Chemin de navigation

Stratégie nationale d’intégration des Roms

La stratégie nationale de la Belgique vise principalement à mettre en place un Conseil pour les Roms et les gens du voyage ainsi qu’un service d’assistance pour les Roms au sein du ministère fédéral de l’inclusion sociale.

Le Conseil de l’Europe estime qu’environ 30 000 Roms vivent en Belgique (soit 0,29 % de la population).
Pour en savoir plus sur la situation des Roms dans ce pays, veuillez  consulter le rapport publié par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne.

Stratégie et mesures nationales en faveur de l’intégration des Roms

La stratégie nationale de la Belgique en faveur des Roms n’est pas une stratégie à proprement parler, mais plutôt un ensemble intégré de mesures qui relèvent des politiques belges d’inclusion sociale. En définissant des politiques axées sur l’éradication de la pauvreté et de l’exclusion sociale au sein des communautés roms marginalisées, en particulier dans les domaines de l’éducation, de l’emploi, de la santé et du logement, ces mesures reconnaissent qu’il est important d’élaborer des plans d’action locaux qui correspondent aux besoins de chacune des communautés et qui les reflètent.

Cette stratégie repose sur la coopération de toutes les parties prenantes impliquées dans le processus d’intégration des Roms, notamment les ONG, les médias, les universités et les Roms eux-mêmes. Le plan d’action repose sur une vision et des objectifs communs, mais chaque niveau de décision politique (entités fédérales) élabore ses propres mesures.

Les principales mesures consistent notamment à favoriser l’assiduité scolaire, à créer un Conseil pour les Roms et les gens du voyage au gouvernement fédéral et à mettre en place un service d’assistance pour les Roms au sein du ministère fédéral de l’inclusion sociale.

Point de contact national

Chaque État membre a été invité à désigner un point de contact national, qui a le pouvoir de coordonner le développement et la mise en œuvre de la stratégie nationale d’intégration des Roms. En Belgique, il s’agit du groupe de travail interministériel sur l’inclusion des Roms, du secrétaire d’État à l’intégration sociale, du Service fédéral de programmation publique pour l’intégration sociale. Ce portefeuille est sous la responsabilité du Secrétaire d’État à l’asile et aux migrations, à l’intégration sociale et à la lutte contre la pauvreté.

Évaluation de la mise en œuvre de la stratégie de la Belgique

Au printemps 2014, la Commission a adopté son évaluation sur les progrès réalisés concernant la mise en œuvre des stratégies nationales pour l’intégration des Roms dans les quatre domaines clés que sont l’éducation, l’emploi, la santé et le logement, ainsi qu’en matière de lutte contre les discriminations et d’utilisation des fonds.

Des pratiques prometteuses

Logement: En janvier 2013, 38 médiateurs/personnes habilitées à faire le pont entre les communautés (médiateurs interculturels), «stewards de quartier», chefs de projets et consultants ont travaillé dans la région Bruxelles-Capitale et dans la région flamande (embauchés par les centres publics d’aide sociale, le ministère de l’éducation, l’agence pour l’emploi, la police, les services d’intégration ou des ONG locales) en vue de s’assurer le soutien des Roms et non-Roms pour des interventions en matière de logement.

Insertion sociale et professionnelle des Roms: En 2012, l’autorité de gestion du Fonds social européen (FSE) au niveau fédéral a lancé un projet pilote visant à favoriser l’insertion sociale et professionnelle de la population rom. En 2012, quatre centres ont participé à ce projet. En 2013, leur nombre est passé à six, avec plus de 120 bénéficiaires.

En Belgique, des médiateurs œuvrent à gagner la confiance tant des Roms que des autres communautés pour des interventions en faveur de l’accès à des logements décents dans le cadre d’une approche intégrée. Outre des stewards urbains, des médiateurs et des consultants contribuent également à l’intégration des Roms. En janvier 2013, 38 médiateurs, y compris des médiateurs interculturels, des stewards urbains, des chefs de projet, des acteurs locaux et des consultants sont intervenus dans les régions de Bruxelles et des Flandres.

Le centre de médiation des gens du voyage et des Roms, qui concerne principalement la Wallonie, existe depuis 2001. C’est un médiateur reconnu entre les institutions, les Roms et le public.