Chemin de navigation

Press releases and News :: La commissaire Maria Damanaki salue le soutien du Parlement européen à l’interdiction des rejets dans le Skaggerak

La commissaire Maria Damanaki salue le soutien du Parlement européen à l’interdiction des rejets dans le Skaggerak

(19/04/2013) Mardi, le Parlement européen a voté en faveur de l’adoption d’une interdiction de rejet de 35 espèces de poissons indésirables capturés dans le Skaggerak (le détroit qui sépare la Norvège et la Suède du Danemark).

Cette interdiction imposerait aux navires de pêche de débarquer tous les poissons capturés, afin de mettre un terme aux «rejets», cette pratique consistant à rejeter les poissons en mer, le plus souvent parce qu’ils ne sont pas de l’espèce ou de la taille convoitée.

La commissaire Damanaki a salué le vote du Parlement européen: «La proposition de mettre un terme au gaspillage engendré par le rejet de poissons comestibles en mer est l’un des éléments-clés de la réforme de la politique commune de la pêche de l’UE. Le soutien du Parlement européen à la proposition d’interdiction des rejets dans le Skaggerak avancée par la Commission l’été dernier est très important, car il nous aidera à convaincre ceux qui doutent encore de la faisabilité d’une interdiction de ce type dans des délais précis

Selon cette proposition, l’UE et la Norvège doivent harmoniser leurs mesures techniques et de contrôle en matière de pêche si elles souhaitent garantir la viabilité à long terme des stocks halieutiques. Ceci implique l’obligation de débarquer l’intégralité des prises de certaines espèces de poissons, ce qui permettrait de faire disparaître la pratique des rejets. Ces nouvelles mesures s’appliqueront à tous les États membres possédant des droits de pêche dans le Skagerrak, à savoir la Suède, le Danemark, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. La Commission est d’avis que les États membres devraient bénéficier d’une certaine marge de manœuvre dans l’application de cette interdiction.

Les négociateurs du Parlement européen vont à présent débattre de cette proposition avec les États membres dans le but de parvenir à un accord. Une fois adoptée, l’interdiction devrait prendre effet progressivement entre 2014 et 2016.