Chemin de navigation

Sept points essentiels pour la mise en place d'une charte

 Compétence

Afin de pouvoir mettre en place et de promouvoir une charte de la diversité, les organisations doivent connaître en profondeur le principe de la gestion de la diversité et de l’inclusion. Une base de connaissances solide permettra à la charte d’acquérir la crédibilité nécessaire à son lancement.

 Rester simple!

Toute organisation qui dispose de l’expertise nécessaire dans le domaine de la diversité (association professionnelle, fondation, organisme gouvernemental, etc.) peut mettre en place une charte de la diversité. Si nécessaire, les organismes gouvernementaux peuvent également travailler en partenariat avec des consultants locaux ou avec une organisation, afin de développer des activités promotionnelles. La simplicité et la flexibilité sont des valeurs essentielles à la conception d’une nouvelle charte, afin de maintenir au plus bas les coûts de fonctionnement et de garantir des résultats économiquement efficaces.

 Partenariats et alliances

Les activités promotionnelles menées au sein des États membres représentent une part importante des activités quotidiennes de la charte. Ces activités nécessitent souvent des partenariats entre les chartes et les institutions locales qui ont déjà de l’expérience dans le domaine de la diversité, ainsi qu’une réputation bien établie au sein de la communauté. Par exemple, il peut s’agir d’un organisme administratif local comme un ministère, ou d’un organisme responsable de l’égalité. En aidant à collecter des signatures dans des villes et des municipalités plus petites, ces partenaires peuvent rallier des entreprises, et en particulier des PME, partout dans le pays.

 Gestion

Afin de minimiser le coût du projet, l’organisation responsable de la promotion de la charte doit rester la plus simple possible. Les tâches de gestion comprennent habituellement la rédaction du texte de la charte, la promotion de celle-ci auprès de signataires potentiels, l’organisation d’événements réunissant les différents acteurs, le partage de bonnes pratiques avec les chartes d’autres États membres, etc.

 Autofinancement

Pour mettre en place une charte viable dotée d’un budget promotionnel suffisant, il est nécessaire que ses fondateurs trouvent une source stable de financements. Les chartes sont le plus souvent financées par diverses sources : dons versés par les signataires, droits d’inscription payés par les participants aux programmes de formation, parrainage d'évènements, financements d'administrations nationales et fonds de l’Union européenne (par le biais de projets nationaux cofinancés), etc.

 Services aux signataires

L'Internet est le principal outil de communication entre les chartes. Le site de chaque charte doit donner accès à ses signataires à une version électronique de la charte. Il doit également offrir une base de données à jour des signataires, partenaires et sponsors. Le site doit également encourager un échange actif d’informations, pour permettre aux signataires de partager les bonnes pratiques et de contacter les chartes des autres pays de l’Union européenne. L’éventail des services gratuits disponibles dépendra de la faculté de chaque charte à lever les fonds nécessaires.

 Les échanges à l’échelle de l’Union européenne

Les chartes nationales et leurs signataires ont beaucoup à gagner d'une participation active à la plateforme d’échanges pour la diversité. Celle-ci leur donne accès à des informations sur les bonnes pratiques ainsi qu’à des outils de formation, leur permettant de mettre en place des échanges avec d’autres entreprises de toute l’Europe. La plateforme peut également être utile pour les organisations qui veulent apprendre comment lancer et faire fonctionner une charte avec succès.