Structure et vieillissement de la population

Données extraites en juin 2017. Données plus récentes: Informations supplémentaires Eurostat, Principaux tableaux et Base de données. Mise à jour de l'article prévue: octobre 2018. La version anglaise est plus récente.
Tableau 1: Structure d'âge de la population, par grande tranche d'âge, 2006 et 2016
(en % de la population totale)
Source: Eurostat (demo_pjanind)
Graphique 1: Augmentation de la part de la population âgée de 65 ans et plus entre 2006 et 2016
(en points de pourcentage)
Source: Eurostat (demo_pjanind)
Graphique 2: Âge médian de la population, 2006-2016
(en années)
Source: Eurostat (demo_pjanind)
Graphique 3: Âge médian de la population, UE-28, 2001-2016
(en années)
Source: Eurostat (demo_pjanind)
Tableau 2: Indicateurs de la structure d'âge de la population, 1er janvier 2016
(en %)
Source: Eurostat (demo_pjanind)
Graphique 4: Pyramides de la population, UE-28, 2001 et 2016
(en % de la population totale)
Source: Eurostat (demo_pjangroup)
Graphique 5: Pyramides de la population, UE-28, 2016 et 2080
(en % de la population totale)
Source: Eurostat (demo_pjangroup) et (proj_13npms)
Graphique 6: Structure de la population, par grande tranche d'âge, UE-28, 2016-2080
(en % de la population totale)
Source: Eurostat (demo_pjangroup) et (proj_15npms)
Graphique 7: Projection du taux de dépendance des personnes âgées, UE-28, 2016-2080
(en %)
Source: Eurostat (demo_pjanind) et (proj_15ndbims)

Le présent article examine les effets du vieillissement de la population dans l’Union européenne (UE), qui devrait avoir une incidence majeure dans les décennies à venir. Les taux de natalité systématiquement bas ainsi que l’augmentation de l’espérance de vie modifient la forme de la pyramide des âges de l’UE-28. Les taux de natalité systématiquement bas ainsi que l’augmentation de l’espérance de vie modifient la forme de la pyramide des âges de l'UE-28. Le changement le plus important sera probablement la transition marquée vers une structure démographique beaucoup plus âgée; cette évolution apparaît d’ailleurs déjà clairement dans plusieurs États membres de l’UE.

En conséquence, la proportion de personnes en âge de travailler dans l’UE-28 se réduit, tandis que le nombre relatif de personnes retraitées augmente. La proportion de personnes âgées dans la population totale va augmenter sensiblement au cours des prochaines décennies, à mesure que la génération du baby-boom née après-guerre atteindra l’âge de la retraite. Ce phénomène aura pour effet d’alourdir la charge des personnes en âge de travailler, lesquelles devront supporter les dépenses sociales requises par cette population vieillissante pour toute une série de services fournis dans ce domaine.

Principaux résultats statistiques

La structure de la population

Au 1er janvier 2016, la population de l’UE-28 était estimée à 510,3 millions de personnes. Les jeunes (0 à 14 ans) constituaient 15,6 % de la population de l’UE-28 (voir le tableau 1), tandis que les personnes considérées en âge de travailler (15 à 64 ans) représentaient 65,3 % de la population, les personnes âgées (65 ans et plus) 19,2 % (une augmentation de 0,3 % par rapport à l’année précédente et 2,4 % de plus qu’il y a dix ans).

Parmi les États membres de l’UE, la plus forte proportion de jeunes en 2016 a été observée en Irlande (21,9 %) et la plus faible en Allemagne (13,2 %). En ce qui concerne la proportion de personnes âgées (65 ans et plus) dans la population totale, l’Italie (22,0 %), la Grèce (21,3 %) et l’Allemagne (21,1 %) ont enregistré les parts les plus élevées et l’Irlande la part la plus faible (13,2 %).

La structure de la population dans les pays de l’AELE et dans les pays candidats était comparable à celle observée dans l’UE, les principales exceptions étant la Turquie et l’Islande (où la structure de la population était similaire à celle de l’Irlande). Dans ces deux pays, les plus jeunes constituaient en effet une part plus élevée de la population totale (24 %, et 20 %, respectivement), alors que les personnes âgées de 65 ans et plus représentaient une part relativement réduite de la population totale (8,2 % et 13,9 %, respectivement). En Albanie et dans l’ancienne République yougoslave de Macédoine également, les personnes âgées de 65 ans et plus représentaient une part relativement réduite de la population (12,9 % et 13,0 %, respectivement). Néanmoins, la tendance à une population vieillissante est également visible dans ces pays.

Au 1er janvier 2016, l'âge médian de la population de l’UE-28 était de 42,6 ans (voir le graphique 2), ce qui signifie que la moitié de la population de l’UE-28 avait dépassé cet âge et que l’autre moitié ne l’avait pas encore atteint. Dans les États membres de l’UE, l’âge médian oscillait entre 36,6 ans en Irlande et 45,8 ans en Allemagne, confirmant ainsi la structure démographique relativement jeune et relativement âgée observée respectivement dans chacun de ces deux États membres. Avec respectivement 31,1 ans et 36,1 ans, la Turquie et l’Islande affichaient en 2016 un âge médian inférieur à celui de tous les États membres de l’UE. L'Albanie affichait également un âge médian faible (36,7 ans) et, au cours des 10 dernières années, la population a enregistré la hausse la plus marquée: une augmentation de 27,9 % (soit 8 ans, de 28,7 ans en 2006 à 36,7 ans en 2016).

Entre 2001 et 2016, l’âge médian a augmenté de 4,3 ans dans l’UE-28 (en moyenne de 0,3 an par année), passant de 38,3 ans à 42,6 ans (voir le graphique 3). Entre 2006 et 2016, l’âge médian a connu une hausse dans tous les États membres de l’UE, augmentant de 4 ans ou plus en Grèce, en Espagne, en Lituanie, au Portugal et en Roumanie. (voir le graphique 2).

Les taux de dépendance liée à l’âge peuvent être utilisés pour étudier le niveau de prise en charge des jeunes et/ou des personnes âgées par la population en âge de travailler. Ces taux sont exprimés en termes de taille relative des populations jeune et/ou âgée par rapport à la population en âge de travailler. Le taux de dépendance des personnes âgées de l’UE-28 s’établissait à 29,3 % au 1er janvier 2016 (voir le tableau 2). On dénombrait donc près de quatre personnes en âge de travailler pour une personne ayant atteint ou dépassé l’âge de 65 ans. Le taux de dépendance des personnes âgées dans les États membres de l’UE variait de 20,4 % en Irlande, 20,5 % au Luxembourg et 20,6 % en Slovaquie et 34,3 % en Italie, 33,1 % en Grèce, 32,4 % en Finlande et 32,0 % en Allemagne, ce qui représente donc environ trois personnes en âge de travailler pour une personne de 65 ans et plus.

La combinaison des taux de dépendance des jeunes et des personnes âgées donne le taux total de dépendance liée à l’âge (calculé comme la proportion de personnes dépendantes, jeunes et âgées, par rapport à la population âgée de 15 à 64 ans considérée en âge de travailler), qui s’établissait en 2016 à 53,2 % dans l’UE-28, signifiant donc que l’on comptait environ deux personnes en âge de travailler pour une personne dépendante. En 2016, le taux total de dépendance liée à l’âge le plus bas parmi les États membres de l’UE a été observé en Slovaquie (42,4 %) et le plus élevé en France (59,4 %).

Une tendance généralement à la hausse peut être observée tant pour le taux de dépendance des personnes âgées de l’UE-28 que pour le taux total de dépendance. Par exemple, le taux de dépendance des personnes âgées a augmenté de 4,3 points de pourcentage (ou de 17,2 % par rapport à sa valeur précédente) au cours de la dernière décennie (passant de 25 % en 2006 à 29,3 % en 2016).

Les pyramides démographiques (voir les graphiques 4 et 5) illustrent la répartition de la population par sexe et par tranche d’âge de cinq ans. Chaque barre correspond à la proportion que représente chaque sexe, dans une tranche d’âge donnée, au sein de la population totale (hommes et femmes confondus). La pyramide démographique de l’UE-28 au 1er janvier 2016 est étroite à la base et prend peu à peu une forme rhomboïdale, en raison des cohortes du baby-boom nées au milieu des années 1960 (le baby-boom désigne un phénomène caractérisé par des taux de fécondité élevés dans plusieurs pays européens au milieu des années 1960). À l’heure actuelle, les «baby-boomers» représentent toujours une importante fraction de la population en âge de travailler. Les premiers membres de ces grandes cohortes, nés sur une période de 20 à 30 ans, approchent à présent de l’âge de la retraite, comme l’illustre la comparaison avec la pyramide démographique de 2001. La génération du baby-boom progresse le long de la pyramide démographique, rendant plus étroites encore la tranche inférieure de la population en âge de travailler et la base – comme illustré au graphique 4.

Les tendances passées et futures du vieillissement démographique dans l’UE

Le vieillissement démographique constitue une tendance à long terme qui s’est amorcée en Europe il y a plusieurs décennies. Cette tendance se manifeste dans les transformations de la structure des âges de la population et se traduit par une part croissante de personnes âgées et une part décroissante de personnes en âge de travailler dans la population totale.

La part de la population âgée de 65 ans et plus augmente dans tous les États membres de l’UE, dans les pays de l’AELE et dans les pays candidats. Au cours de la dernière décennie, cette augmentation oscillait de 5,2 points de pourcentage à Malte et 4,5 points de pourcentage en Finlande, à 1 point de pourcentage ou moins en Belgique et au Luxembourg. Au cours de cette même période (2006-2016), une augmentation de 2,4 points de pourcentage a été observée pour l’ensemble de l’UE-28 (voir le graphique 1). D’autre part, la proportion de la population âgée de moins de 15 ans a diminué dans l’UE-28 de 0,4 point de pourcentage.

L’accroissement de la part relative des personnes âgées peut s’expliquer par une plus grande longévité, une tendance observée depuis plusieurs décennies à mesure que l’espérance de vie progresse (voir les statistiques sur la mortalité et l’espérance de vie); cette évolution est souvent appelée le «vieillissement par le sommet» de la pyramide démographique.

Par ailleurs, de faibles taux de fécondité persistent depuis de nombreuses années et contribuent au vieillissement de la population, la baisse des naissances entraînant une diminution de la proportion de jeunes dans la population totale (voir les statistiques sur la fécondité). Ce processus, appelé «vieillissement par la base» de la pyramide démographique, peut être observé dans le rétrécissement de la base des pyramides des âges de la population de l’UE-28 entre 2001 et 2016.

Afin d’examiner les futures tendances concernant le vieillissement de la population, la dernière série de projections démographiques d'Eurostat (EUROPOP2015) a été conçue pour couvrir la période 2015-2080. Selon ces projections, la population de l’UE-28 devrait culminer à 528,6 millions vers 2050 et ensuite redescendre progressivement à 518,8 millions à l’horizon 2080.

La comparaison des pyramides des âges pour 2015 et 2080 (voir le graphique 5) révèle que la population de l’UE-28 devrait continuer de vieillir. Au cours des prochaines décennies, le nombre élevé de «baby-boomers» fera gonfler le nombre de personnes âgées. Cependant, d’ici à 2080, les pyramides prendront davantage la forme d’un bloc, se resserrant considérablement au milieu (autour des 45-54 ans).

Un autre aspect du vieillissement démographique réside dans le vieillissement progressif de la population âgée elle-même, l’importance relative des personnes très âgées progressant à un rythme plus rapide que n’importe quel autre segment de la population de l’UE. On s’attend ainsi à ce que la part des personnes âgées de 80 ans et plus dans la population de l’UE-28 soit multipliée par deux ou plus entre 2015 et 2080, de 5,4 % à 12,7 % (voir le graphique 6).

Au cours de la période 2016-2080, la part de la population en âge de travailler devrait diminuer régulièrement jusqu’en 2050, avant de se stabiliser quelque peu, tandis que les personnes âgées constitueront sans doute une part grandissante de la population totale, les personnes de 65 ans et plus représentant 29,1 % de la population de l’UE-28 en 2080, contre 19,2 % en 2016. À la suite de ces transferts entre groupes d’âge, le taux de dépendance des personnes âgées dans l’UE-28 devrait presque doubler, passant de 29,3 % en 2016 à 52,3 % en 2080 (voir le graphique 7). Le taux total de dépendance liée à l’âge devrait grimper de 53,2 % en 2016 à 79,7 % en 2080.

Sources et disponibilité des données

Eurostat collecte des données provenant des États membres de l’UE et d’autres pays participant à son opération de collecte de données démographiques sur la situation de la population au 1er janvier de chaque année. La définition recommandée est celle de la «population de résidents habituels», laquelle représente le nombre d’habitants d’une zone donnée au 1er janvier de l’année concernée (ou, dans certains cas, au 31 décembre de l’année précédente). Conformément aux recommandations internationales des Nations unies, la définition de la «résidence habituelle» se base sur une période de référence de 12 mois. En d’autres termes, les personnes incluses devraient avoir vécu sur leur lieu de résidence habituelle pendant une période continue d’au moins 12 mois avant la date de référence ou être arrivées sur leur lieu de résidence habituelle au cours des 12 mois précédant la date de référence avec l’intention d’y rester pendant au moins un an. Toutefois, certains pays peuvent communiquer à Eurostat des chiffres de population reposant sur les données de leur dernier recensement en date, ajustées en fonction des composantes de l’évolution démographique enregistrée depuis ce dernier recensement, ou encore des chiffres de population s’appuyant sur la population enregistrée/légale.

Un recensement de la population et des logements a été réalisé en 2011 dans tous les États membres de l’UE, dans les pays de l’AELE et dans les pays candidats à l’UE. Généralement, les pays révisent leurs estimations de population annuelles une fois que les résultats du recensement de la population et des logements sont disponibles. Les estimations de population reposant sur les résultats du recensement peuvent entraîner des ruptures dans les séries en ce qui concerne la taille et la structure de la population.

Eurostat fournit des informations sur un large éventail de données démographiques. Ces données sont ventilées selon plusieurs caractéristiques telles que l’âge, le sexe, le statut matrimonial et le niveau d’éducation.

Eurostat produit des projections démographiques au niveau national tous les trois ans. Il s’agit de scénarios conjecturels qui visent à fournir des informations au sujet de la future taille et structure d’âge probable de la population sur la base d’hypothèses concernant les futures tendances de la fécondité, de l’espérance de vie et de la migration. L’exercice de projection le plus récent est EUROPOP2015.

Contexte

La Commission européenne utilise les projections démographiques d’Eurostat pour analyser l’influence probable du vieillissement des populations sur les dépenses publiques. Il est probable que les dépenses sociales accrues liées au vieillissement démographique, sous la forme de retraites, de soins de santé et de prises en charge institutionnelles ou privées (en matière de santé, par exemple) engendrent une charge plus lourde pour la population en âge de travailler.

Plusieurs politiques importantes, notamment dans le domaine économique et social, s’appuient sur les données démographiques aux fins de la planification des actions ou du suivi et de l’évaluation des programmes: il s’agit, par exemple, du vieillissement démographique et de ses effets probables sur la viabilité des finances publiques et de la protection sociale, ou de l’impact économique et social du changement démographique.

Voir aussi

Informations supplémentaires Eurostat

Publications

Principaux tableaux

Base de données

EUROPOP2015 - Projections de population au niveau national (proj_15n)

Section dédiée

Méthodologie / Métadonnées

Source des données pour les tableaux et graphiques (MS Excel)

Autres informations