Virus du papillome humain (VPH)

Dans l'UE, le cancer du col de l’utérus est, après le cancer du sein, le cancer le plus fréquent chez les femmes âgées de 15 à 44 ans. Les pays qui ont mis en place des programmes de dépistage du cancer du col de l'utérus ont considérablement réduit l'incidence de ce cancer et le nombre de décès, mais il demeure une importante cause de décès chez les femmes dans l'UE.

Le cancer du col de l'utérus est provoqué par certaines souches du virus du papillome humain (VPH). Plusieurs études ont mis en évidence la présence du VPH dans plus de 90 % des cancers du col de l'utérus.

Deux vaccins contre le VPH autorisés par l'UE

L'UE a autorisé la mise sur le marché de deux vaccins contre le VPH qui ont reçu le feu vert du comité scientifique de l’Agence européenne des médicaments:

Ces vaccins préviennent les infections par les deux principales souches du VPH responsables du cancer du col de l'utérus.

Plateforme de collaboration européenne et groupes d'experts

La plateforme VENICE (nouvelle initiative européenne intégrée de collaboration dans le domaine de la vaccination) facilite l'échange d'informations entre les États membres sur l'immunisation contre le VPH et d'autres actions menées dans ce domaine. La Commission joue un rôle de facilitateur/coordonnateur.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies finance la plateforme. Il a constitué un groupe d'experts chargé d'étudier l'introduction de la vaccination contre le VPH dans les pays de l'UE. Le rapportpdf 2008 du groupe d'experts portait sur:

  • l'évaluation scientifique du vaccin contre le VPH;
  • les programmes de dépistage du cancer du col de l'utérus;
  • les populations cibles;
  • les stratégies de vaccination;
  • la question des coûts;
  • le suivi et l'évaluation;
  • les priorités futures en matière de recherche.

Dépistage du cancer

Les vaccins contre le VPH ne protègent pas à 100 % contre le cancer du col de l'utérus.

Les types du VPH couverts par les vaccins représentent environ 70 % des cancers du col de l'utérus au niveau mondial. Par ailleurs, aucun vaccin n'est efficace à 100 %.

La vaccination contre le VPH ne remplace pas le dépistage systématique du cancer du col de l'utérus.

Il est recommandé que les pouvoirs publics mettent en place un dépistage organisé à grande échelle du cancer du col de l'utérus au moyen de frottis, avant d'introduire la vaccination. Ce dépistage doit tenir compte des European guidelines for quality assurance in cervical cancer screening and diagnosis (lignes directrices européennes pour l'assurance de la qualité du dépistage et du diagnostic du cancer de l'utérus).

Voir la recommandation de l'UE