Atlas

INSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable Fish

Atlas: suivre l'actualité

News European Atlas of the SeasRSS European Atlas of the SeasTwitter European Atlas of the SeasLinkedIn European Atlas of the SeasGoogle+ European Atlas of the SeasFacebook European Atlas of the Seas

Golfe de Gascogne et côtes ibériques

Résumé

La région du golfe de Gascogne et des côtes ibériques s'étend du sud de la Bretagne au sud de l'Espagne. Elle fait partie de l'axe reliant la Manche à la Méditerranée et à l’Afrique. Cette région constitue le berceau de la puissance maritime européenne. C'est de là, depuis les côtes portugaises et espagnoles, que d'intrépides navigateurs se sont lancés à la conquête des mers, aux XVe et XVIe siècles.

Aujourd'hui, la région ne compte plus de très grands ports de marchandises et l’importation d'hydrocarbures constitue l'essentiel du trafic maritime. La pêche y est encore active, notamment la pêche artisanale, qui est pratiquée dans le golfe de Gascogne, tandis que les ports de Bretagne et de Galice abritent des flottes hauturières. L'aquaculture est très présente dans la région et le tourisme balnéaire bien développé.

Golfe de Gascogne et côtes ibériques

Population

La plus grande agglomération est Lisbonne (environ 3 millions d’habitants), suivie de Porto (1,7 million), Séville (1,5 million) et Bilbao (environ 1 million d’habitants).

Exploitation des ressources

La pêche est une activité-phare en Galice (Espagne), en Bretagne-Sud (France), au Pays Basque (France-Espagne) et dans la Région de Lisbonne (Portugal). Les captures annuelles s'élèvent à 560 000 tonnes (2007). L'espèce la plus pêchée est la sardine, suivie du maquereau, du maquereau espagnol, du merlan bleu, du chinchard, du merlu et du thon germon.

Mais il faut ajouter les débarquements de la pêche hauturière dont les plus grands centres se trouvent dans la région: Vigo (Espagne), premier port de pêche européen (700 000 tonnes), Lorient (France), Lisbonne (Portugal), Pasajes (Espagne) ou le port thonier de Concarneau (France). L’aquaculture marine y est pratiquée depuis de nombreuses années, avec des pôles de production de première importance: la moule et le turbot en Galice, l'huître en Poitou-Charentes, l'écloserie de bar et de dorade en Cantabrie.

Mais il faut ajouter les débarquements de la pêche hauturière dont les plus grands centres se trouvent dans la région: Vigo (Espagne), premier port de pêche européen (700 000 tonnes), Lorient (France), Lisbonne (Portugal), Pasajes (Espagne) ou le port thonier de Concarneau (France). L’aquaculture marine y est pratiquée depuis de nombreuses années, avec des pôles de production de première importance: la moule et le turbot en Galice, l'huître en Poitou-Charentes, l'écloserie de bar et de dorade en Cantabrie.

Transport de marchandises

La région n’abrite pas de très grands ports de commerce mais elle compte plusieurs ports moyens. La majorité du trafic est composée de produits énergétiques: gaz, pétrole et charbon. Il existe néanmoins divers autres trafics: produits métalliques, produits chimiques, soja, pâtes et papiers, et conteneurs.

Tableau: Les grands ports de l’Europe Atlantique – partie Sud

Trafic général (1)

Trafic conteneurs (2)

Ports moyens

Bilbao (Espagne)

Nantes-St Nazaire (France)

Sines (Portugal)

Huelva (Espagne)

Gijon (Espagne)

40

34

26

22

20

0.55

0.15

?

-

2.6

(1) Millions de tonnes - Données 2007 – Source: Porto d’Estado (Espagne), Le Marin (France), IPTM (Portugal)

(2) Millions d’EVP (Equivalent Vingt Pieds) - Données 2007, arrondies à la dizaine de milles - Source: Porto d’Estado (Espagne), Le Marin (France), IPTM (Portugal)

Transport de passagers

Il existe plusieurs liaisons de car-ferries entre la côte espagnole (Bilbao, Santander, Gijón et Vigo) et des ports britanniques et français. Les lignes Bilbao-Portsmouth et Santander-Plymouth transportent chacune entre 140 et 150 000 passagers par an.

Tourisme

Le tourisme est une activité importante sur l’ensemble du littoral, de la Bretagne Sud à l’Andalousie. Activité dominante sur le littoral français, il y prend plusieurs formes: sportif, gastronomique et balnéaire.

Il est principalement balnéaire au Portugal (Lisbonne et sa côte) et au sud-ouest de la péninsule. Les randonnées et les visites culturelles sont dominantes sur la côte atlantique espagnole. Il existe également une activité de croisière importante à Lisbonne (270 000 passagers en 2007).

Il est principalement balnéaire au Portugal (Lisbonne et sa côte) et au sud-ouest de la péninsule. Les randonnées et les visites culturelles sont dominantes sur la côte atlantique espagnole. Il existe également une activité de croisière importante à Lisbonne (270 000 passagers en 2007).

Sécurité maritime

Le trafic maritime est très intense, notamment sur la route qui prolonge celle de la Manche vers le détroit de Gibraltar. 45 000 navires passent chaque année au large de la Galice qui compte 3 centres de coordination de sauvetages. Lisbonne est le siège de l’Agence européenne pour la Sécurité Maritime.

Défense

C'est une zone de présence militaire navale, surtout à partir de la base américano-espagnole de Rota (Cadiz) où la "VIth Fleet" américaine est prépondérante.

Environnement

Les problèmes de dégradation des eaux y sont moins graves que dans d’autres zones. La principale source de pollution marine et côtière est le trafic maritime qui génère des pollutions accidentelles et des rejets volontaires.

La Galice et la Bretagne-Sud ont été victimes de plusieurs marées noires. Il existe de nombreuses aires marines protégées, existantes ou en projet, dans les estuaires et baies (rias) de la région. Plusieurs espaces se prolongent en mer jusqu’au talus du plateau continental et englobent les monts sous-marins au large de la Galice et de l'Algarve.
La Galice et la Bretagne-Sud ont été victimes de plusieurs marées noires. Il existe de nombreuses aires marines protégées, existantes ou en projet, dans les estuaires et baies (rias) de la région. Plusieurs espaces se prolongent en mer jusqu’au talus du plateau continental et englobent les monts sous-marins au large de la Galice et de l'Algarve.

Recherche

La région compte de nombreux pôles de recherche marine polyvalents (Lisbonne) ou axés sur les filières pêche et aquaculture et la biologie marine (Vigo, Nantes, Lorient, Cadiz).

Governance

Une grande partie de cet espace marin correspond aux zones économiques exclusives de la France, de l’Espagne et du Portugal, qui s’étendent à 200 milles des côtes, tandis que la largeur des eaux territoriales des trois Etats est de 12 milles. Une large part de la zone se trouve dans les eaux internationales.

En matière de pêche, l'Union européenne gère les eaux européennes dans le cadre de la politique commune de la pêche, en consultant le Conseil consultatif régional de la pêche pour les eaux occidentales australes. Les eaux internationales relèvent de la compétence de plusieurs organisations régionales de gestion des pêches: la Commission des pêches de l'Atlantique du Nord-Est, de l’Organisation pour la conservation des saumons de l'Atlantique nord et de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique pour les thons, espadons et requins.

En ce qui concerne la protection de l'environnement marin, cette région relève également de la Convention pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du nord-est (OSPAR).

En matière de pêche, l'Union européenne gère les eaux européennes dans le cadre de la politique commune de la pêche, en consultant le Conseil consultatif régional de la pêche pour les eaux occidentales australes. Les eaux internationales relèvent de la compétence de plusieurs organisations régionales de gestion des pêches: la Commission des pêches de l'Atlantique du Nord-Est, de l’Organisation pour la conservation des saumons de l'Atlantique nord et de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique pour les thons, espadons et requins.

En ce qui concerne la protection de l'environnement marin, cette région relève également de la Convention pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du nord-est (OSPAR).

Données physiques

Cette zone de l'océan l'Atlantique est largement ouverte sur trois côtés; elle couvre l’ensemble du golfe de Gascogne, de la pointe de Bretagne à la Galice, et se prolonge jusqu’au détroit de Gibraltar.

Elle correspond au large plateau continental de l’Ouest de la France atlantique et à celui, plus étroit, de la péninsule ibérique. Elle englobe également les plaines abyssales au pied du talus continental qui atteignent 4 800 m au large de l’Espagne et du Portugal. Il y a peu d’îles côtières, toutes réparties sur la façade atlantique française. Les principaux bassins hydrauliques qui la bordent sont la Loire, la Garonne, le Douro, le Tage et le Guadalquivir. C'est une zone de forte houle, de tempêtes hivernales et de fortes amplitudes de marées. La salinité est comprise entre 34 °/°° et 35 °/°° dans les zones côtières du golfe de Gascogne et entre 35 et 36 °/°° au large de la péninsule ibérique. La température de l'eau varie de 10 à 18° C en Bretagne et de 15 à 22° C en Andalousie.

Elle correspond au large plateau continental de l’Ouest de la France atlantique et à celui, plus étroit, de la péninsule ibérique. Elle englobe également les plaines abyssales au pied du talus continental qui atteignent 4 800 m au large de l’Espagne et du Portugal. Il y a peu d’îles côtières, toutes réparties sur la façade atlantique française. Les principaux bassins hydrauliques qui la bordent sont la Loire, la Garonne, le Douro, le Tage et le Guadalquivir. C'est une zone de forte houle, de tempêtes hivernales et de fortes amplitudes de marées. La salinité est comprise entre 34 °/°° et 35 °/°° dans les zones côtières du golfe de Gascogne et entre 35 et 36 °/°° au large de la péninsule ibérique. La température de l'eau varie de 10 à 18° C en Bretagne et de 15 à 22° C en Andalousie.

Histoire

Après avoir été traversée par les routes commerciales des Phéniciens, des Grecs, des Carthaginois, des Romains et des Arabes, la région entre de plain pied dans l'histoire maritime au XVe siècle. Les navigateurs génois, portugais et espagnols explorent les côtes africaines, prenant possession de Madère, des Açores et des Canaries, avant de partir à la découverte des routes maritimes de l'océan Indien, puis de l'Amérique. Lisbonne, Séville et Cadiz deviennent alors les grandes places commerciales et financières d'Europe, grâce à l’exploitation des ressources des nouvelles terres.

C'est l'époque du lancement du commerce triangulaire, avec la traite des esclaves africains, et celle de la découverte des Grands Bancs de Terre-Neuve, avec l'exploitation du cabillaud par les pêcheurs basques et bretons. Au XVIIe siècle, les centres ibériques perdent le monopole du commerce atlantique. Les ports français de Bayonne, Bordeaux, La Rochelle et, surtout, Nantes se lancent dans le commerce triangulaire, suivis par les ports anglais et hollandais. Ces rivalités commerciales sont à l'origine de nombreux conflits, batailles navales et guerres de courses entre ces puissances.


Avec la fin du commerce atlantique au XIXe siècle, la pêche devient la principale activité maritime de la région. L'exploitation des stocks de Terre-Neuve constitue une activité saisonnière importante. La découverte de l'appertisation (1810) en fait un pôle de développement industriel, avec la multiplication des conserveries (et des pêcheries) de thons et de sardines. La Bretagne-Sud et la Galice resteront d'ailleurs d'importants centres thoniers, malgré le déplacement des pêcheurs vers les stocks tropicaux au cours du XXe siècle. Mais les ports de cette façade perdent de leur importance commerciale et stratégique, jusqu'à la deuxième Guerre mondiale, lorsque Brest et Saint-Nazaire deviennent les bases de la défense atlantique allemande et subissent d'importants bombardements alliés.

C'est l'époque du lancement du commerce triangulaire, avec la traite des esclaves africains, et celle de la découverte des Grands Bancs de Terre-Neuve, avec l'exploitation du cabillaud par les pêcheurs basques et bretons. Au XVIIe siècle, les centres ibériques perdent le monopole du commerce atlantique. Les ports français de Bayonne, Bordeaux, La Rochelle et, surtout, Nantes se lancent dans le commerce triangulaire, suivis par les ports anglais et hollandais. Ces rivalités commerciales sont à l'origine de nombreux conflits, batailles navales et guerres de courses entre ces puissances.


Avec la fin du commerce atlantique au XIXe siècle, la pêche devient la principale activité maritime de la région. L'exploitation des stocks de Terre-Neuve constitue une activité saisonnière importante. La découverte de l'appertisation (1810) en fait un pôle de développement industriel, avec la multiplication des conserveries (et des pêcheries) de thons et de sardines. La Bretagne-Sud et la Galice resteront d'ailleurs d'importants centres thoniers, malgré le déplacement des pêcheurs vers les stocks tropicaux au cours du XXe siècle. Mais les ports de cette façade perdent de leur importance commerciale et stratégique, jusqu'à la deuxième Guerre mondiale, lorsque Brest et Saint-Nazaire deviennent les bases de la défense atlantique allemande et subissent d'importants bombardements alliés.

Bibliographie

J. MARCADON, Les enjeux atlantiques, Ellipse, Paris, 2001.

J.L SUAREZ DE VIVERO, Atlas de la Europa maritima: juridicciones, usos y gestion, Edicones del Serbal, Barcelona, 2007.

J.R VANNEY, Introduction à la géographie de l’océan, Institut Océanographique, Paris, Océanis , Vol 17(1991), fascicule1-2

J. MARCADON, Les enjeux atlantiques, Ellipse, Paris, 2001.

J.L SUAREZ DE VIVERO, Atlas de la Europa maritima: juridicciones, usos y gestion, Edicones del Serbal, Barcelona, 2007.

J.R VANNEY, Introduction à la géographie de l’océan, Institut Océanographique, Paris, Océanis , Vol 17(1991), fascicule1-2

Liens

Puertos del Estado » Port Traffic Statistics