Statistiques de la société de l’information - ménages et particuliers

Données extraites en juin 2015. Données plus récentes: Informations supplémentaires Eurostat, Principaux tableaux et Base de données. Mise à jour prévue de l’article: septembre 2016.
Graphique 1: Accès à l’internet et accès internet à haut débit dans les ménages, UE-28, 2007–2014
(en % de l’ensemble des ménages)
Source: Eurostat (isoc_pibi_hiac) et (isoc_pibi_hba)
Graphique 2: Accès des ménages à l’internet, 2009 et 2014
(en % de l’ensemble des ménages)
Source: Eurostat (isoc_ci_in_h)
Graphique 3: Accès des ménages à l’internet par quartile de revenu, 2014 (1)
(en % de l’ensemble des ménages)
Source: Eurostat (isoc_bde15b_h)
Graphique 4: Fréquence d’utilisation de l’internet, 2014
(en % des personnes âgées de 16 à 74 ans)
Source: Eurostat (isoc_ci_ifp_iu) et (isoc_ci_ifp_fu)
Graphique 5: Personnes ayant utilisé l’internet en dehors de leur domicile ou de leur lieu de travail, 2012 et 2014 (1)
(en % des personnes âgées de 16 à 74 ans)
Source: Eurostat (isoc_cimobi_dev)
Graphique 6: Personnes ayant utilisé l’internet pour se connecter à des réseaux sociaux, 2014
(en % des personnes âgées de 16 à 74 ans)
Source: Eurostat (isoc_bde15cua)
Graphique 7: Utilisation de l’espace de stockage sur l’internet pour sauvegarder et partager des fichiers, 2014 (1)
(en % des personnes âgées de 16 à 74 ans)
Source: Eurostat (isoc_cicci_use)
Graphique 8: Personnes ayant commandé via l’internet des biens ou services pour leur usage personnel au cours des 12 derniers mois, 2012 et 2014
(en % des personnes âgées de 16 à 74 ans)
Source: Eurostat (isoc_ec_ibuy)

Cet article présente des statistiques récentes sur plusieurs aspects de la société de l’information dans l’Union européenne (UE), en particulier la disponibilité des technologies de l’information et de la communication (TIC) et leur utilisation par les particuliers et les ménages. Le développement de la société de l’information est considéré comme crucial pour répondre aux besoins de la société et de l’économie européennes.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) touchent de nombreux aspects de la vie quotidienne, tant sur le lieu de travail qu’à domicile, par exemple lorsque les citoyens communiquent ou font des achats en ligne. Les politiques européennes dans ce domaine vont de la réglementation de secteurs entiers, comme le commerce électronique, aux efforts de protection de la vie privée des citoyens.

Principaux résultats statistiques

Accès à l’internet

Les TIC sont maintenant largement accessibles au grand public, tant du point de vue de la facilité d’accès que sur le plan du coût. Un cap a été franchi en 2007, lorsqu’une majorité (55 %) des ménages de l’UE-28 a eu accès à l’internet. Cette proportion a continué de croître et, en 2014, elle a atteint 81 %, soit 2 points de plus qu’en 2013.

La généralisation de la connexion à haut débit et son prix raisonnable constituent l’un des moyens de promouvoir la société de l’information et de la connaissance. Dans l'ensemble des États membres, le haut débit a de loin été la forme d’accès à l’internet la plus courante: il était utilisé par 78 % des ménages de l’UE-28 en 2014, soit une augmentation de 36 points de pourcentage depuis 2007 (voir le graphique 1).

La proportion la plus élevée (96 %) de ménages disposant d’un accès à l’internet en 2014 a été enregistrée au Luxembourg et aux Pays-Bas (voir le graphique 2), alors qu’au Danemark, en Finlande, en Suède et au Royaume-Uni, au moins 9 ménages sur 10 avaient un accès à l’internet en 2014. Le taux d’accès à l’internet le plus bas dans les États membres de l’Union a été observé en Bulgarie (57 %). On a toutefois assisté à une rapide augmentation de l’accès des ménages à l’internet en Bulgarie, puisque la part des ménages ayant accès à l’internet a progressé de 27 points de pourcentage entre 2009 et 2014. Le seul État membre de l’Union ayant affiché une augmentation plus importante a été la Grèce (28 points de pourcentage). La hausse en Turquie a été légèrement supérieure (30 points de pourcentage). La République tchèque, la Roumanie, l’Estonie, l’Espagne, la Hongrie et l’Italie ont également enregistré des progressions de 20 points de pourcentage ou plus durant la même période. Sans surprise, des augmentations relativement faibles ont été enregistrées dans plusieurs États membres qui étaient déjà proches de la saturation, comme la Suède et les Pays-Bas, même si la Lituanie a accusé la deuxième augmentation la plus faible (6 points de pourcentage), malgré un accès à l’internet relativement faible en proportion (66 % en 2014).

Le graphique 3 montres que le niveau de revenu peut influencer le niveau d’accès des ménages à l’internet. Pour l’UE-28, la proportion de ménages ayant accès à l’internet en 2014 variait entre 60 % pour les ménages dans le premier quartile de revenu (les 25 % de ménages ayant les revenues les plus faibles), augmentant dans les deuxième et troisième quartiles, pour atteindre 97 % chez les ménages dans le quatrième quartile de revenu (les 25 % de ménages ayant les revenus les plus élevés). Chaque État membre de l’Union affichait ce même schéma de base, la proportion d’accès à l’internet la plus faible étant enregistrée pour le premier quartile de revenu et augmentant dans chaque quartile pour atteindre un record dans le quatrième quartile de revenu. Sans surprise, les États membres dont le niveau d'accès global à l’internet était important, comme les Pays-Bas et le Luxembourg, ont accusé des différences relativement faibles dans l’accès à l’internet par quartile de revenu. En revanche, des différences plus importantes ont généralement été constatées entre les États membres affichant des niveaux inférieurs d’accès global à l’internet, essentiellement dans les États membres du sud et de l’est de l’Union et dans les États membres baltes.

Parmi les ménages du quatrième quartile de revenu, la diversité entre les États membres en ce qui concerne la proportion de ménages ayant accès à l’internet était relativement faible, le taux allant de 93 % en Bulgarie à 100 % au Luxembourg, seules l’Italie (90 %; données de 2013) et la Roumanie (85 %) affichant des taux inférieurs. Parmi les ménages dans le premier quartile de revenu, la diversité entre les États membres était nettement plus importante, le taux de ménages ayant accès à l’internet allant de 29 % en Roumanie et en Lituanie à 89 % au Luxembourg et aux Pays-Bas, la Bulgarie (15 %) affichant un taux inférieur à cette fourchette.

Usage de l’internet

Début 2014, un peu plus des trois quarts (78 %) des particuliers de l’UE-28 âgés de 16 à 74 ans utilisaient l’internet (au moins une utilisation au cours des trois mois précédant la date de l’enquête). Au moins neuf personnes sur dix au Danemark, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Suède, en Finlande et au Royaume-Uni utilisaient l’internet. Par comparaison, moins de deux tiers des particuliers âgés de 16 à 74 ans utilisaient l’internet au Portugal, en Grèce, en Italie, en Bulgarie et en Roumanie.

La proportion de la population de l’UE-28 n'ayant jamais utilisé l’internet s'est élevée à 18 % en 2014, soit une diminution de deux points de pourcentage par rapport à l’année précédente et de 30 % par rapport à 2009. Dans le cadre de la stratégie numérique, il avait été prévu réduire à 15 % en 2015 la part maximale de la population de l’UE-28 n'ayant jamais utilisé l’internet.

En 2014, près de deux tiers (65 %) des utilisateurs de l’internet se connectaient tous les jours (voir graphique 4) et 10 % se connectaient au moins une fois par semaine (mais pas quotidiennement). Par conséquent, 75 % des particuliers étaient des utilisateurs réguliers de l’internet (au moins une connexion par semaine), ce qui correspond – un an avant la date prévue – à l’objectif de 75 % prévu par la stratégie numérique (pour 2015). En ce qui concerne les utilisateurs de l’internet dans l’Union européenne, la proportion d’utilisateurs quotidiens s'est échelonnée entre 60 % en Roumanie, 76 % en République tchèque et en Pologne, 90 % aux Pays-Bas, 92 % au Luxembourg et 94 % en Italie. La Norvège (93 %) et l’Islande (95 %) ont également affiché de pourcentages élevés d’utilisateurs quotidiens de l’internet parmi l’ensemble des internautes.

Le graphique 5 analyse l’utilisation de l’internet mobile, autrement dit, ailleurs que chez soi ou que sur le lieu de travail, ainsi que l’utilisation de l’internet sur un ordinateur ou autre appareil portable au moyen de connexions mobiles ou sans fil. Ce graphique compare les données de 2012, lorsque 36 % des 16 à 74 ans au sein de l’UE-28 utilisaient un appareil mobile pour se connecter à l’internet, avec les données de 2014, année où ce pourcentage a atteint 51 %. Les appareils mobiles les plus couramment utilisés pour les connexions à l’internet étaient les téléphones portables ou smartphones, les ordinateurs portables, les notebooks, les netbooks et les tablettes. La Suède, le Danemark et le Royaume-Uni ont enregistré la proportion la plus élevée d’utilisation de l’internet mobile en 2014, environ trois quarts des personnes âgées de 16 à 74 ans utilisant l’internet en déplacement. À titre de comparaison, un quart environ des particuliers en Bulgarie, en Roumanie et en Italie utilisaient l’internet ailleurs que chez eux ou au travail.

En 2014, l’une des activités en ligne les plus courantes dans l’UE-28 a été la connexion à des réseaux sociaux. Près de la moitié (46 %) des 16 à 74 ans utilisaient l’internet pour aller sur des réseaux sociaux, notamment Facebook ou Twitter.

Au moins 6 personnes sur 10 au Danemark, en Suède, en Hongrie, au Luxembourg et au Royaume-Uni utilisaient des réseaux sociaux, tout comme en Islande et en Norvège. La proportion aux Pays-Bas (59 %) était tout juste inférieure à ce niveau. À l’opposé, dans quatre États membres de l’Union (France, Pologne, Italie et Roumanie), moins de quatre personnes sur dix utilisaient de tels sites; c’était également le cas en Turquie.

Utilisation de l’informatique en nuage pour sauvegarder et partager des fichiers

Les services basés sur la technologie de l’informatique en nuage permettent aux utilisateurs de stocker des fichiers ou d’utiliser des logiciels sur un serveur passant par l’internet. Les services en nuage sont un phénomène relativement récent par rapport aux applications web pour les réseaux sociaux, l’écoute de musique ou le visionnage de films. L’une des principales difficultés rencontrées pour mesurer l’usage des services en nuage consiste à parvenir à une distinction claire entre ceux-ci et d’autres services en ligne. Le graphique 7 présente deux indicateurs concernant l’utilisation des services en nuage par les particuliers pour sauvegarder et partager des fichiers. En 2014, une personne sur cinq (21 %) âgée de 16 à 74 ans dans l’UE-28 a sauvegardé des fichiers dans un espace de stockage sur l’internet, autrement dit, en utilisant des services en nuage. Plus d’un tiers des personnes aux Pays-Bas, en Suède, au Luxembourg, au Royaume-Uni et au Danemark ont utilisé un espace de stockage sur l’internet pour sauvegarder des fichiers, tandis qu’en Lituanie, en Pologne et en Roumanie, ces services étaient utilisés par moins d’une personne sur dix.

Comparé aux autres moyens de partage de fichiers électroniques, l’espace de stockage sur l’internet était moins souvent utilisé à cette fin, comme le montrent des résultats plus détaillés (voir article sur les services internet et en nuage – en anglais). Si 15 % de la population de l’UE-28 utilisaient un espace de stockage sur l’internet pour partager des fichiers en 2014, une plus grande proportion utilisaient des applications de messagerie électronique (44 %), des clés USB, des DVD ou le Bluetooth (30 %) ou encore des sites internet personnels et des réseaux sociaux (28 %). La plupart des personnes qui utilisaient l’informatique en nuage appréciaient la facilité d’accès aux fichiers à partir de plusieurs appareils ou endroits. Une partie considérable de la population n’était toutefois pas encore au courant de l’existence des services en nuage, même si ces personnes utilisaient l’internet. Les inquiétudes quant à la sécurité et au respect de la vie privée étaient un facteur majeur qui dissuadait les utilisateurs de l’internet connaissant ces services d’y avoir recours.

Commande de biens et services

Dans l’UE-28, la proportion de personnes âgées de 16 à 74 ans ayant commandé des biens ou des services sur l’internet à des fins d'usages personnel a augmenté pour atteindre 50 % en 2014, soit une augmentation de 6 points de pourcentage par rapport à 2012 (voir le graphique 8). Par conséquent, l’objectif de la stratégie numérique consistant à parvenir à un pourcentage de 50 % de la population effectuant des achats en ligne en 2015 a été atteint avec un un an d’avance. Plus de deux tiers des individus au Royaume-Uni, au Danemark, en Suède, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Finlande ont commandé des biens ou des services sur l’internet, alors que ce pourcentage était plus proche d’une personne sur cinq en Italie et en Bulgarie et d’environ une sur dix en Roumanie. En points de pourcentage, l’augmentation la plus importante entre 2012 et 2014 a été observée en Estonie, avec une hausse de 26 points , le taux passant de 23 % en 2012 à 49 % en 2014. La deuxième progression parmi les États membres de l’Union a été observée en République tchèque (11 points de pourcentage); en Islande, une augmentation de 12 points de pourcentage a été observée.

Sources et disponibilité des données

La rapidité des mutations technologiques observées dans les domaines liés à l’internet et à d’autres nouvelles applications des TIC pose des difficultés pour les statistiques. De ce fait, ce domaine a considérablement évolué, les outils statistiques ayant été adaptés pour répondre aux nouvelles demandes de données. En effet, les statistiques dans ce domaine sont réévaluées chaque année afin de satisfaire les besoins des utilisateurs et de tenir compte de la rapidité de l'évolution technologique.

Cette approche se retrouve dans l’enquête communautaire sur l’utilisation des TIC par les ménages et les particuliers réalisée par Eurostat. Cette enquête annuelle est utilisée pour évaluer comparativement les développements induits par les TIC, à la fois en suivant l’évolution des variables clés au fil du temps et en examinant plus en détail d’autres aspects à un moment donné. Initialement consacrée à l’accès et à la connectivité, cette enquête a été étendue à d’autres éléments (administration en ligne et commerce électronique, par exemple) et à des analyses socio-économiques (comme la diversité régionale, la spécificité liée au sexe, les différences d’âge, l’éducation et la situation en matière d’emploi). Le champ de l’enquête relative aux différentes technologies est également adapté pour couvrir les nouveaux groupes de produits et moyens de transmission des technologies de la communication aux utilisateurs finaux.

Couverture et définitions

L’enquête auprès des ménages couvre les ménages comptant au moins un membre dans la tranche des 16-74 ans. L’accès à l’internet des ménages fait référence au pourcentage de ménages disposant d’un accès à l’internet, ce qui permet à tout membre du ménage d’utiliser l’internet à son domicile s’il le souhaite, ne serait-ce que pour envoyer un courriel.

Par utilisateurs de l’internet, on entend l'ensemble des personnes de 16 à 74 ans ayant utilisé l’internet au cours des trois mois précédant l’enquête. Les utilisateurs réguliers de l’internet sont les personnes qui ont utilisé l’internet au moins une fois par semaine en moyenne au cours des trois mois qui ont précédé l’enquête.

La période de référence pour cette enquête était le premier trimestre de 2014. L’enquête s’est déroulée au cours du deuxième trimestre dans la plupart des pays. Un module spécial sur l’informatique en nuage a été intégré à l’enquête de 2014 et un module sur l’utilisation de l’internet mobile a été intégré à l’enquête de 2012.

Les technologies connectées les plus fréquemment utilisées pour accéder à l’internet sont divisées en connexion à haut débit et connexion par accès à distance via une ligne téléphonique ordinaire ou une ligne RNIS. Par haut débit, on entend les lignes numériques d’abonnés (DSL) utilisant des technologies de transfert rapide des données. Les lignes à haut débit sont celles qui ont une capacité supérieure au RNIS, c’est-à-dire égale ou supérieure à 144 kilobits par seconde (kbit/s). Les appareils les plus couramment utilisés pour se connecter à l’internet à la maison sont les ordinateurs de bureau et les ordinateurs portables.

L’utilisation de l’internet mobile est définie comme l’utilisation de l’internet en dehors de chez soi ou du lieu de travail, grâce à un ordinateur portable ou à un appareil portable via un réseau de téléphonie mobile ou une connexion sans fil.

Les services d’informatique en nuage offrent un espace de stockage sur l’internet pour sauvegarder des fichiers, avec ou sans possibilité de partager ou d’éditer les fichiers téléchargés. L’enquête sur l’utilisation des TIC par les ménages et les particuliers a abordé l’usage des services en nuage à des fins privées.

La commande de biens et de services par des particuliers concerne la période de douze mois précédant l’enquête et englobe les réservations confirmées dans un établissement d’hébergement ou d’un voyage, l’achat de produits financiers, les services de télécommunications, les jeux vidéo ou les logiciels, ainsi que les services d’information à accès payant direct. Les biens et les services obtenus gratuitement via l’internet sont exclus, de même que les commandes effectuées par courriers électroniques saisis manuellement, par SMS ou par MMS.

Contexte

Les technologies à haut débit sont considérées comme des éléments importants pour mesurer l’accès à l’internet ainsi que son utilisation, car elles offrent aux utilisateurs la possibilité de transférer rapidement des volumes sensibles de données et de maintenir la ligne d’accès ouverte. La diffusion de ces technologies est considérée comme un indicateur clé pour l’élaboration des politiques relatives aux TIC. Un accès internet à haut débit à grande échelle est perçu comme essentiel au développement de services internet avancés, tels que les activités économiques en ligne, l’administration en ligne ou l’apprentissage en ligne. La technologie DSL (lignes d’abonnés numériques) reste la technologie à haut débit la plus répandue dans l’Union, bien que d’autres solutions gagnent du terrain, comme le câble, le satellite, la fibre optique et les boucles locales sans fil.

En mai 2010, la Commission européenne a adopté une communication intitulée «Une stratégie numérique pour l’Europe» [COM(2010) 245 final], qui vise à faire de l’Union européenne une économie numérique prospère d’ici 2020. Cette stratégie numérique est l’une des sept initiatives phare adoptées dans le cadre de la stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Elle propose des politiques et des mesures destinées à maximiser les avantages de l’ère numérique dans tous les secteurs de la société et de l’économie. Cette stratégie se concentre sur sept domaines d’action prioritaires: créer un marché unique numérique, augmenter l’interopérabilité, renforcer la confiance et la sécurité sur l’internet, fournir un accès à l’internet beaucoup plus rapide, encourager les investissements dans la recherche et le développement, améliorer l’inclusion et la culture numérique, et utiliser les TIC pour relever des défis sociétaux tels que le changement climatique et le vieillissement de la population.

En 2012, la Commission européenne a adopté une communication intitulée «Exploiter le potentiel de l’informatique en nuage en Europe» [COM(2012) 529]. L’intérêt pour la politique de l’Union européenne en général consiste à permettre et à faciliter l’adoption plus rapide de l’informatique en nuage dans tous les secteurs de l’économie. L’informatique en nuage est l’une des technologies numériques stratégiques considérées comme favorisant fortement la productivité et l’amélioration des services.

En mai 2015, la Commission européenne a adopté une digital stratégie pour le marché unique numérique [COM(2015) 192], qui est l’une de ses grandes priorités. Cette stratégie couvre trois domaines:

  • promouvoir un meilleur accès en ligne aux biens et services dans toute l’Europe;
  • concevoir un environnement optimal pour le développement des réseaux et services numériques;
  • s’assurer que l’économie et l’industrie européennes exploitent pleinement l’économie numérique en tant que moteur potentiel de croissance.

Voir aussi

Informations supplémentaires Eurostat

Publications

Principaux tableaux

Indicateurs de politiques (t_isoc_pi)
Les ordinateurs et l’internet dans les ménages et dans les entreprises (t_isoc_ci)
Commerce électronique par des particuliers et entreprises (t_isoc_ec)
Compétences en TIC des particuliers et des entreprises (t_isoc_sk)
Statistiques régionales de la société de l’information (t_isoc_reg)

Base de données

Indicateurs de politiques (isoc_pi)
Les ordinateurs et l’internet dans les ménages et dans les entreprises (isoc_ci)
Commerce électronique des particuliers et des entreprises (isoc_ec)
Compétences en TIC des particuliers et des entreprises (isoc_sk)
Statistiques régionales de la société de l’information par régions NUTS (isoc_reg)

Section dédiée

Méthodologie / Métadonnées

Source des données pour les tableaux et graphiques (MS Excel)

Liens externes