Chemin de navigation

De nouvelles règles dans les abattoirs - 19/09/2008

Des vaches derrière les grilles d'un camion de transport

La proposition de la Commission sur la protection des animaux vise à améliorer les techniques de mise à mort dans les abattoirs.

Les nouvelles règles English imposeraient aux abattoirs de veiller à ce que les animaux insensibilisés avant l'abattage ne reprennent pas conscience avant d'être tués.

Chaque année, près de 360 millions de porcs, de moutons, de chèvres, de veaux et de vaches, ainsi que plusieurs milliards de volailles, sont abattus dans l'UE. Quelque 25 millions d'animaux sont en outre tués pour leur fourrure. Dans les couvoirs, ce sont 330 millions de jeunes poussins mâles du jour qui sont tués chaque année. Par ailleurs, les épizooties, comme la grippe aviaire et la fièvre aphteuse, ont conduit à l'extermination de millions d'animaux.

Les abattoirs sont tenus d'étourdir les animaux avant l'abattage, afin de réduire autant que possible leur détresse et leur souffrance. Toutefois, les règles en la matière n'ont pas changé depuis 1993. Elles sont aujourd'hui dépassées, au regard non seulement de l'évolution scientifique et technique, mais aussi de nos exigences à l'égard du bien-être des animaux.

Les méthodes utilisées pour insensibiliser les animaux comprennent l'étourdissement électrique et l'étourdissement par gazage ou au pistolet à air comprimé. Toutefois, aucune n'est efficace à 100 % et il peut arriver qu'un animal reprenne conscience quelques minutes avant sa mort.

La proposition de la Commission n'interdit aucune des techniques existantes, mais limite l'usage de certaines. Elle reconnaît que les scientifiques émettent des réserves sur deux méthodes, le recours au dioxyde de carbone et au bain d'eau électrifié, qui seraient incompatibles avec un traitement humain des animaux, mais note l'absence d'autre solution économiquement viable.

La Commission propose aussi les avancées suivantes:

  • chaque abattoir devra désigner un responsable du bien-être des animaux parmi ses membres;
  • le personnel des abattoirs devra posséder un certificat de compétence en matière de bien-être des animaux, réexaminé régulièrement;
  • les fabricants devront fournir des instructions sur la bonne utilisation de leur matériel d'étourdissement;
  • les exigences en matière de bien-être animal devront être prises en compte dans la conception des abattoirs;
  • des centres nationaux de référence sur le bien-être animal devront être mis en place, afin d'aider les agents chargés d'inspecter les abattoirs. En effet, les inspecteurs rencontrent souvent des difficultés pour évaluer l'efficacité des systèmes d'étourdissement les plus complexes;
  • les autorités seront davantage tenues de rendre des compte au public. L'abattage massif d'animaux en réponse à l'épidémie de fièvre aphteuse a choqué l'opinion publique, cette maladie étant rarement mortelle pour les animaux et sans danger pour les humains.

 

Les mesures proposées doivent recevoir l'aval des 27 gouvernements nationaux au sein de l'UE. Elles prévoient d'obliger les abattoirs établis hors de l'UE mais exportant vers l'Union à adopter des normes similaires.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles