Chemin de navigation

Santé humaine et animale en Asie

L'UE améliore la santé humaine et animale en Asie. Ainsi, elle s'est investie dans ce secteur en coopération avec d'autres organisations internationales, et récemment, par le biais de son programme sur les maladies d'origine hautement pathogène et maladies (ré-)émergentes (HPED). Sur la période 2007-2010, ce sont près de 48 millions d'euros qui seront alloués aux programmes de santé en Asie.

Vaccin contre la grippe aviaire

Priorité à la grippe aviaire

En 2006, la Commission européenne a engagé 30 million € en Asie et 10 million € en Asie Centrale et en Europe de l'Est afin d'aider les pays les plus pauvres à combattre la grippe aviaire chez les animaux.

La majorité des fonds ont été alloués à travers le mécanisme multi-donateurs de lutte contre les grippes aviaire et humaine (AHIF), mis en œuvre par la Banque mondiale.

La Commission européenne a continué à financer AHIF pendant la période 2007-2013: sur les 48 million € alloués à la coopération régionale en matière de santé humaine et animale en Asie, 23.5 million € ont été ajoutés à la facilité AHIF.

AHIF peut distribuer des subventions aux gouvernements éligibles ou établir des contrats avec des organisations internationales afin de les aider à développer et mettre en œuvre des plans nationaux de lutte contre la grippe aviaire et humaine.

Plusieurs types d'activités peuvent-être financés: campagne de sensibilisation, assistance technique, développement des capacités, formations, équipements et dépenses opérationnelles.

2009-2013: Le nouveau programme HPED

Le nouveau programme régional qui a débuté en décembre 2009, s'intéresse aux maladies d'origine hautement pathogène et maladies (ré-)émergentes (HPED). Il bénéficie d'un budget de 20 million €.

Le programme HPED doit permettre à l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) et à l'Association Sud-Asiatique pour la Coopération Régionale de contrôler les maladies d'origine hautement pathogène et maladies (ré-)émergentes et d'améliorer les capacités de réponse de la région.

Dernière mise à jour : 17/02/2012 | Haut de la page