Pêche

INSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable FishINSEPARABLE - Eat, Buy and Sell Sustainable Fish

Recherche
Voir aussi
Actualité
The Commission for the Conservation of Antarctic Marine Living Resources (CCAMLR) did not manage to reach a viable agreement on the establishment of marine protected areas in Antartica at its 33rd Annual Meeting held in Hobart, Australia, from 20 to 31 October 2014.
Deadline for submission of proposals: 15/01/2015 – 17h00 Brussels' Time
The European Commission has today proposed fishing opportunities for 2015 for the Atlantic and the North Sea.

Le cabillaud

Le cabillaud occupe une place importante dans la culture gastronomique européenne. Malgré les difficultés d'approvisionnement liées à l'épuisement de certains stocks sauvages, il fait l'objet d'une forte demande. Des scientifiques norvégiens se sont intéressés dès les années 1980 à son élevage. Parallèlement, les éleveurs norvégiens de saumon ont commencé à engraisser des cabillauds sauvages capturés en mer, affinant ainsi les techniques de nourrissage. Mais c'est en 2000, avec la première production de juvéniles en écloserie, que l'aquaculture du cabillaud a réellement démarré, notamment en Norvège.

Le cabillaud © ScandFish
Nom latin: Gadus morhua
Production (UE 27): 2 560 t (2007), soit 21 % de la production mondiale.
Valeur (UE 27): 9,2 millions euros (2007).
Principaux pays producteurs européens: Irlande, Royaume-Uni.
Principaux pays producteurs mondiaux: Norvège, Islande, Irlande, Royaume-Uni.

Reproduction

La reproduction du cabillaud est réalisée en écloserie, avec des géniteurs capturés en mer.

Mâles et femelles sont placés dans le même bassin. Le cycle de reproduction est recréé artificiellement par photomanipulation, une technique qui consiste à induire le comportement sexuel saisonnier de l'espèce en jouant sur la longueur de l'«ensoleillement» artificiel. Cette technique permet de produire des œufs et du poisson tout au long de l'année. Les œufs, fécondés naturellement par le mâle, sont récoltés à la surface du bassin de frai, puis placés dans un incubateur contenant de l'eau de mer à environ 5°C. Ils éclosent au bout de 12 à 14 jours.

Mâles et femelles sont placés dans le même bassin. Le cycle de reproduction est recréé artificiellement par photomanipulation, une technique qui consiste à induire le comportement sexuel saisonnier de l'espèce en jouant sur la longueur de l'«ensoleillement» artificiel. Cette technique permet de produire des œufs et du poisson tout au long de l'année. Les œufs, fécondés naturellement par le mâle, sont récoltés à la surface du bassin de frai, puis placés dans un incubateur contenant de l'eau de mer à environ 5°C. Ils éclosent au bout de 12 à 14 jours.

Alevinage

Dans la nature, la femelle libère un million d'œufs. Les prédateurs, le régime alimentaire des alevins et leur sensibilité aux infections, aux courants marins, ainsi qu'à la qualité et à la température de l'eau abaissent considérablement le taux de survie.

L'alevinage vise à réduire les incidences de ces facteurs, afin d'atteindre un taux de survie acceptable.

Culture larvaire: trois ou quatre jours après l'éclosion, les larves (0,2 mg), qui ont consommé leur sac vitellin, sont transférées dans des bassins de première alimentation remplis d'eau de mer à 11°C. Elles sont nourries de rotifères (un zooplancton microscopique produit dans l'écloserie) pendant environ deux mois, jusqu'à ce qu'elles atteignent un poids de 0,2 g.

Nourricerie: les alevins sont transférés dans d'autres bassins. Pendant deux mois environ, ils sont progressivement sevrés et vaccinés, notamment contre la vibriose qui peut être une source importante de mortalité.

Croissance juvénile: lorsqu'ils pèsent 2 g, les alevins sont à nouveau déplacés dans de grands bassins où ils sont nourris avec des granulés à base de farine et d'huile de poisson. Les jeunes cabillauds y restent pendant 5 à 10 mois, jusqu'à ce qu'ils atteignent 50 à 200 g.

L'alevinage vise à réduire les incidences de ces facteurs, afin d'atteindre un taux de survie acceptable.

Culture larvaire: trois ou quatre jours après l'éclosion, les larves (0,2 mg), qui ont consommé leur sac vitellin, sont transférées dans des bassins de première alimentation remplis d'eau de mer à 11°C. Elles sont nourries de rotifères (un zooplancton microscopique produit dans l'écloserie) pendant environ deux mois, jusqu'à ce qu'elles atteignent un poids de 0,2 g.

Nourricerie: les alevins sont transférés dans d'autres bassins. Pendant deux mois environ, ils sont progressivement sevrés et vaccinés, notamment contre la vibriose qui peut être une source importante de mortalité.

Croissance juvénile: lorsqu'ils pèsent 2 g, les alevins sont à nouveau déplacés dans de grands bassins où ils sont nourris avec des granulés à base de farine et d'huile de poisson. Les jeunes cabillauds y restent pendant 5 à 10 mois, jusqu'à ce qu'ils atteignent 50 à 200 g.

Engraissement

L'engraissement se fait dans des cages flottantes, comme pour le saumon, ou dans des bassins à terre équipés d'un système de recirculation. Les cabillauds sont nourris avec des granulés composés de farine et d'huile de poisson et d'extraits végétaux. Ils sont prêts à être consommés lorsqu'ils atteignent 3 à 4 kg, après deux années d'engraissement.

Consommation

Le cabillaud peut être consommé frais, salé (morue) ou séché.

Le cabillaud est un poisson riche en protéines, vitamines et minéraux. Il possède une chair délicate qui se prête à de nombreuses préparations.

Le cabillaud est un poisson riche en protéines, vitamines et minéraux. Il possède une chair délicate qui se prête à de nombreuses préparations.