Pêche

INSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable Fish

Recherche
Voir aussi
Actualité
The European Commission has today issued a report on the measures taken by EU countries to ensure the recovery of European eel.
The European Commission has today adopted a series of discard plans as it gears up for the introduction of an obligation to land all catches on 1 January 2015.
The European Fisheries Control Agency (EFCA) has adopted its Multiannual Work Programme for 2015-2019 and the Annual Work Programme at the meeting of the Administrative Board held on 17 of October 2014.

L’huître creuse du Pacifique

Originaire du Japon, l’huître creuse du Pacifique a été introduite en Europe dans les années 1970, après la disparition de l’huître portugaise (Crassostrea angulata), décimée par des maladies successives. Grâce à sa croissance rapide et à sa grande faculté d’adaptation, l'huître creuse du Pacifique est la plus cultivée au monde, notamment en Europe. L'autre espèce élevée en Europe – l'huître plate (Ostrea edulis) – est loin d'avoir retrouvé son niveau de production après les deux épizooties dont elle a été victime dans les années 1920 et 1980.

L'huître creuse du Pacifique © ScandFish
Nom latin: Crassostrea gigas
Production (UE 27): 142 000 t (2007), 4ème rang mondial.
Valeur (UE 27): 295 millions € (2007).
Principaux pays producteurs européens: France (premier producteur européen et 4ème mondial), Irlande, Espagne, Portugal.
Principaux pays producteurs mondiaux (hors Europe): Chine, Corée du Sud, Japon.
Fiche pdf - 922 KB [922 KB] български (bg) čeština (cs) dansk (da) Deutsch (de) eesti keel (et) ελληνικά (el) English (en) español (es) Gaeilge (ga) italiano (it) latviešu valoda (lv) lietuvių kalba (lt) magyar (hu) Malti (mt) Nederlands (nl) polski (pl) português (pt) română (ro) slovenčina (sk) slovenščina (sl) suomi (fi) svenska (sv)

Reproduction

Une grande partie de l’approvisionnement mondial provient du captage de naissains (larves d’huîtres) dans le milieu naturel.

Certaines larves proviennent toutefois d’écloseries. Dans ce cas, le stock de géniteurs est maintenu en mer. Des groupes d’adultes sont régulièrement prélevés tout au long de l’hiver et placés en bassin. Cet échantillonnage est aléatoire car le sexe de l'huître n'est pas déterminable (hermaphrodite, l'huître est mâle ou femelle selon les années). La libération de gamètes est obtenue au printemps par choc thermique ou par un procédé de lacération. Pour que la naissance se passe bien, l’eau doit être à environ 21°C et ne pas être trop salée. Les larves sont placées dans des bassins en circuit fermé et alimentées par des algues de culture. Aujourd'hui, la majorité des écloseries produit des triploïdes, c'est-à-dire des huîtres rendues stériles, afin qu'elles ne deviennent pas laiteuses.

Certaines larves proviennent toutefois d’écloseries. Dans ce cas, le stock de géniteurs est maintenu en mer. Des groupes d’adultes sont régulièrement prélevés tout au long de l’hiver et placés en bassin. Cet échantillonnage est aléatoire car le sexe de l'huître n'est pas déterminable (hermaphrodite, l'huître est mâle ou femelle selon les années). La libération de gamètes est obtenue au printemps par choc thermique ou par un procédé de lacération. Pour que la naissance se passe bien, l’eau doit être à environ 21°C et ne pas être trop salée. Les larves sont placées dans des bassins en circuit fermé et alimentées par des algues de culture. Aujourd'hui, la majorité des écloseries produit des triploïdes, c'est-à-dire des huîtres rendues stériles, afin qu'elles ne deviennent pas laiteuses.

Captage

L'été, l'huître pond des larves en grandes quantités. Les larves errent au gré des courants, à la recherche d'un endroit où se fixer.

Pour les capturer, l'ostréiculteur utilise des collecteurs placés à des endroits stratégiques: supports en plastique, tuiles romaines, pieux d’ardoise, coquilles, etc. Lorsque le naissain est formé, il est «détroqué», c’est-à-dire détaché de son support de captage. Lorsque la larve est sur le point de se fixer sur un support, elle devient plus foncée et donc plus visible. C’est à ce moment qu’intervient le captage: un support solide et propre est placé dans le bassin afin de récupérer les huîtres.

Pour les capturer, l'ostréiculteur utilise des collecteurs placés à des endroits stratégiques: supports en plastique, tuiles romaines, pieux d’ardoise, coquilles, etc. Lorsque le naissain est formé, il est «détroqué», c’est-à-dire détaché de son support de captage. Lorsque la larve est sur le point de se fixer sur un support, elle devient plus foncée et donc plus visible. C’est à ce moment qu’intervient le captage: un support solide et propre est placé dans le bassin afin de récupérer les huîtres.

Élevage

Il existe quatre grandes méthodes d'élevage selon l’environnement (amplitude des marées, profondeur de l’eau) et les traditions.

L'élevage sur table: les huîtres sont placées dans des poches, elles-mêmes attachées à des tables fixées sur l'estran.

L'élevage à plat: les huîtres sont réparties au sol dans des parcs.

L'élevage en eaux profondes: les huîtres sont réparties dans des parcs immergés jusqu’à 10 m de profondeur.

L'élevage sur cordes: les huîtres sont élevées sur cordes, comme les moules. Étant constamment immergées, elles grossissent plus vite. Cette méthode est adaptée aux eaux sans marée ou à la culture au large.

Les huîtres creuses se nourrissent naturellement du plancton présent dans l'eau de mer, qu'elles filtrent en continu. Les lieux d'élevage doivent répondre à un ensemble de critères précis (courants, profondeur et richesse en plancton, p. ex.). Ils sont généralement situés à proximité d'estuaires, dans des lagunes ou des étangs côtiers. Les huîtres atteignent leur poids commercial au bout de 18 à 30 mois. Les méthodes de récolte varient selon le type d’élevage: les huîtres cultivées sur table sont récoltées en détachant les poches; les huîtres cultivées à plat sont ramassées à marée basse avec des râteaux ou par dragage si la hauteur de l’eau le permet; les huîtres cultivées en eau profonde sont recueillies par des dragues.

Les huîtres creuses se nourrissent naturellement du plancton présent dans l'eau de mer, qu'elles filtrent en continu. Les lieux d'élevage doivent répondre à un ensemble de critères précis (courants, profondeur et richesse en plancton, p. ex.). Ils sont généralement situés à proximité d'estuaires, dans des lagunes ou des étangs côtiers. Les huîtres atteignent leur poids commercial au bout de 18 à 30 mois. Les méthodes de récolte varient selon le type d’élevage: les huîtres cultivées sur table sont récoltées en détachant les poches; les huîtres cultivées à plat sont ramassées à marée basse avec des râteaux ou par dragage si la hauteur de l’eau le permet; les huîtres cultivées en eau profonde sont recueillies par des dragues.

Affinage

Dans certains bassins de production, les huîtres adultes peuvent être affinées afin de leur donner certaines caractéristiques gustatives.

Elles sont placées dans des claires – bassins argileux de faible profondeur alimentés naturellement en eau de mer – où leur chair prendra une teinte verte grâce à la présence d’une algue, la navicule bleue. Elles peuvent également être placées dans des parcs d’affinage sur estran où elles obtiendront une chair ferme et blanche. Pour les huîtres élevées en eaux profondes, on utilise la technique du trompage: les huîtres sont remontées à marée basse, puis immergées à marée haute, ce qui renforce le muscle qui maintient le couvercle à la coquille.

Consommation

La plus grande partie des huîtres est produite et consommée en France.

La consommation d'huîtres est saisonnière: en France, la moitié de la production est consommée au moment des fêtes de fin d’année, entre novembre et janvier. Les huîtres fines sont moyennement charnues et les huîtres spéciales plus en chair.

La consommation d'huîtres est saisonnière: en France, la moitié de la production est consommée au moment des fêtes de fin d’année, entre novembre et janvier. Les huîtres fines sont moyennement charnues et les huîtres spéciales plus en chair.