Pêche

INSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable Fish

Recherche
Voir aussi
Actualité
The European Commission welcomes Morocco’s ratification of a Fisheries Protocol which is set to open the door for European vessels to go back fishing in Moroccan waters after a pause of more than two years. The European Union and Morocco had concluded the 4-year fisheries deal in December 2013, however its entry into force was pending ratification by Morocco.
The EU and Mozambique met in Maputo, Mozambique, on 9-11 July 2014, to launch negotiations on the renewal of the Protocol to the Sustainable Fisheries Partnership Agreement due to expire on 31 January 2015. The negotiations were conducted in an open and frank atmosphere with progress made on identifying the areas where there was agreement and those where further work is required.

Daurade

La daurade royale a longtemps été élevée de façon extensive dans les lagunes côtières et les étangs saumâtres (valliculture dans le nord de l'Italie et esteros dans le sud de l’Espagne). Dans les années 1980, la reproduction artificielle de la daurade royale a été effectuée avec succès, donnant naissance à des systèmes d’élevage intensifs, notamment dans des cages en mer. La daurade royale, qui doit son nom à la couleur argentée de sa tête, est devenue l'une des principales espèces de l'aquaculture européenne.

La daurade royale © ScandFish

Nom latin: Sparus aurata
Production (UE 27): 84 590 t (2007); 67 % de la production mondiale.
Valeur (UE 27): 363 millions € (2007).
Principaux pays producteurs européens: Grèce, Espagne, Italie.
Principaux pays producteurs mondiaux: Grèce, Turquie, Espagne.
Fiche pdf - 969 KB [969 KB] български (bg) čeština (cs) dansk (da) Deutsch (de) eesti keel (et) ελληνικά (el) English (en) español (es) Gaeilge (ga) italiano (it) latviešu valoda (lv) lietuvių kalba (lt) magyar (hu) Malti (mt) Nederlands (nl) polski (pl) português (pt) română (ro) slovenčina (sk) slovenščina (sl) suomi (fi) svenska (sv)

Reproduction

Les reproducteurs étaient autrefois sélectionnés dans leur milieu naturel.

Aujourd'hui, les œufs de daurade sont le plus souvent obtenus de poissons élevés à la ferme. À chaque saison de reproduction, il est indispensable de contrôler le nombre de mâles et de femelles, car ce poisson hermaphrodite change de sexe au cours de sa vie: il est mâle pendant les trois premières années, puis femelle pour le restant de ses jours. Les poissons adultes sont préparés à la reproduction par photomanipulation (contrôle de la durée de la lumière du jour). Le mâle fertilise les œufs de la femelle qui flottent à la surface de l’eau. Les œufs sont recueillis et transférés dans des bassins d’incubation, où ils éclosent 48 h plus tard.

Aujourd'hui, les œufs de daurade sont le plus souvent obtenus de poissons élevés à la ferme. À chaque saison de reproduction, il est indispensable de contrôler le nombre de mâles et de femelles, car ce poisson hermaphrodite change de sexe au cours de sa vie: il est mâle pendant les trois premières années, puis femelle pour le restant de ses jours. Les poissons adultes sont préparés à la reproduction par photomanipulation (contrôle de la durée de la lumière du jour). Le mâle fertilise les œufs de la femelle qui flottent à la surface de l’eau. Les œufs sont recueillis et transférés dans des bassins d’incubation, où ils éclosent 48 h plus tard.

Alevinage

L’alevinage de la daurade est similaire à celui du bar et s'effectue souvent dans les mêmes écloseries.

La larve nouvellement éclose est microscopique. Elle se nourrit de son sac vitellin, qui constitue sa réserve nutritive en protéines, acides aminés, glycogènes et phospholipides. Six jours après l'éclosion, elle peut commencer à s’alimenter de façon autonome. Elle est alors élevée de la même manière que l’alevin de bar, nourrie d’algues microscopiques et de zooplancton (rotifères), puis d’artémies et d’aliments inertes hautement protéinés (voir fiche bar commun).

La larve nouvellement éclose est microscopique. Elle se nourrit de son sac vitellin, qui constitue sa réserve nutritive en protéines, acides aminés, glycogènes et phospholipides. Six jours après l'éclosion, elle peut commencer à s’alimenter de façon autonome. Elle est alors élevée de la même manière que l’alevin de bar, nourrie d’algues microscopiques et de zooplancton (rotifères), puis d’artémies et d’aliments inertes hautement protéinés (voir fiche bar commun).

Engraissement

En production extensive, les daurades royales sont généralement élevées avec des mulets, des bars et des anguilles et trouvent leur nourriture dans le milieu naturel.

Dans les systèmes semi-extensifs, la zone d’élevage est fertilisée afin d’augmenter la disponibilité en nourriture naturelle. Des aliments sont apportés en complément. En élevage intensif, les daurades sont engraissées dans des bassins à terre ou, le plus souvent, dans des cages en mer (Méditerranée et Îles Canaries). Les daurades atteignent leur taille commerciale au bout d’un an et demi en moyenne.

Dans les systèmes semi-extensifs, la zone d’élevage est fertilisée afin d’augmenter la disponibilité en nourriture naturelle. Des aliments sont apportés en complément. En élevage intensif, les daurades sont engraissées dans des bassins à terre ou, le plus souvent, dans des cages en mer (Méditerranée et Îles Canaries). Les daurades atteignent leur taille commerciale au bout d’un an et demi en moyenne.

Consommation

La daurade royale est vendue entière ou éviscérée et fraîche, pour un poids compris généralement entre 400 et 600 g.

Si l'Italie et l'Espagne constituent les principaux débouchés commerciaux, les pays d'Europe du Nord commencent eux aussi à consommer de la daurade. Le marché montrant des signes de saturation, l'offre a tendance à se diversifier (vente aux restaurateurs de spécimens de plus d'un kg, présentation en filets et produits surgelés, p. ex.).

Si l'Italie et l'Espagne constituent les principaux débouchés commerciaux, les pays d'Europe du Nord commencent eux aussi à consommer de la daurade. Le marché montrant des signes de saturation, l'offre a tendance à se diversifier (vente aux restaurateurs de spécimens de plus d'un kg, présentation en filets et produits surgelés, p. ex.).