Chemin de navigation


Rencontrez l'Europe
CIED
Europe 2020 : une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive
l'Europe s'engage en France
Les commissaires européens
  • Instagram de la Représentation en France de la Commission européenne
Copenhague : le monde se penche sur l'avenir de la terre
Envoyer cette page par e-mailEnvoyer cette page par e-mailImprimerImprimer

Du 7 au 18 décembre, Copenhague, capitale danoise accueille 192 pays pour des négociations d'une importance majeure : sceller un accord international pour lutter contre le changement climatique.

    COP15 logo

    ARCHIVE : cette page n'est plus mise à jour

    L'actualité de Copenhague

     

    Suivez le déroulement de la Conférence des Nations Unies à Copenhague jour après jour sur le web:

    Climate Action : le site de la Commission européenne sur le changement climatique

    Le site officiel de la Conférence sur le changement climatique

    L'info sur Touteleurope.fr

    Copenhague en quelques mots

    Qu'est-ce que c'est ?

    A défi mondial, réunion internationale : pour lutter contre le réchauffement climatique, la quinzième conférence des Nations Unies sur le changement climatique a pris ses quartiers à Copenhague. L'enjeu est de taille. En une dizaine de jours, les représentants de 192 pays doivent trouver un accord pour prendre la suite du protocole de Kyoto qui expire en 2012.

    Ratifié en 2005 par 172 pays, le Protocole de Kyoto propose un calendrier de réduction de 6 gaz à effet de serre qui sont considérés comme la cause principale du réchauffement climatique des cinquante dernières années. Ce phénomène est considéré comme l'une des principales menaces pour l'avenir de la planète. Une multitude de conséquences dramatiques sont redoutées. La montée des eaux met en danger de disparition certaines régions du globe, ce qui entraînerait des migrations importantes de population. Des risques sanitaires ainsi que la réduction de l'approvisionnement en eau avec l'augmentation des sécheresses et une dégradation de la qualité de l'air sont prévisibles. Enfin, les risques sont nombreux de voir la biodiversité se réduire, aussi bien au niveau végétal, qu'animal. Pour lutter contre ce phénomène, le protocole de Kyoto prévoit une réduction globale de 5,2 % des émissions d'ici 2012, date à laquelle le protocole expire.

    C'est pour écrire la suite de ce combat contre le changement climatique que s'est réunie la Conférences des Nations Unies sur le changement climatique.

    Les enjeux : pourquoi ce sommet ?

    • Réduire les émissions de gaz à effet de serre

    Selon les estimations des scientifiques, la planète s'est déjà réchauffée de 0,8°C. Une augmentation de la température globale supérieure à 2°C serait catastrophique pour l'environnement, la biodiversité et l'homme. A Copenhague, des mesures concrètes de réduction des émissions doivent être prises pour ralentir voire stopper le phénomène de réchauffement. Les études scientifiques sont formelles : il faut atteindre une réduction d'au moins 50 % des émissions par rapport au niveau de 1990, d'ici 2050. A plus court terme : les pays développés doivent avoir fait des réductions de 25 à 40 % d'ici 2020.

    • Prendre des engagements financiers

    La question de la répartition financière est cruciale, car elle pourrait conduire les négociations dans l'impasse. Les pays développés attendent une contribution de la part des pays en voie de développement, surtout les plus avancés économiquement. Ces derniers veulent un engagement clair des pays développés pour les aider à supporter le coût de mesures d'atténuation. L'Union européenne s'est dite prête à participer équitablement au financement pour permettre la conclusion d'un accord ambitieux. D'après une estimation de la Commission, 100 milliards d'euros par an seront nécessaires aux pays en développement, d'ici 2020 pour réduire les émissions et s'adapter au changement climatique.

    L'Europe, leader dans la lutte contre le changement climatique

    En décembre 2008, l'Union européenne a adopté une série de propositions dans le domaine de l'énergie et du changement climatique, qui fixent des objectifs ambitieux pour 2020. Elle espère ainsi s'engager sur la voie d'un avenir durable fondé sur une économie produisant peu de carbone et consommant moins d'énergie. Ces objectifs sont les suivants:

    1. réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 20 % par rapport à 1990 (et de moins 30 % si les partenaires de Copenhague prennent eux aussi des engagements);
    2. augmenter l'utilisation des énergies renouvelables (énergie éolienne, solaire, biomasse) à concurrence de 20 % de la production totale d'énergie;
    3. réduire la consommation d'énergie de 20 % par rapport au niveau prévu pour 2020 grâce à l'amélioration de l'efficacité énergétique.

    La Commission utilise son rôle de proposition des législations et de contrôle de leur application pour renforcer la lutte contre le changement climatique qui est l'une de ses priorités. Elle lance également régulièrement des campagnes de sensibilisation paneuropéennes auprès des citoyens pour qu'ils comprennent leur rôle essentiel dans ce défi climatique.

     

    Malgré les actions prises par l'Union européenne, elle n'est responsable que de 14 % des émissions au niveau mondial. Seule, elle ne peut donc rien contre le phénomène du changement climatique. Une action efficace ne peut se mener qu'au niveau mondial en impliquant l'ensemble des Etats. C'est l'objectif très ambitieux du Sommet de Copenhague.

    Liens



    Dernière mise à jour : 14/05/2012  |Haut de la page