Chemin de navigation

Langues régionales et minoritaires

Quel est l'enjeu?

L’Union européenne compte plus de 60 langues régionales ou minoritaires, parlées régulièrement par près de 40 millions de personnes.

Il s'agit notamment des langues parlées par la majorité dans un pays mais par une minorité dans d'autres, et de celles de groupes minoritaires, comme le yiddish ou le romani.

Quasiment toutes les communautés linguistiques régionales et minoritaires sont confrontées à des difficultés pour préserver et développer leurs langues. Par exemple, les langues sami, dans le nord de la Finlande, de la Suède et de la Norvège, et dans la péninsule de Kola (Russie), ne sont parlées que par quelques centaines de personnes dans certaines communautés et risquent de disparaître.

La plupart des décisions relatives à la politique linguistique sont prises par les gouvernements nationaux, notamment en ce qui concerne les langues couvertes par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l'Europe.

Toutefois, les prestataires de services éducatifs, les autorités régionales et locales, les organisations patronales, les syndicats et les médias assument également des responsabilités à cet égard.

Le rôle de l'UE

La Commission européenne collabore avec les gouvernements nationaux et divers groupes d’intérêt pour établir des objectifs communs, et elle soutient leurs efforts, notamment en favorisant l’échange de bonnes pratiques.

Elle contribue également à financer des projets et des partenariats afin d'attirer l'attention sur les langues minoritaires, d'en promouvoir l'enseignement et l'apprentissage et, ce faisant, d'assurer leur préservation. La Commission a par exemple financé l'étude Euromosaic, qui a permis d'obtenir une vue d'ensemble de la diversité des langues au sein de l'UE.

Les mesures prises par la Commission

Plusieurs projets ont été financés, notamment:

  • CRAMLAP (Celtic, Regional and Minority Languages Abroad Project): évaluation du soutien aux langues celtiques et à d'autres langues régionales dans le cadre de l'enseignement supérieur;
  • NPLD (Réseau de promotion de la diversité linguistique): politique linguistique et planification des langues constitutionnelles, régionales et des petits États à travers l'Europe.

Erasmus+ offre la possibilité de soutenir de nouveaux partenariats stratégiques dans le domaine de l’enseignement et de l’apprentissage des langues régionales et minoritaires.