Chemin de navigation


Rencontrez l'Europe
Année Européenne des citoyens 2013
CIED
Europe 2020 : une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive
  • Instagram de la Représentation en France de la Commission européenne
L'Europe unie – Bilan au terme de cinq années
Envoyer cette page par e-mailEnvoyer cette page par e-mailImprimerImprimer

Le 1 mai, nous célébrons les cinq ans de l'élargissement de l'Union européenne à 10 nouveaux pays. Olli REHN, Commissaire européen chargé de l'Elargissement, dresse, à cette occasion, un bilan de l'Europe unie.

    L'Europe unie – Bilan au terme de cinq années

    L'année 2009 marque un double anniversaire historique. Il y a 20 ans, le rideau de fer s'écroulait et des changements démocratiques pacifiques transformaient l'Europe centrale et orientale. En mai de cette année, nous célébrerons le 5e anniversaire de l’élargissement à l'Est, qui a permis à 12 nouveaux États membres de rejoindre l'Union européenne.

    Cinq ans plus tard, quel est le bilan de cet élargissement à l'Est?

    Premièrement, l'objectif de l'adhésion à l'UE a servi d'ancrage à la stabilité et à la démocratie pendant les années politiquement sensibles de transformation. Les réformes qu'exigeait l'adhésion à l'UE ont renforcé les libertés individuelles et le dynamisme économique en Europe centrale et orientale, tout en étendant notre zone de paix et de prospérité à près de 500 millions de personnes.

    Deuxièmement, l'élargissement a accru le poids exercé collectivement par l'Europe dans le monde, aussi bien dans les négociations commerciales internationales que dans les efforts destinés à affronter les défis mondiaux tels que le changement climatique et le développement. Il a considérablement renforcé notre capacité de gestion des crises, notamment lors des missions de maintien de la paix.

    Troisièmement, dans le domaine économique, l'élargissement à l'Est a bénéficié aux populations tant des anciens États membres que des nouveaux. Les chiffres relatifs aux échanges commerciaux et les emplois créés en sont des preuves très convaincantes.

    Le volume des échanges entre les «anciens» et les «nouveaux» États membres a presque triplé en moins de 10 ans, passant de 175 milliards d'euros en 1999 à 500 milliards d'euros en 2007. Et la croissance des échanges entre les nouveaux États membres, qui ont quintuplé au cours de la même période, passant de 15 milliards d'euros à 77 milliards d'euros, est encore plus parlante à cet égard.

    C'est l'une des principales raisons pour lesquelles depuis 2004, et jusqu'à ce que la crise financière actuelle touche l'UE, l'emploi a connu une croissance annuelle vigoureuse de 1,5 % dans les nouveaux États membres. Parallèlement, la création d'emplois dans les anciens États membres enregistrait une croissance solide de l'ordre de 1 % par an. Ainsi, aucune délocalisation d'emplois significative des anciens États membres vers les nouveaux ne s'est produite, en dépit des craintes qui avaient été exprimées en ce sens avant l'élargissement.

    Ces résultats démontrent que même en période de récession économique, comme c'est le cas actuellement, l'élargissement n'est pas une des causes du problème mais bien, potentiellement, un élément de la solution en tant que source de dynamisme économique. Et une récession dans les nouveaux États membres n'est pas synonyme de croissance dans les anciens, au contraire. C'est pourquoi l'UE soutient à présent la stabilité économique dans les nouveaux États membres et dans les pays candidats. Cela se justifie tant au nom de la solidarité que dans l'intérêt bien compris de l'UE.

    Enfin, les craintes de voir une union de 27 membres confrontée à un blocage institutionnel de son processus décisionnel se sont révélées infondées. L'UE poursuit ses activités et prend des décisions dans des domaines d'action essentiels, tels que la lutte contre la récession économique ou le changement climatique.

    Nous avons aussi tiré quelques enseignements en cours de route. Après les adhésions de 2004 et 2007, nous avons consolidé notre politique concernant les élargissements à venir de façon à couvrir l'Europe du Sud Est, c'est à dire les Balkans occidentaux et la Turquie. Le modèle européen reste très attrayant pour les nations de cette région. Il est judicieux pour nous, au sein de l'UE, de valoriser au mieux cet attrait.

    L’ancien président de la Commission, Jacques Delors, a un jour déclaré que passer à 27 membres exigerait du temps et la capacité de faire preuve d’esprit de famille et de comprendre la psychologie et les traditions de chacun. En d’autres termes, il faut renforcer le contrat de mariage qui lie les 27 pays.

    Pour y parvenir, nous devons poursuivre les réformes internes qui permettront à l’UE de produire les résultats que ses citoyens attendent. Le traité de Lisbonne rendra notre Union plus efficace et plus démocratique et lui donnera les moyens de mieux défendre nos valeurs et intérêts communs dans le monde.

    Parallèlement, nous poursuivons notre politique fructueuse de stabilisation dans l’Europe du Sud Est – appelée aussi parfois «politique d’élargissement». Nous ne devons pas relâcher les efforts très importants consentis en faveur de la paix et du progrès social dans cette région; ces efforts servent en effet les intérêts fondamentaux de l’Europe et des Européens. Les peuples de cette région sont déjà liés à l'Europe dans les domaines historique, culturel et économique.  L’UE les aide à réaliser leur rêve légitime de démocratie et à devenir également des Européens sur le plan de l’intégration politique.

    Même le scénario le plus rapide en ce qui concerne l’adhésion prochaine d’un nouvel État membre, vraisemblablement la Croatie, est nettement plus lent que le scénario le plus lent envisagé pour la ratification du traité de Lisbonne. Le temps joue en notre faveur: nous pouvons mener de front l’approfondissement et l’élargissement. Cette stratégie a toujours été et reste la meilleure recette pour construire une Europe forte et unie.

    Ayons cette recette à l’esprit au moment où nous faisons le point sur l’intégration européenne à l’occasion des anniversaires historiques de cette année.

     

    Liens



    Dernière mise à jour : 14/05/2012  |Haut de la page