EUROPA > DG Health and Consumer Protection > Public Health  Contact | Search | What's New? | Subscribe | Site Map | Index 
Uranium appauvri home
Source :
SCHER (2010)

Résumé & Détails :
Media Consulta
A propos...

Uranium appauvri


 
Glossaire

L'uranium appauvri est un métal dense obtenu comme sous-produit dans le cadre du processus d'enrichissement de l'uranium naturel pour la fabrication de combustible nucléaire. Il est encore radioactif, mais à un niveau bien moindre que dans le matériau de départ. Il est utilisé dans les obus perforants et les bombes pour les rendre plus pénétrants. Ces munitions ont été utilisées dans les deux guerres du Golfe, ainsi qu'en Serbie et au Kosovo. Leur utilisation a suscité des inquiétudes concernant les risques pour la santé liés à l'exposition à de l'uranium ainsi répandu. De nombreuses études ont conclu à l'absence de preuves établissant sa nocivité, mais les résultats restent toutefois contestés. En 2008, le Parlement européen a demandé de nouvelles études scientifiques portant sur l'uranium appauvri et les éléments dans lesquels il est présent. Quel est le meilleur élément de preuve, et le plus récent, des risques posés par l'uranium appauvri pour la santé et l'environnement, en particulier après l'utilisation de munitions qui en contiennent ?
Evaluation réalisée par le Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux (SCHER).

Les réponses à ces questions sont un résumé fidèle de l’avis scientifique formulé en 2010 par "Le Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux" (SCHER):
"Opinion on the environmental and health risk posed by depleted uranium" Plus...

 

1. Introduction

Étant donnés les risques que présente l'uranium appauvri (UA) pour la santé, son utilisation, en particulier dans les munitions, suscite des inquiétudes.

Différents rapports d'experts concluent à l'absence de preuves établissant la nocivité de l'exposition à de l'uranium appauvri. Ceux-ci ont toutefois été contestés.

Le Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux (SCHER) a examiné les rapports existants ainsi que les publications scientifiques récentes afin d'évaluer les risques environnementaux et sanitaires liés à l'UA.

 

2. Qu'est-ce que l'uranium appauvri et comment est-il utilisé ?

Qu'est-ce que l'uranium appauvri et comment est-il utilisé ?

L'uranium appauvri est un sous-produit du processus d'enrichissement de l'uranium naturel entrant dans le cadre de la fabrication de combustible nucléaire. Il est moins radioactif que l'uranium naturel, puisqu'il contient moins de matériau fissile U-235.

L'uranium est un métal extrêmement dense : il est 1,7 fois plus dense que le plomb. Cela explique son intérêt dans les applications où l’on recherche une masse importante pour un faible volume. Celles-ci comprennent les obus perforants et les bombes. Des munitions contenant de l'UA ont été utilisées dans les deux guerres du Golfe, en 1991 et 2003, ainsi qu'en Serbie et au Kosovo.

 

3. Quels sont les effets des radiations sur la santé ?

Quels sont les effets des radiations sur la santé ?

Les radiations peuvent provoquer la maladie des rayons, due à l'endommagement immédiat des tissus. De tels dommages peuvent être observés après une radiothérapie, des accidents industriels ou l'utilisation d'armes nucléaires. Les cellules à reproduction rapide, comme celles de la paroi intérieure de l'intestin, de la moelle osseuse et de la peau, sont les plus affectées. Une exposition importante engendre la destruction des tissus et est rapidement fatale.

La maladie des rayons apparaît uniquement au-delà d'un certain seuil d'irradiation. Il ne semble pas vraisemblable de pouvoir atteindre un tel seuil, quel que soit le mode d'exposition à de l'uranium appauvri.

Les radiations peuvent également provoquer des mutations de l'ADN, ce qui accroît le risque de cancer. Ce risque est habituellement considéré comme proportionnel à la dose d'irradiation, sans seuil minimal.

Aucune étude n'a pu établir de lien clair entre le nombre de tumeurs et les doses d'irradiation dans la plage du rayonnement de fond. Cela peut s'expliquer par la difficulté de la conduite d'études épidémiologiques portant sur de telles doses. Toutefois, Il existe également des preuves biologiques récentes de l'existence d'un seuil cancérigène pour l'exposition à des radiations ou à des substances chimiques.

 

4. L'uranium appauvri présente-t-il un danger d'irradiation ?

Tous les isotopes de l'uranium sont radioactifs. L'UA est considérablement moins radioactif que l'uranium non traité. La différence est habituellement de l'ordre de 40 %. La radioactivité provient principalement de particules alpha, qui ne pénètrent pas la peau. Cela signifie que les dangers liés à l'uranium appauvri existent uniquement en cas d'inhalation de celui-ci dans des poussières, de consommation d'aliments ou d'eau contaminés, ou de pénétration d'éclats d'obus dans le corps.

 

5. Quels autres effets l'uranium appauvri peut-il avoir sur la santé ?

Quels autres effets l'uranium appauvri peut-il avoir sur la santé ?

Tous les isotopes de l'uranium possèdent la même toxicité chimique, et c'est la cause majeure probable d’effet délétère de l'uranium appauvri.

La toxicité de l'uranium pour l'être humain a été largement étudiée. Les composés solubles de l'uranium ingérés au travers de l'alimentation ou des boissons se concentrent dans les reins, et les néphropathies sont les effets nocifs de l'uranium les mieux documentés. Les études confirment que la toxicité de l'UA est identique à celle de l'uranium naturel. Le suivi médical des vétérans de la Guerre du Golfe ayant reçu des éclats d'obus contenant de l'uranium n'a jusqu'ici révélé aucune conséquence grave pour la santé.

 

6. Quels effets néfastes l'uranium peut-il avoir sur l'environnement ?

Les données disponibles sont moins nombreuses concernant les effets de l'exposition à l'uranium sur l'environnement, par rapport à ses effets sur la santé humaine. Quant à cette dernière, la toxicité de l'uranium est le principal danger.

 

7. Exposition à l'uranium

7.1 Exposition naturelle : une bonne référence

L'uranium est naturellement présent dans les minéraux et le sol, et en moindre quantité dans les aliments et les boissons. L'absorption moyenne quotidienne d'uranium naturel chez l'homme est estimée à 1 à 2 µg pour les aliments et 1,5 µg pour l'eau consommée.

7.2 Qu'advient-il de l'uranium appauvri contenu dans des munitions ?

Qu'advient-il de l'uranium appauvri contenu dans des munitions ?

Les obus perforants atteignant leur cible produisent une poussière d'uranium ainsi que des fragments du métal. La poussière se consume pour former de l'oxyde d'uranium, qui se dépose largement à l'intérieur du véhicule cible. La poussière qui s'échappe ne se disperse habituellement pas sur une grande distance, étant donnée la densité de l'uranium.

Les munitions contenant de l'UA qui frappent le sol pénètrent celui-ci. L'uranium s'y oxyde et se dissout sur plusieurs années ou décennies. Au fil du temps, l'uranium disparaît du site d'impact. Les quantités totales résiduelles ne sont pas suffisantes pour augmenter de façon significative le rayonnement issu de l'uranium naturel.

Les études des quantités résiduelles d'UA présentes dans les zones de combat montrent généralement de faibles concentrations du métal, du même ordre que celles de l'uranium naturel. Des zones sensibles peuvent toutefois avoir été identifiées en nombre limité.

Les échantillons d'urine prélevés sur des soldats et des civils habitant des régions où ont été utilisées des munitions contenant de l'UA, montrent en règle générale un très faible niveau d'exposition à de l'UA.

 

8. Les données font-elles apparaître de quelconques risques dus à l'UA résiduel pour la santé ou l'environnement ?

L'exposition de l'homme à de l'UA et le niveau d'absorption de celui-ci semblent inférieurs aux niveaux tolérables établis pour l'uranium, en termes de risque chimique et d'irradiation. Le suivi environnemental indique que la contamination dans les zones de guerre est généralement faible, excepté dans les zones proches de véhicules détruits et d'obus. Les risques pour la faune et la flore terrestres et aquatiques sont faibles.

 

9. Conclusions

Le CSRSE confirme les conclusions des précédents rapports d'experts : la diffusion potentielle d'UA ne devrait pas poser de risques pour l'environnement et la santé humaine. L'exposition à l'UA est très limitée par comparaison à l'exposition due au rayonnement de fond.

Dans les zones de combat, les véhicules touchés par des munitions contenant de l'UA doivent être rendus inaccessibles au grand public et correctement évacués / traités. Les munitions usagées contenant de l'UA doivent également être collectées et évacuées / traitées.


Les droits d’auteur de la Structure à Trois Niveaux utilisée pour communiquer cet avis du SCHER appartiennent à Cogeneris SPRL.