Notification Detail

Decree on the labelling of furniture products regarding their emissions of volatile pollutants

Notification Number: 2017/22/F (France)
Date received: 19/01/2017
End of Standstill: 20/04/2017 ( 20/07/2017)

Issue of comments by: Austria,Commission,Germany
Issue of detailed opinion by: Italy,Latvia,Poland,Spain,United Kingdom
bg cs da de el en es et fi fr hr hu it lt lv mt nl pl pt ro sk sl sv
bg cs da de el en es et fi fr hr hu it lt lv mt nl pl pt ro sk sl sv


Message 002

Communication from the Commission - TRIS/(2017) 00151
Directive (EU) 2015/1535
Translation of the message 001
Notification: 2017/0022/F

No abre el plazo - Nezahajuje odklady - Fristerne indledes ikke - Kein Fristbeginn - Viivituste perioodi ei avata - Καμμία έναρξη προθεσμίας - Does not open the delays - N'ouvre pas de délais - Non fa decorrere la mora - Neietekmē atlikšanu - Atidėjimai nepradedami - Nem nyitja meg a késéseket - Ma’ jiftaħx il-perijodi ta’ dawmien - Geen termijnbegin - Nie otwiera opóźnień - Não inicia o prazo - Neotvorí oneskorenia - Ne uvaja zamud - Määräaika ei ala tästä - Inleder ingen frist - Не се предвижда период на прекъсване - Nu deschide perioadele de stagnare - Nu deschide perioadele de stagnare.

(MSG: 201700151.EN)

1. Structured Information Line
MSG 002 IND 2017 0022 F EN 19-01-2017 F NOTIF


2. Member State
F


3. Department Responsible
Direction générale des entreprises – SQUALPI – Bât. Sieyès -Teledoc 151 – 61, Bd Vincent Auriol - 75703 PARIS Cedex 13
d9834.france@finances.gouv.fr
tél : 01 44 97 24 55


3. Originating Department
Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer / Direction générale de la prévention des risques / Bureau santé-environnement
Tour Sequoia 92055 La Défense CEDEX
01 40 81 86 65
camille.fevrier@developpement-durable.gouv.fr


4. Notification Number
2017/0022/F - H00


5. Title
Decree on the labelling of furniture products regarding their emissions of volatile pollutants


6. Products Concerned
Furniture products containing wood-based panels


7. Notification Under Another Act
-


8. Main Content
The present draft decree establishes the mandatory labelling of furniture products regarding their emissions of volatile pollutants. The present draft decree specifies that mandatory labelling shall apply to furniture products containing wood-based panels, whether or not intended exclusively for indoor use. This obligation shall not apply to second-hand furniture. Furthermore, labelling shall only be mandatory for production runs of 10 or more identical items of furniture. These products can only be placed on the market if they bear a label giving details of the product’s emissions of volatile pollutants. The draft decree also establishes the requirement to provide consumers with information on the precautions to be taken relating to emissions of volatile pollutants from the furniture. The provisions of the draft decree shall enter into force on 1 January 2020. However, for products that have been placed on the market before 1 January 2020 and are still on the market, these provisions shall apply as of 1 January 2021.


9. Brief Statement of Grounds
Furniture products are a potential source of indoor air pollution. The French Agency for Food, Environmental and Occupational Health & Safety (ANSES) has identified numerous substances, some of which are carcinogenic, mutagenic or toxic to reproduction, that could be emitted by some furniture. The French Environmental Code requires furniture to be labelled with information concerning their emissions of volatile pollutants, as with building and decoration products (Article L221-10 of the French Environmental Code).


10. Reference Documents - Basic Texts
Reference(s) to basic text(s): Article L 221-10 of the French Environmental Code


11. Invocation of the Emergency Procedure
No


12. Grounds for the Emergency
-


13. Confidentiality
No


14. Fiscal measures
No


15. Impact assessment
-


16. TBT and SPS aspects
TBT aspect

No - the draft is neither a technical provision nor a conformity assessment procedure.

SPS aspect

No - the draft is neither a sanitary nor phytosanitary measure.

**********
European Commission

Contact point Directive (EU) 2015/1535
Fax: +32 229 98043
email: grow-dir83-189-central@ec.europa.eu

Stakeholders Contributions

The TRIS website makes it easy for you or your organization to contribute with your opinion on any given notification.
Due to the end of standstill we are currently not accepting any further contributions for this notification via the website.


en
  VDM - Verband der Deutschen Möbelindustrie e.V. on 20-04-2017
Click to expand

The German Confederation of the Furniture Industry (Verband der Deutschen Möbelindustrie - VDM) comments on the French Decree on the labelling of furniture products regarding their emissions of volatile pollutants notified to the EU under Directive (EU) 2015/1535 as follows:

Notification 2017/0022/F

Décret à l’étiquetage des produits d’ameublement vis-à-vis de leurs émissions en polluants volatils

And the correspondant

Notification 2017/0023/F

Arrêté à l’étiquetage des produits d’ameublement vis-à-vis de leurs émissions en polluants volatils

The French Decree represents a violation of the Treaty of the Functioning of the European Union (TFEU), especially of Article 34 and 36, since it is hampering the free movement of goods by setting up protectionist provisions for furniture to be sold on the French market.

The Decree is

·         not justified,

·         not proportionate,

·         not suitable, nor effective,

·         incomplete

by that creating massive barriers to trade and hampering access to the French market as it does not respect the principles of the TFEU.

Explanatory statement with detailed comments can be read in the file attached.

 


en
  FederlegnoArredo on 19-04-2017
Click to expand

FederlegnoArredo is the Italian Federation of woodworking and furniture companies.

Established in 1945, it nowadays represents about 2800 enterprises in the sector, from big players to SMEs.

The Federation wishes to state some concerns regarding the Draft Decree, as it constitutes a serious threat to the circulation of goods, and specifically of furniture products, in the EU internal market, imposing additional testing requirements and costs on companies wishing to sell their products in the French market. While the overall aim is positive (consumers' health protection with regard to indoor air quality), the approach chosen by French authorities is not effective nor justified.

For the full position, please consult the document in attachment.

 


fr
  UNIFA on 11-04-2017
Click to expand

 Voir les commentaires détaillés et demandes exprimées par l'Ameublement Français dans le document en pièce jointe également.

En résumé :

- Il faut évaluer l’impact financier de cet étiquetage pour les entreprises ainsi que le bénéfice réel pour le consommateur/utilisateur de meubles en termes d’information pour sa santé.

- Il faut orienter le consommateur vers les produits utilisant des panneaux à base de bois moins émetteurs et donc favoriser les fabricants qui les mettent en œuvre. Un tel dispositif aura comme avantage de développer un comportement vertueux chez les professionnels et de garantir l’information pertinente du consommateur.

- Il faut revoir totalement les valeurs des limites d’émission en formaldéhyde définies pour les classes A+ et A et B afin de rendre ces textes applicables et cohérents avec les règlementations similaires poursuivant le même objectif.

- Par cohérence avec l’écolabel européen sur les meubles (Décision (UE) 2016/1332), introduire un minimum de 5 % en masse de panneaux à base de bois/masse du meuble pour l'application.

- Cet étiquetage visible ne doit être obligatoirement présent qu’avant l'acte d'achat au niveau du meuble sur le lieu de vente physique, sur les pages du catalogue ou celles du site internet de vente à distance.

- Cette nouvelle règlementation est susceptible de perturber le fonctionnement du marché en nuisant à la concurrence entre les différents canaux de distribution des produits d’ameublement, notamment entre la vente en magasin en France et la vente par internet depuis un pays étranger qui n'aura pas cette obligation d'affichage (Directive du 25 octobre 2011 relative aux droits des consommateurs).

- à l’article 3 de l'arrêté, pour tout produit d’ameublement, la concentration d’exposition doit pouvoir être établie à partir d’un ou de quelques meubles de référence seulement.

- l'annexe I de l'arrêté doit proposer une 3e méthode basée sur la qualité des matériaux entrant dans la composition du meuble, quelles que soient ses dimensions. Les classes A+ à C du meuble seraient établies par calcul à partir des niveaux d’émission et/ou de concentration de formaldéhyde des panneaux à base de bois, des revêtements, des finitions et des colles mis en œuvre dans le meuble fini, documentés par les fournisseurs de ces différents matériaux et produits. Ainsi les metteurs en marché de meubles seraient encouragés à utiliser les matériaux les moins émissifs.


en
  British Furniture Confederation on 10-04-2017
Click to expand

 

This proposed  decree present a number of technical and practical concerns::

 

  1. The test method requires whole items of furniture which is likely to be costly and unaffordable for industry thus making it non competitive compared with its non-EU counterparts

  2. There are few facilities across Europe capable of carrying out the specified test which will cause delays in testing and also increase test costs due to the simple economic rules of supply and demand.

  3. The frequency of testing has yet to be specified

  4. Technical experts have noted that:

 

  • the specified values are extremely low and may be difficult to measure accurately

  • only furniture constructed with formaldehyde free materials such as steel, plastic or glass will have a chance to fulfill the demands of the proposed class A+

  • furniture constructed with wood based-panels, or even solid furniture, would have problems to reaching even class B

  • the detection limit of formaldehyde according to ISO 16000-9 is 2 mg/m³. Consequently and in combination with the high variability of the test method, it is impossible to distinguish between classes A+, A and B.

 

In addition, it is felt that this may constitute a barrier to trade  and will certainly pose a problem for all EU panel product manufacturers and their furniture manufacturer customers.

 

The most sensible route forward would be to limit boards to being a minimum of E1 level (very low formaldehyde or better) using the regular test regimes are already in place (and accepted across the supply chain) which ensure that formaldehyde levels are monitored throughout board manufacturing and in any subsequent testing.

 

This decree requires an additional layer of testing and, it appears, could be particularly penal in relation to furniture items comprising significant volumes of board materials.

 

 

 


en
  ANFTA - AEFCON on 07-04-2017
Click to expand

ANFTA (Spanish Particleboard and Fibreboard manufacturers Asssociation) and AEFCON (Spanish Pywood manufacturers Association) represent the wood based panels industry in Spain.


en
  EFIC - The European Furniture Industries Confederation on 04-04-2017
Click to expand

EFIC – the European Furniture Industries Confederation – represents the voice of the jointly united European furniture industries and its registered representative towards the European Institutions. EFIC members are the National federations of European furniture producers in 12 member States. EFIC represents more than the 70% of the total turnover of the furniture industries in Europe.

Recognizing the objectives of the envisaged legislation concerning the interior emissions of furniture in France, EFIC welcomes the possibility to comment on the legislative package.

Please find attached EFIC detailed comments on the notified draft.


en
  fedustria on 27-03-2017
Click to expand

Please find in annes our principal remarks


fr
  FNAEM on 17-03-2017
Click to expand

 

1.    Impact sur la compétitivité des entreprises d’une réglementation franco-française

 

Pour les metteurs en marché, cette réglementation franco-française va engendrer des coûts additionnels (tests, logistiques, systèmes d’information, etc.) et handicaper la compétitivité des entreprises françaises.

 

 

 

=> Une étude (a minima un Test PME) doit impérativement être menée par le Ministère pour évaluer l’impact de cette réglementation avant d’aller plus loin dans le projet, afin de s’assurer notamment que les coûts de mise en œuvre ne sont pas disproportionnés.

 

 

 

 

 

2.    Des seuils de concentration d’émission de formaldéhyde pour les produits d’ameublement différents de ceux des produits de construction

 

(cf. Annexe I de l’arrêté – Paragraphe C – Concentrations d’émissions de FA et classes correspondantes)   

 

 

 

CLASSES selon concentration d’émission de Formaldéhyde

C

B

A

A+

Seuils Ameublement (FA en ug/m3)

≥ 10

< 10

< 5

< 3

Seuils Construction (FA en ug/m3)

≥ 120

< 120

< 60

< 10

 

 

 

 

 

Les seuils de classement du projet d’arrêté pour les émissions de formaldéhyde des meubles sont 3 à 12 fois plus sévères que les seuils réglementaires fixés pour les produits de construction et de décoration, alors qu’ils répondent aux mêmes impératifs de la loi Grenelle.

 

 

 

Ainsi, à titre d’exemple, un produit de menuiserie intérieure et un produit d’ameublement utilisant un même matériau dans des proportions équivalentes se verront étiquetés dans 2 classes d’émissions différentes, voire très différentes…= complication (et non simplification) pour les metteurs en marché concernés et confusion de l’information vis-à-vis des consommateurs.

 

 

 

=> Les classes « Ameublement » doivent reposer sur les mêmes seuils d’émission de formaldéhyde que les classes « Construction ».

 

 

 

 

 

3.    Méthode alternative d’évaluation

 

(Projet d’arrêté - Annexe 1. B Méthode 2 : Caractérisation des concentrations d'exposition à partir des émissions des panneaux à base de bois)  

 

 

 

La rédaction de ce paragraphe est peu claire et demande précision. Il faut proposer une méthode alternative plus pertinente en termes d’information du consommateur en fonction de son besoin en ameublement. Ainsi, tels que les projets de texte sont rédigés actuellement, l’information délivrée au consommateur est incomplète : un consommateur pourrait en effet choisir d’acheter 2 meubles classés B en lieu et place d’un meuble plus grand mais classé C ; il serait au final potentiellement exposé à plus d’émissions de polluants volatils, contrairement à ce qu’il pourrait penser.

 

 

 

=> Pour plus de pertinence, il faut étudier une méthode alternative consistant à étiqueter les meubles en fonction de la qualité des matériaux mis en œuvre et non du volume d’émission d’un meuble en polluants volatils dans une pièce donnée ; ceci afin d’avoir une réglementation incitant les metteurs en marché à utiliser les matériaux les moins émissifs et donnant une information pertinente aux consommateurs par rapport à son usage.

 

 

 

A minima : l’émission du meuble doit être évaluée en relation avec un scénario d’usage, dans la même logique que l’affichage environnemental.

 

 

 

 

 

4.    Distorsion de concurrence entre les produits commercialisés sur le territoire français et ceux commercialisés depuis un autre pays

 

(cf. Décret – Art.1 - § Art. R 221-44)    

 

 

 

Cet article pose problème dans son application concrète :

 

-         au niveau du contenu de l’information (qu’est-ce qu’un niveau d’information équivalent : un même objectif d’affichage sur la forme mais sur le fond avec des méthodes de mesure et des seuils différents ?)

 

-         au niveau de son contrôle.

 

Par exemple, pour les sites marchands étrangers accessibles aux consommateurs français, comment les autorités nationales de contrôle du marché (DGCCRF…) s’assureront-elles de l’application de la réglementation ?

 

 

 

=> Dans la pratique, la disposition de l’Art.1 - § Art. R 221-44 du projet de décret va créer une distorsion de concurrence. Des produits commercialisés auprès de consommateurs français depuis un autre pays pourraient afficher un étiquetage à moindre coût et mieux disant.

 

 

 

 

 

5.    Absence du Ministère de l’économie (DGE) en tant que signataire des décret et arrêté

 

Alors que les projets initiaux prévoyaient la signature de 3 ministres (Environnement, Santé et Economie), les projets soumis à la consultation publique ne prévoient plus la signature du Ministère de l’Economie. Or, ce dernier est impliqué à 2 niveaux : en tant que partie prenante dans la réalisation de l’étude d’impact de cette réglementation ; en tant que ministère de tutelle de l’autorité compétente des contrôles (DGCCRF) et de notre filière.

 

 

 

=> Le Ministère de l’Economie doit être signataire des textes.

 

 

 

 

 

 

 

6.    Fixation d’une surface minimum de panneaux à base de bois dans le meuble

 

(Décret – Art. 1 § Art. R. 221-39)

 

 

 

Les projets actuels prévoient l’application à tous les meubles contenant des panneaux à base de bois, quelque que soit la proportion contenue dans le meuble.

 

 

 

=> Il serait pertinent de définir une surface minimum ou bien un pourcentage en masse minimum de panneaux entrant dans la composition du meuble, à partir duquel cette réglementation s’applique.

 

 

 

 

 

7.    Information additionnelle / précaution d’usage

 

(cf. Article 1er du Décret - Art. R. 221-43)    

 

 

 

Le projet de décret prévoit l’obligation de recommander aux consommateurs d’aérer la pièce dans laquelle est positionné un meuble neuf, recommandation qui devrait se trouver sur une « étiquette ». Ce type de support ne nous semble pas pertinent.

 

 

 

=> Pour les précautions d’emploi : remplacer le terme « étiquette » dans l’Article 1er du Décret - Art. R. 221-43 par celui d’« information »