de mycotoxines dans les produits concernés.

Le 30e anniversaire du système d'alerte a été marqué par une conférence English organisée le 16 juillet à Bruxelles. À cette occasion, les participants ont discuté des moyens d'améliorer le système et de l'étendre à d'autres pays. L'Union a déjà financé la création d'un système d'alerte dans le Sud-Est asiatique et organisé des séminaires de formation dans certains pays tiers pour les aider à mettre en place des systèmes d'alertes nationaux. Le but ultime de ces initiatives est de fondre les systèmes d'alerte nationaux et régionaux en un seul réseau mondial.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles