Language selector

  • de
  • en
  • Current language:fr
 
left
  La politique de l'UE en matière de vaccination contre la fièvre aphteuseslide
right
transtrans
 

La politique de la Communauté européenne en matière de lutte contre la fièvre aphteuse vise à éradiquer le plus rapidement possible cette maladie extrèmement contagieuse et, dans la mesure du possible, à en limiter les retombées économiques. La façon la plus efficace d'éradiquer la maladie consiste à abattre et détruire les animaux contaminés et potentiellement contaminés.

Dans le cadre de cette politique d'éradication, la vaccination peut et doit être appliquée comme mesure d'urgence pour empêcher la diffusion de la maladie, dans un rayon de 1 à 3 km autour des foyers d'infection, mais uniquement à titre provisoire si les capacités d'abattage et de destruction immédiate sont insuffisantes et dans l'attente de telles mesures.

Dans l'état actuel des choses, les responsables politiques aux niveaux national et communautaire ne peuvent prendre des mesures de vaccination d'urgence que dans les zones entourant les foyers infectieux qui ont été examinés au sein du comité vétérinaire permanent le vendredi 23 mars. Le comité a confirmé que si, aux Pays-Bas ou ailleurs, on décide de procéder à la vaccination d'urgence, cela ne pourra se faire qu'à condition que tous les animaux concernés soient ensuite abattus et détruits.

L'abattage et la destruction des animaux vaccinés dans le cadre d'une mesure d'urgence s'imposent car les tests existants ne permettent pas de distinguer un animal vacciné contre la FA d'un animal contaminé par cette maladie. La vaccination empêche donc de détecter les animaux contaminés et par conséquent d'éradiquer la fièvre aphteuse. L'abattage et la destruction des animaux contaminés et potentiellement contaminés sont nécessaires pour conserver à l'ensemble de l'UE sont statut indemne de FA.

La vaccination à grande échelle, dans la crise actuelle de la FA et dans le cadre de la politique actuelle d'éradication, n'est provisoirement pas à l'ordre du jour. Une telle mesure n'est envisageable que lorsque l'épizootie ne peut être maîtrisée d'aucune autre façon. Pour l'heure, 11 des 15 pays de l'UE sont indemnes de FA et tous les foyers existant en dehors du Royaume-Uni tirent directement leur origine de ce pays.

Si l'évolution de la situation devait nécessiter une vaccination à grande échelle et si l'UE décidait de s'y résoudre, les pays tiers interdiraient directement toute importation d'animaux vivants et de produits non traités en provenance de l'UE, ce qui entraînerait des pertes considérables aux plans commercial et de l'emploi.

 
lefttranspright

 

  Print  
Public HealthFood SafetyConsumer Affairs
   
   
requires javascript