Commission européenne

Réunion hebdomadaire | 22/04/2015

La Commission réexamine les OGM, rencontre l'Union africaine et adresse une communication des griefs à Gazprom

Le Président Juncker avec la Présidente de la Commission de l'Union Africaine Dlamini-Zuma Le Président Juncker avec la Présidente de la Commission de l'Union Africaine Dlamini-Zuma

La Commission envisage de donner plus de liberté sur les OGM aux États membres. Séparément le Collège a également rencontré la Commission de l'Union africaine et adressé une communication des griefs à Gazprom.

Aujourd'hui, la Commission a présenté les résultats de son réexamen de la façon dont les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont autorisés pour l'alimentation humaine et animale. Ce réexamen découle des orientations politiquespdf Choisir les traductions du lien précédent  présentées au Parlement européen en juillet 2014, sur la base desquelles la Commission a été élue.

Ce réexamen confirme que des changements sont nécessaires pour tenir compte de l'avis de l'opinion publique dans les États membres et permettre à des gouvernements nationaux de faire davantage entendre leur voix à propos de l’utilisation d’OGM autorisés à l'échelle de l’Union dans l'alimentation animale (aliments pour animaux) ou humaine (denrées alimentaires).

Sur la base de ce réexamen, la Commission propose de modifier la législation afin de donner aux États membres plus de liberté pour restreindre ou interdire sur leur territoire l’utilisation, dans l'alimentation humaine ou animale, d’OGM autorisés à l'échelle de l’Union.

La réunion conjointe annuelle des collèges de la Commission de l’Union africaine et de la Commission européenne s'est également tenu aujourd'hui à Bruxelles. Il s'agit du plus important rendez-vous annuel entre les deux institutions. Les discussions se sont axées sur le développement, la migration, la paix, la sécurité et la démocratie, et d’autres sujets d’intérêt commun.

Dans une autre décision prise aujourd'hui, la Commission a envoyé une communication des griefs à Gazprom alléguant que certaines de ses pratiques d'affaires dans les marchés d'Europe centrale et orientale gaz constituent un abus de sa position dominante sur le marché en violation des règles antitrust de l'UE.

Partager cette page

Références