Chemin de navigation

La réaction de l’UE au «printemps arabe»

Depuis les premières manifestations en Tunisie en décembre 2010, une vague de mécontentement populaire a secoué le monde arabe, les citoyens appelant à la dignité, à la démocratie et à la justice sociale. Malgré l’ampleur inattendue de ces révoltes, l’Union européenne n’a pas tardé à reconnaître les difficultés que pose la transition politique et économique dans l’ensemble de la région. Elle a également reconnu la nécessité d’adopter une nouvelle stratégie concernant ses relations avec ses voisins du Sud.

EU response to the Arab Spring. Lybia.

L’UE a noué un dialogue politique avec un large éventail d’interlocuteurs de la région – des membres des gouvernements, de l’opposition, des parlements et de la société civile – lors de visites du Président de la Commission européenne, de la Haute Représentante et Vice-Présidente, du Président du Parlement européen et de plusieurs commissaires.

Sa réaction stratégique au printemps arabe ne s’est pas fait attendre puisque dès le 8 mars 2011, elle a présenté une communication conjointe de la Haute Représentante et Vice-Présidente, Mme Catherine Ashton, et de la Commission proposant «Un partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée avec le sud de la Méditerranée» . Cette communication souligne que l’Union doit soutenir pleinement la demande de participation à la vie politique, de dignité, de liberté et de nouveaux emplois et présente une stratégie fondée sur le respect des valeurs universelles et des intérêts communs. Elle propose aussi un principe selon lequel une aide plus importante – qu’il s’agisse d’une assistance financière, d’une mobilité accrue ou de l’accès au marché unique de l’UE – doit être apportée aux pays partenaires qui progressent le mieux dans la consolidation des réformes, sur la base d’une responsabilité mutuelle. Cette stratégie a été précisée dans une autre communication conjointe, du 25 mai 2011, marquant le lancement d'«Une stratégie nouvelle à l’égard d’un voisinage en mutation» .

Depuis lors, un certain nombre d'initiatives ont été prises pour appuyer les nouveaux développements politiques dans la région. Il s'agit notamment de l'adoption, le 20 septembre 2011, du programme SPRING (Aide au partenariat, aux réformes et à la croissance inclusive), un nouveau programme de € 350 millions; de la Facilité société civile, adoptée le 20 septembre 2011; d'un programme de soutien à la réforme politique et démocratique dans le sud de la Méditerranée, mis en œuvre par le Conseil de l'Europe adoptée le 22 décembre 2011 et enfin du renforcement du programme Erasmus Mundus approuvé le 16 décembre 2011. Plus de détails sur les événements actuels sont disponibles dans les documents clés, liens vers les sites, les programmes relatifs et les communiqués de presse.

Quelles sont les axes prioritaires d'action pour la politique du Voisinage en 2012 dans le sud de la Méditerranée? Marcus Cornaro, Directeur Voisinage à EuropeAid, donne un aperçu des activités actuelles et prévues en 2012.

Dernière mise à jour : 27/09/2012 | Haut de la page