Chemin de navigation


Rencontrez l'Europe
Année Européenne des citoyens 2013
CIED
Europe 2020 : une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive
  • Instagram de la Représentation en France de la Commission européenne
Les Roms et l'Union européenne
Envoyer cette page par e-mailEnvoyer cette page par e-mailImprimerImprimer

Le 21 mai 2012, la Commission européenne a publié une communication intitulée "Stratégies nationales d'intégration des Roms: un premier pas dans la mise en œuvre du cadre de l'UE ". L’évaluation des stratégies nationales par la Commission montre que les États membres s’efforcent d’élaborer une approche globale pour l’intégration des Roms.

    Les Roms en Europe: une minorité importante en situation précaire

    Le terme "Roms" recouvre des groupes de personnes partageant des caractéristiques culturelles plus ou moins similaires. Le Conseil de l'Europe désigne les Roms, les Sintés (Manouches), les Kalés (Gitans) et les groupes de population apparentés en Europe, dont les Voyageurs et les branches orientales (Doms, Loms). Ce terme englobe la grande diversité des groupes concernés, y compris les personnes qui s’auto-identifient comme « Tsiganes » et celles que l’on désigne comme « Gens du voyage ».

    Comptant une population de près de 10 à 12 millions en Europe (dont près de 6 millions au sein de l'Union européenne), les Roms constituent l'une des plus grandes minorités ethniques d'Europe.

    Depuis des siècles, cette minorité est victime de préjugés négatifs, d'exclusion sociale et souffre de profondes discriminations particulièrement en termes d'accès à l’éducation, à l’emploi, aux services de santé ou au logement. La plupart des Roms n'a pas un degré d'éducation suffisant pour trouver un emploi, leur espérance de vie est plus courte et leurs logements sont peu convenables. Par ailleurs, elle est victime de préjugés négatifs et d'exclusion sociale.  

    Selon un rapport de l'Agence des droits fondamentaux, un Rom sur trois est au chômage, 20 % ne sont pas couverts par une assurance médicale, un enfant Rom sur deux fréquente une école maternelle ou un établissement préscolaire et près de 90 % d'entres eux vivent dans un ménage ayant un revenu se situant en dessous du seuil de pauvreté.

    L'action de l'Union européenne pour les Roms

    Depuis quelques années, la situation des Roms s’est inscrite au cœur des préoccupations des institutions européennes et des Etats membres. En effet, ils ont une responsabilité conjointe en termes d'amélioration de l'intégration et de l'inclusion sociales des Roms. C'est pourquoi la Commission européenne a présenté plusieurs pistes pour améliorer leur situation socio-économique.

    Le 16 septembre 2008 s'est tenu le premier Sommet européen sur l'inclusion des Roms, à l'issue duquel la Commission européenne a été mandatée pour "organiser l'échange de bonnes pratiques et d'expériences entre les Etats membres dans le domaine de l'inclusion des Roms, à fournir un soutien en matière d'analyse et à stimuler la coopération entre toutes les parties concernées par les questions relatives aux Roms, y compris les organisations représentatives des Roms, au sein d'une plateforme européenne intégrée". Le deuxième Sommet s'est tenu en avril 2010.

    En avril 2010, la Commission européenne a publié une communication intitulée "L'intégration sociale et économique des Roms en Europe ", dans laquelle est présentée une stratégie devant servir à améliorer l’intégration économique et sociale des Roms.

    Par ailleurs, une Task Force sur les Roms a été établie par la Commission en septembre 2010, notamment pour analyser l'utilisation et l'efficacité des fonds nationaux et de l'UE.

    Dans une optique de fédérer et d'accompagner les Etats membres dans leurs démarches respectives, la Commission européenne a proposé en avril 2011 un cadre européen pour les stratégies nationales d’intégration des Roms . C'est la première fois que les actions des Etats membres dans le domaine de l'intégration des Roms sont encadrées et surveillées. Elle présente des solutions pour surmonter les obstacles actuels à une utilisation plus efficace des fonds européens et jette les bases d'un mécanisme de suivi solide visant à garantir des résultats concrets pour les Roms.

    L'Union européenne et ses Etats membres doivent continuer à faire de l'inclusion des Roms une priorité pour en finir avec les inégalités et les discriminations.



    Dernière mise à jour : 27/07/2012  |Haut de la page