Chemin de navigation

Intensification de la coopération avec l'Asie du Sud-Est

L'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) a pour objectifs de favoriser la croissance économique, le progrès social et le développement culturel et de promouvoir la paix et la stabilité dans l'ensemble de la région. L'Union européenne s'est engagée à entretenir des relations plus étroites avec l'association et a récemment débloqué 40 millions d'euros en faveur de ses activités.

L'ANASE rassemble dix nations: le sultanat de Brunei, le Myanmar, le Cambodge, l'Indonésie, le Laos, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Viêt Nam. En 2003, les dirigeants de l'association ont choisi d'établir une communauté fondée sur trois volets: la sécurité, l'économie et les questions socioculturelles.

Cette volonté de renforcer la coopération est concrétisée par le programme ASEAN Vision 2020, qui exhorte les nations membres à mettre en place un partenariat ouvert grâce à la paix, à la stabilité et à la prospérité. L'objectif est d'encourager un développement régional dynamique et de mettre en place une communauté de sociétés solidaires.

Soutien de l'Union européenne

La coopération de l'Union européenne avec l'ANASE poursuit plusieurs objectifs: contribuer à l'intensification de l'intégration économique entre les États membres de l'Association et stimuler la croissance économique et le développement durable dans la région du Sud-Est asiatique.

En 2003, l'Union européenne a tenté de revitaliser la coopération grâce à un nouveau partenariat pour l'Asie du Sud-Est , qui fournit un cadre stratégique aux relations entre les deux régions et prévoit six domaines d'action prioritaires:

  • le soutien à la stabilité régionale et à la lutte contre le terrorisme;
  • la promotion des droits de l'homme, des principes démocratiques et de la bonne gouvernance;
  • l'intégration des questions de justice et d’affaires intérieures;
  • l'apport d'un nouveau dynamisme aux échanges commerciaux et aux investissements au niveau régional;
  • le maintien de l'aide au développement des pays moins prospères;
  • l'intensification du dialogue et de la coopération dans des domaines politiques spécifiques.

En 2007, la Commission a adopté son document stratégique pour la coopération Europe-Asie pdf - 77 KB [77 KB] Deutsch (de) English (en) (2007-2013). Le programme indicatif pluriannuel de l'Union européenne pdf - 66 KB [66 KB] Deutsch (de) English (en) consacre 40 millions d'euros aux activités liées à la coopération entre l'UE et l'ANASE de 2007 à 2010. La stratégie identifie trois domaines de coopération prioritaires:

  • le renforcement des capacités régionales et le dialogue entre les régions

Dans ce domaine, l'Union européenne soutient le secrétariat de l'ANASE et le renforcement des capacités de ses institutions et aide à l'instauration d'un dialogue de coopération interrégional dans les domaines de la facilitation des échanges, des transports et de la logistique, de l'environnement, de la sécurité et de la justice, de l'énergie, des douanes, de la fiscalité, des investissements, de la libéralisation des services, des statistiques, et des normes et des réglementations techniques. Elle devrait également contribuer à l'amélioration des normes sanitaires et phytosanitaires, mais aussi à la recherche, à la reconnaissance mutuelle des qualifications, à l'aviation civile et dans le domaine des droits de propriété intellectuelle;

  • le renforcement des capacités statistiques

L'établissement de statistiques plus précises et plus fiables sera profitable à la convergence régionale au sein de l'ANASE et aux efforts visant à en faire une zone de libre-échange. Par ailleurs, ces statistiques seront utiles pour formuler et évaluer les politiques d'intégration régionale en matière d'échanges, d'investissements directs étrangers, de santé et d'éducation;

  • l'immigration et la gestion des frontières

La coopération porte sur des défis liés à la gouvernance et aux réformes institutionnelles sélectionnés à la demande des partenaires, y compris la lutte contre le trafic illégal et la corruption. Comme le prévoit l'instrument de coopération au développement , les activités visent principalement à réduire la production, la consommation et le trafic de drogues, en prenant en considération d'autres problèmes de trafic.

Informations complémentaires

 

Dernière mise à jour : 17/02/2012 | Haut de la page