Chemin de navigation

Regional development in the framework of the Eastern Partnership

Qu’est-ce que c’est?

Le partenariat oriental (EaP) promeut un dialogue politique et une coopération bilatérale renforcés dans le domaine du développement régional, notamment par l’intermédiaire des «Pilot Regional Development Programmes» (PRDPs). Le but est de partager les expériences ainsi que les éléments clés de la politique de cohésion de l’UE avec chacun des pays partenaires de l’EaP, s’agissant en particulier de définir comment réduire les disparités socio-économiques entre les régions d’un même pays.

Comment ça marche?

  • La question du développement régional et de la possible coopération bilatérale avec l’UE fait partie du dialogue politique avec chacun des pays de l’EaP. De la même manière que pour tout autre secteur, les solutions sont spécifiques à chaque pays. Elles sont basées sur: les besoins et l’engagement politique de chaque pays, les synergies avec le programme d’aide global de l’UE, y compris les activités des États membres de l’UE, et la coordination des donateurs. La coopération au niveau régional (impliquant plusieurs pays au sein d’un programme commun) n’est pas envisagée.
  • L’aide de l’UE à destination de chaque pays en 2012 et/ou en 2013 inclut un élément de «Pilot Regional Development Programmes» (PRDPs). Cette aide peut s’articuler en un projet autonome, ou s’intégrer dans un programme plus vaste de renforcement des institutions ou de soutien sectoriel. Selon les besoins et les intérêts stratégiques du pays, les développements rural et régional peuvent être associés au sein du même programme.
  • Dans certains pays, tels que l’Ukraine et la Géorgie, la coopération européenne était déjà centrée sur le développement régional. Les fonds EaP visent à s’appuyer sur les expériences existantes et les leçons tirées. À titre d’exemple, en Géorgie, un programme de développement régional majeur est en cours. Celui-ci aide les régions à améliorer leurs statistiques et leur planification politique, à élaborer des stratégies en matière de développement, et à mettre en place des conseils régionaux de développement.
  • D’autres pays, dont la Moldavie et l’Arménie, profitent de l’occasion qu’amène l’EaP pour investir le secteur pour la première fois. En Moldavie, par exemple, le financement contribuera à l’amélioration des statistiques régionales et au développement des capacités des institutions pertinentes telles que les agences de développement régional.
  • En Azerbaïdjan, un certain nombre d’activités préparatoires interviennent dans le cadre de programmes plus vastes de renforcement des institutions et de conseils politiques.
  • L’engagement de la société civile et des communautés locales est essentiel et se poursuit en complément d’autres instruments européens dédiés, parmi lesquels la facilité de soutien à la société civile dans le cadre de la politique de voisinage.

Financement

Montant total pour les programmes pilotes de développement régional: 62 millions d’euros provenant du budget 2012-2013 pour l’instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP). Cela fait partie du financement supplémentaire de 350 millions d’euros débloqué au moment du lancement du partenariat oriental.
 
La dotation globale des programmes pilotes de développement régional est ventilée en cinq dotations nationales. La Biélorussie ne participe pas aux programmes pilotes de développement régional.
 
Ces fonds s’accompagnent de sommes importantes issues des programmes d’aide bilatéraux.
 
Pour en savoir plus sur le développement régional et les programmes pilotes de développement régional dans chaque pays partenaire du partenariat oriental, veuillez consulter les programmes d’actions annuels 2012-2013.

Dernière mise à jour : 10/12/2012 | Haut de la page